Impatiens

horizontal rule

DIMENSIONS

Selon les variétés : 
de 30 cm à 2 m de hauteur
25-30 cm de diamètre

SEMIS 

  avril-mai 

 FLORAISON

 entre juin et octobre

EXPOSITION

Ombre et mi-ombre, soleil non brûlant


IMPATIENCE

La plante, du genre Impatiens, appelée communément balsamine, originaire de la famille des Balsaminacées, tirerait son nom botanique du fait de sa précipitation à libérer ses graines sitôt mûries. C'est à ce mode de reproduction que ces plantes doivent leur nom : "balsamine' qui vient du grec "ballein" (jeter) et "semen" (graine). Les balsamines sont cultivées dans nos jardins depuis le XVIe siècle mais il fallut attendre le XIXe siècle pour connaître les espèces qui donnèrent naissance aux impatiens populaires que nous connaissons aujourd'hui. Les espèces les plus intéressantes ont été rapportées d'Inde et de l'Himalaya. Il s'agit de fleurs faciles et s'adaptant aux situations ombragées ou mi-ombragées. Ces plantes à tiges aqueuses forment des touffes rameuses assez compactes, à fleurs abondantes, partiellement cachées sous le feuillage. Elles sont à fleurs simples ou à fleurs doubles et leurs nombreux coloris varient du blanc au violet, en passant par le rose, le lilas et le rouge. Les fleurs doubles bien formées, ne sont pas sans rappeler celles des camélias. La floraison débute en juin- juillet et se poursuit jusqu'en octobre. Les fleurs des variétés naines, bien que plus petites, offrent l'avantage d'être mieux dégagées du feuillage que celles des variétés de plus haute taille.

Les espèces et les variétés   Les espèces et les variétés    Les espèces et les variétés

L'espèce la plus anciennement cultivée est la basalmine des jardins ou Impatiens balsamina. Son feuillage lancéolé, vert est légèrement denté. Ses fleurs sont simples ou doubles. Elle existe dans toutes les teintes de rouge, 'Coccinca', de rose, 'Rosea' et de blanc, 'Alba'. La tige a une taille variable d'une variété à l'autre (30 à 60 cm). La variété 'Camellia' à fleurs doubles et bien pleines réparties tout le long de la tige, est très recommandée. Elle fleurit tout l'été jusqu'en automne. Hauteur 50/60 cm.

L'Impatiens balfouri, tellement subspontanée chez nous qu'on la croit indigène est en fait une himalayenne. Facile à vivre, elle fleurit tout l'été. Ses fleurs posées au bout d'un fin pédoncule sont si aériennes qu'elles ressemblent à de petits papillons roses et blancs. Elle se ressème partout, il suffit de faire éclater les capsules. Attention cependant , elle peut devenir envahissante si elle trouve chez vous une ombre légère et un terrain frais. Elle donne un charme inimitable à un jardin d'allure sauvage. On la rencontre souvent dans les rues des villages. 

D'autres impatiences moins connues méritent d'être cultivées : l'Impatiens noli-tangere (en latin  "ne me touchez pas") est indigène dans nos forets et buissons. Elle mesure 30 à 60 cm et ses fleurs d'un beau jaune d'or pointées de rouge à l'extérieur possèdent un éperon fort gracieux. 

L'Impatiens glandulifera ou roylei à grosse tige haute, fleurit de juillet à septembre ; elle se sème en place en avril en terrain léger et ombré (éclaircir le semis en supprimant une partie des jeunes plantes). Ses fleurs sont groupées en grappes terminales d'un joli rouge vineux. Elle permet de garnir les pieds des arbres élevés ou elle se plaît et peut également remplacer un arbuste manquant dans un jeune jardin. 

Une impatience moins courante car plus difficile à cultiver est l'Impatiens grandis (ou Hookeriana), originaire de Madagascar. C'est une espèce à réserver aux serres. Elle porte de jolies fleurs exotiques.

La balsamine de l'Himalaya est la plus haute des impatiens : elle peut s'élever à plus de 2 m en une saison. Elle se réussit sans difficulté en la semant en place au printemps. En Amérique du Nord, l'impatiens de l'Himalaya rose est si envahissante qu'elle a été déclarée comme une nuisance. Il est possible que les impatiens de l'Himalaya blanches soient plus sensibles aux pucerons que les variétés roses.

Impatiens Repens, espèce rampante originaire de Ceylan, se signale par ses tiges rouges et ses petites fleurs cireuses, solitaires (4 cm environ), de coloris jaune vif, s'épanouissant de juin à août. La plante s'utilise en couvre-sol dans de grands bacs, à l'extérieur en été, ou en serre et véranda.

Toutes les impatiences cultivées en pot pour la décoration intérieure sont des hybrides modernes. Ces plantes herbacées sont remarquables par leur ramification homogène, leur robustesse, leur petite taille (35 à 40 cm environ), leur floribondité tout au long de l'année. Elles sont robustes, de croissance rapide et font partie des plantes les plus faciles à cultiver. Selon les espèces et les variétés, elles offrent un feuillage vert tendre ou bronzé et des fleurs d'une grande diversité par la forme, la grandeur et les coloris. Parmi les innombrables hybridations, les espèces les plus intéressantes et les plus répandues pour la culture en appartement sont les suivantes : 
Les plus connues des impatiences, celles que vous trouverez en barquette sur tous les marchés, sont issues de l'Impatiens walleriana ou sultani. Cette dernière est originaire d'Inde ou elle vit dans les marais, ce qui explique ses tiges gorgées d'eau. C'est une plante d'ombre, gélive, qui se cultive comme une annuelle. Son feuillage est vert clair ou cuivré et se développe sur des tiges très tendres. Les nombreux travaux génétiques dont elle a fait l'objet ont donné naissance à de multiples variétés toujours plus florifères et plus compactes, aux coloris variés dans les tons de rose, de rouge, de blanc, de mauve ou violacé. Elles ne sont pas très hautes (30/40 cm). La variété la plus commune est 'Variegata' aux fleurs planes à 5 pétales de 2,5 à 5 cm de diamètre, de coloris carmin et aux feuilles allongées très pointues, de teinte vert clair marginé de blanc. La variété 'Superflin Pink' fait partie de ces nouvelles variétés, elle est d'un rose pâle très subtil. Toutes les variétés de I. Walleriana peuvent fleurir sans interruption. De nouvelles variétés résistant au soleil viennent d'être créées. 
Nouveaux hybrides de Nouvelle-Guinée (I. X novae-guinea) ou Impatiens kawkeri. Obtenus à partir de plantes de Nouvelle-Guinée, ces hybrides d'apparition récente, donnent des fleurs plus grandes que celles de I. Walleriana (7,5 cm ou plus) et de longues feuilles ovales. Là encore, formes et coloris sont fort diversifiés suivant les variétés. Notamment leur feuillage lancéolé, très original, est panaché et d'un remarquable effet décoratif (coloris de feuilles très nombreux : vert panaché de jaune, de rouge, de vert foncé) et leurs fleurs ont des couleurs vives, roses, rouges, mauves, violettes ou orange. Le blanc est également présent. Ces plantes fleurissent généralement du printemps à la fin de l'été. Elles sont cultivées en extérieur comme annuelles, et elles sont vivaces à l'intérieur Hauteur : 50/70 cm.
Les impatiences hybrides à fleurs doubles : très originales, ces impatiences vivaces sont généreuses, dans une gamme de coloris très riche, allant du rouge soutenu au rose tendre. Ces plantes sont faciles à cultiver et garnissent pendant de longs mois les potées, les plates-bandes ou le tour des arbres. Elles restent tout l'été à l'extérieur mais doivent être rentrées à l'abri des gelées dès le mois d'octobre, pour les conserver l'année suivante. De même, ne les plantez au jardin que lorsque les risques de gel sont écartés (mi-mai). Sol frais et poreux. 'Fanny Lilas' est violet, 'Fanny Rose' est rose, 'Fanny rouge' est rouge et 'Peach Ice' est rose saumon et son feuillage est panaché. Au jardin, elles fleurissent de mai à octobre. En véranda, leur floraison est pratiquement continuelle toute l'année. Dimensions 40 cm en tous sens.

Impatiens wallingant 'Tempo' ne dépasse pas 30 cm de haut. Elle est souvent bicolore.

  Conseils de culture   Conseils de culture   Conseils de culture   Conseils de culture  

Techniques de culture pour l'extérieur

Elles réclament un sol riche et frais, préfèrent, à l'extérieur, une exposition à mi-ombre, dans une partie fraîche du jardin. Il sera très utile d'arroser en période chaude et sèche. Elles supportent la taille et les pincements en cours de végétation pour former les plants ou les maintenir aux dimensions souhaitées. Attention aux limaces qui raffolent des feuilles et des jeunes pousses tendres d'impatiens.
Pour reproduire I. basalmina, la bouture vous assurera la pérennité de cet hybride, alors que le semis, généralement plus pratiqué, vous donnera, au fil des années, une variété à fleurs semi-doubles puis simples. Le mieux est alors d'acheter les graines chez votre grainetier. On sème en avril-mai sous châssis bien exposé en petit godet, ce qui permet de conserver une motte lors des rempotages car sa racine supporte mal les transplantations. Cette vivace qui est cultivée comme une annuelle, est à mettre en place à partir du 15 mai, en respectant un espacement de 30 cm. Cette plante se transplante aisément juste avant le floraison ou même durant celle-ci. On peut aussi la semer directement en place en mai.
On démarre les semis des hybrides d'I. walleriana en serre dès le mois de février dans un bon mélange de terre de bruyère et de terreau de feuilles. On peut également faire quelques boutures au cours de l'été. 
L'Impatiens balfourii peut être semée directement en place. Elle se ressème d'ailleurs souvent d'elle-même ; vous éclaircirez les plants par la suite. 
Au bout de six semaines, la petite plante commence à fleurir. Conservez les boutures d'Impatiences dans une pièce fraîche et lumineuse.
Plantes vivaces en serre et en appartement, ces impatiens qui décorent en été vos massifs ou vos potées peuvent être sauvées avant qu'elles ne disparaissent avec les premières intempéries et les premiers froids. Rempotez-les à la fin de l'été, coupez toutes les tiges à quelques centimètres de longueur et rentrez-les à l'abri. Elles refleuriront tout l'hiver. Il est possible de les multiplier en les bouturant. Cultivez les boutures également à l'intérieur.

Voir : culture des impatiens à l'intérieur

  Utilisations et associations   Utilisations et associations   Utilisations et associations

Massifs et bordures, plates-bandes, pots et jardinières. Évitez de mélanger les teintes dans vos massifs, des taches unicolores étant d'un plus bel effet. Elles peuvent également servir à garnir les endroits incultivables et situés le plus souvent à l'ombre.

De très belles associations très délicates peuvent être créées : les impatiens blanches accentueront la fraîcheur d'un petit coin ombragé ou quelques variétés roses en assureront la luminosité. Elles s'associent très bien avec les bégonias.

horizontal rule

horizontal rule