Au mois le mois

horizontal rule

Les pucerons lanigères forment des colonies hivernales accrochées dans les anfractuosités des écorces, au niveau des plaies de taille, des éclatements ou des blessures des troncs, des branches ou même sur les grosses racines. Ils se cachent sous des sécrétions légères et blanches comme une bourre de laine. Les plantes ornementales touchées par leur attaque appartiennent à la famille des Rosacées : pommiers à fleurs, sorbier, aubépine, cognassier du Japon, buisson ardent; cotonéaster sont les premiers touchés. Les piqûres de ces pucerons affaiblissent les arbustes et provoquent le développement de tumeurs. 
Grattez les plaies à l'aide d'une spatule ou d'une brosse métallique.
Badigeonnez les tissus dénudés avec une brosse à poils durs trempés dans un insecticide d'hiver.  

Les mousses et les lichens s'installent sur les écorces âgées des arbres. Sans être vraiment nuisibles, ils abritent des insectes hivernant sous forme d'adultes, de larves ou d'œufs. Si les insectes xylophages ne sont pas détruits par les oiseaux (pics, sitelles, mésanges, roitelets ...) - dont la présence est toujours à encourager dans le verger -, il est préférable de décaper de temps à autre les écorces les plus atteintes. Travaillez en deux temps.
Votre première tâche consiste à gratter les plus grosses branches et les troncs avec une brosse métallique et un grattoir, de manière à supprimer au moins les mousses, les plus grosses taches de lichens et des écorces mortes. 
La seconde à pulvériser un traitement d'hiver. Il existe de nombreuses spécialités qui associent un insecticide et une huile, dont l'effet est de détruire les mousses et les lichens. Vous pouvez également utiliser du sulfate de fer additionné de bouillie bordelaise. 
Vous pouvez compléter le travail en soignant les coupes, les blessures et les chancres avec un produit cicatrisant (type goudron) ou une bouillie d'argile et de cuivre, de manière à empêcher les maladies de pénétrer dans le bois.

 

Pour empêcher la chute brutale d'une grosse branche au moment où elle se détache et éviter d'abîmer les clôtures ou les végétaux situés en dessous, attachez une forte corde à cette branche. Faites-la passer au dessus d'une charpentière supérieure solide et laissez retomber l'extrémité vers le sol. Une autre personne maintiendra la corde tendue tandis que vous scierez la branche, relâchant doucement la tension au moment de la chute.

Pour savoir si la partie humide de votre jardin nécessite la pose de drains ou le creusement d'un fossé, pratiquez un trou d'une quarantaine de centimètres de profondeur. De fortes averses vont le remplir. Si l'évacuation de l'eau ne s'est pas faite dans les 48 heures, les plantes du jardin risquent de souffrir. Dans ce cas, il convient de drainer.

 

Préambule : ne travaillez pas le sol par un temps pluvieux. 

Avant les plantations : pour gagner du temps et permettre aux arbres et arbustes d'avoir de bien meilleurs chances de reprise, préparez le terrain à l'avance. Trois semaines avant la plantation permettent aux matières organiques de se décomposer, évitant ainsi un risque d'asphyxie pour les racines.
Commencez par creuser les trous, en prenant soin de ne pas mélanger les différentes couches de terre. Un trou de 50 à 60 cm en tous sens est une bonne moyenne. Il peut être rond ou carré.
Décompactez le fond sur 30 cm avec une barre à mine ou une fourche-bêche et apportez l'engrais de fond. Il s'agit d'un engrais complet organo-minéral de type 4-8-12. Vous pouvez ajouter de la poudre d'os (riche en phosphate), du patent-kali (potasse et magnésium), de la dolomie (en sol acide seulement) et du soufre (en sol calcaire).
Supprimez tous les déchets ligneux et les morceaux de racines qui peuvent être source de maladies aussi bien dans le fond du trou que dans la terre qui servira à la plantation.
Dans les terres argileuses ou siliceuses, incorporez une bonne quantité de compost, de terreau ou de fumier bien décomposé. Dans ce type de sol il faut penser à protéger les trous des fortes pluies pour éviter la formation d'une semelle (une couche dure) au fond de ceux-ci.

Les labours : il suffit pendant l'hiver, de retourner la terre à grosses mottes. Le gel les fait éclater en particules plus fines. Profitez du labour pour incorporer, dans les massifs destinés aux fleurs, une poignée par mètre carré d'un engrais complet riche en potasse et phosphore (par exemple 4-8-12).

 

Si l'écorce tendre de vos jeunes arbres fruitiers tente les dents des lapins ou des chevreuils en hiver, voici comment éviter des morsures souvent fatales aux plantes :
Pour décourager les lapins, le plus économique consiste à installer un cylindre de grillage à poules de 15 à 20 cm de diamètre et de 50 cm de hauteur environ. Il sera maintenu à l'aide d'un simple piquet passé à travers les mailles. Dans le commerce, on trouve aussi des manchons de couleur en polyéthylène prêts à poser.
Si vous craignez plutôt les chevreuils, haussez les protections jusqu'à une hauteur de 1,20 m, surtout si vous avez planté des scions dont la tête fragile risque d'être détruire.
Il est également possible d'utiliser des protections en spirales en matière plastique semi-rigide et imputrescible, qui peuvent rester en place plusieurs années sans entraver la croissance de l'arbre.
Vous pouvez enfin vous procurer des produits répulsifs efficaces durant plusieurs mois, à passer à l'aide d'un pinceau sur les troncs menacés.

 

Le mois de janvier Le mois de février Le mois de mars Le mois d'avril Le mois de mai Le mois de juin Le mois de juillet Le mois d'août Le mois de septembre Le mois d'octobre Le mois de novembre Le mois de décembre