Les bulbes

horizontal rule

Narcisses, Jacinthes, Tulipes, Crocus, Perce-neige ... les plantes à bulbes, annonciatrices du retour du soleil et du printemps, nous gâtent par leur abondante et souvent odorante floraison, alors que la nature commence à peine à se réveiller. Plus tard, en été, certaines d'entre elles nous offrent un magnifique feu d'artifice de couleurs que nous faisons même entrer dans nos intérieurs, par le biais de bouquets.

Les plantes à bulbes sont des plantes vivaces qui possèdent la particularité de pouvoir accumuler des réserves nutritives dans un organe dit de réserve. Ces réserves sont utilisées au départ de la végétation, soit à la fin de l'hiver pour celles fleurissant au printemps, soit à la fin du printemps pour celles fleurissant en été. Dès la floraison terminée, et les réserves effectuées, la partie aérienne de la plante dessèche et la plante entre dans une période de repos. A ce moment l'organe de réserve, selon les espèces, peut être laissé sur place si le sol est suffisamment sain et perméable, ou peut être arraché et conservé dans un local adapté jusqu'au moment de le replanter. 

On distingue deux types de plantes à bulbes : celles à floraison printanière (Tulipes, Narcisses, Crocus, etc.) et celles à floraison estivale (Dahlias, Lis, etc.). Ces deux époques de floraison imposent un mode de culture, des soins et un hivernage variables, selon le type de plante cultivé.

horizontal rule

Les organes de réserve 

Dans le langage courant, les plantes possédant un organe de réserve sont appelées plantes à bulbes. Cette appellation n'est pas tout à fait juste puisque les fleurs issues d'un organe de réserve ne sont pas toutes des plantes possédant un bulbe. En effet, certaines possèdent un corme, un rhizome ou des racines charnues. Chaque type d'organe demande une mise en culture particulière, des soins spécifiques ou un mode d'hivernage différent.

Le bulbe : organe formé d'écailles, gorgées de réserves nutritives. On distingue plusieurs types de bulbes qui sont classés en deux grands groupes :
- ceux dits tuniqués possèdent une membrane sèche et souvent cassante qui protège les écailles.
- ceux qui sont classés en fonction de leur longévité. On distingue une catégorie de bulbes dits "annuels", dont le renouvellement après chaque saison est total (exemple : les Tulipes) et ceux dits "pérennes", dont le bulbe reste le même (exemple : les Jacinthes).

Exemple d'un cycle végétatif de bulbe, celui de la tulipe :

01.02.03 PÉRIODE DE VÉGÉTATION
- Apparition des feuilles.
- Le bulbe diminue de volume, un bulbe de remplacement se développe.
04.05 PÉRIODE DE FLORAISON
- Floraison.
- Disparition de l'ancien bulbe, le nouveau est pratiquement formé.
06.07.08.09 PÉRIODE DE REPOS
- Dessèchement du système radiculaire.
- Le nouveau bulbe arrive à maturité.
- La plante entre dans sa période de repos.
11.12 PÉRIODE D' ENRACINEMENT
- Époque de plantation
- Enracinement progressif du bulbe.

 

Le tubercule : est également appelé tige tubéreuse. Il ne possède ni écailles, ni tunique. Il s'agit simplement d'un épaississement plus ou moins charnu de la tige souterraine, dont le but est d'accumuler des réserves de nourriture. En vieillissant, il augmente de volume et son épiderme devient plus coriace et rugueux. Les racines se développent de part et d'autre de sa surface sans que leur soit réservée une zone précisément délimitée. Le tubercule porte des bourgeons dits latents, non protégés, qui donneront les futures tiges aériennes. Le plus connu des tubercules est celui de l'Anémone. On parle alors de "pattes" d'Anémone.

Le corme : semblable extérieurement au bulbe tuniqué, le corme possède plusieurs tuniques fibreuses, mais pas d'écailles. Sous ces tuniques, 1 ou 2 bourgeons sont présents et se développent au cours de la période de végétation. Chaque année, un nouveau corme se développe au-dessus de l'ancien, formant ainsi au terme de la saison le corme de remplacement. Les plus connus d'entre eux sont le glaïeul et le crocus.

Le rhizome : c'est en fait une tige charnue et renflée faisant penser à une racine dont le développement est horizontal et à faible profondeur. Dans certains cas, il rhizome effleure le niveau du sol. Il est protégé par un épiderme dur souvent recouvert de feuilles ayant pris la forme d'écailles sèches. Les racines se développent de part et d'autre du rhizome qui possède un bourgeon et de nombreuses cicatrices d'anciennes feuilles. Il produit de nouvelles pousses au fur et à mesure de son allongement. Les plus connus d'entre eux sont les Canna ou les Iris.

La racine tubéreuse : appelée également tubercule radiculaire, la racine tubéreuse est une véritable racine épaisse et charnue renfermant des réserves. De forme cylindrique et d'aspect rugueux, une souche peut en posséder plusieurs dont la taille peut devenir assez conséquente. Chaque partie est remplacée par une nouvelle racine à la fin de la saison qui se gonfle de réserve pour assurer la survie durant l'hiver. On dit alors que la racine tubéreuse est annuelle. La plus connue est celle du Dahlia.

La racine fasciculée : elle est formée d'une souche possédant un bourgeon central, entourée de racines épaisses. Ces dernières se développent horizontalement ou verticalement, et sont réputées pour être cassantes et sensibles au dessèchement. Le bourgeon central est protégé par un amas de fibres. La plus connue des plantes à racine fasciculée est la Renoncule. On les appelle les griffes de Renoncule. 

horizontal rule

La plantation des plantes à bulbes

Avant toute plantation, il est nécessaire de préparer le sol qui va recevoir les jeunes plants. L'ameublissement, la fumure ou l'amélioration d'une terre sont des facteurs garantissant la réussite d'une culture.
La première étape de l'ameublissement d'un sol est le labour. Celui-ci est entrepris au moyen d'une bêche plate, d'une bêche à dents ou d'une charrue, et consiste à ameublir la terre sur une profondeur de 20 à 25 cm. Le labour peut être précédé d'un sous-solage qui consiste à ameublir le sol au-delà de 25 cm. Mais ceci n'est pas indispensable pour les plantes bulbeuses, car leur enracinement n'est pas profond.
S'il s'agit d'un sol qui n'a jamais été cultivé auparavant, le labour consiste à retourner la terre en enfouissant l'herbe ou les débris végétaux se trouvant en surface. Il permet également d'aérer le sol et de diviser les mottes de terre afin de rendre la plantation et le développement des racines plus aisés. Au cours du labour, il est recommandé de supprimer les cailloux, ainsi que les racines de mauvaises herbes qui peuvent dans certains cas se développer à partir d'un simple fragment de racines. S'il s'agit d'un massif déjà travaillé auparavant, le labour ameublira le sol en permettant la plantation et le développement des racines.
La fumure de base est incorporée au moment du labour. Il s'agit d'apporter les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des plantes bulbeuses. La fumure peut être d'origine organique tels que le fumier de ferme bien décomposé, la poudre d'os, la corne ou le sang desséché. Mais il existe aussi des engrais d'origine chimique dit "engrais complets de plantation" adaptés aux plantes bulbeuses et dont la manipulation est plus propre et facile.
Lorsque le sol est compact et lourd et qu'il n'est pas drainant, il y a un risque de voir un excès d'eau provoquer le développement de maladies. Pour remédier à cet inconvénient, il est recommandé d'ajouter quelques pelletées de sable au moment de la plantation afin de rendre la terre plus drainante.
A l'opposé, lorsque le sol est trop sablonneux et donc drainant, sa capacité de retenue d'eau est faible. Un apport de tourbe est nécessaire, car les plantes bulbeuses n'apprécient guère le sec.
Le sol idéal se situe entre la terre sablonneuse et celle plus argileuse. Il doit être riche, drainant et frais. Au besoin préparez un mélange de sable grossier, de terreau et de compost.

La préparation des bulbes :
Les bulbes à fleurs printanières ont besoin de passer un certain temps au froid pour bien fleurir. Il faut savoir que plus la période de repos d'un bulbe se prolonge, moins les chances de reprises sont grandes et plus la plante sera gourmande en eau, en soleil et en éléments fertilisants.
La préparation des bulbes en vue de leur plantation consiste à vérifier leur état sanitaire, leur qualité et leur diamètre, ainsi qu'à les traiter préventivement contre les maladies fongiques.
Supprimer tous les bulbes ramollis, légers ou creux. Ils ne se développeront que faiblement et ne fleuriront pas.
Pour assurer une belle floraison, il est conseillé de supprimer les bulbes de faible diamètre et de ne garder que les plus gros. Les plus petits sont mis en culture uniquement en vue de les faire grossir. Ils seront plantés dans les massifs plus tard, lorsque leur diamètre le permettra.
La lutte contre les maladies fongiques est indispensable. Elle consiste à enduire les bulbes de poudre afin de les préserver de toute attaque. Cette poudre composée d'un fongicide évitera le développement de la sclerotiniose, du botrytis, du pythium qui menacent les bulbes.
Une pulvérisation des bulbes avec un produit éloignant les rongeurs peut être nécessaire, si le risque d'attaque est présent.

La plantation des bulbes est un vrai jeu d'enfants. Arès avoir choisi un emplacement et une exposition qui leur conviennent, il suffit de les enterrer, un par un, à la profondeur préconisée, en veillant à diriger la future pousse (souvent le côté le plus pointu) vers le haut. Procédez le plus tôt possible, dès août-septembre pour les plus précoces, jusqu'en octobre-novembre pour les plus tardifs. Les floraisons n'en seront que nettement plus appréciables. L'extrême limite pour la plantation des bulbes à floraison printanière est le mois de janvier. Les bulbes à floraison estivale seront plantés entre mars et mai selon les espèces. Espacez-les d'environ 10 cm, selon la taille du bulbe, sauf les crinums et les dahlias qui exigent un écartement égal à la moitié de leur hauteur.  

Planter quels bulbes à quelle profondeur :

La règle générale est de les recouvrir d'une quantité de terre égale à deux fois la hauteur du bulbe, à l'exception des cyclamens, des cardiocrinums, des dahlias, des iris et des Lilium candidum. Les chiffres donnés par les revendeurs pour la profondeur de plantation correspondent à la hauteur de terre nécessaire pour recouvrir le bulbe : planter un bulbe à 15 cm de profondeur signifie qu'il faut le couvrir de 15 cm de terre. Les bulbes sont plantés à ces profondeurs moyennes dans les sols de consistance normale ; plus profondément en sol léger et moins profondément en terrain plus compact.

En surface Lis candide, Amaryllis,  
4 ou 5 cm Renoncule, Anémone
6 ou 7 cm Corydale, Eranthis
7 ou 8 cm Chinodoxa
8 ou 9 cm Scille, Alllium, Galanthus, Crocus
9 ou 10 cm Glaïeul
10 ou 11 cm Iris bulbeux
11 ou 12 cm  
12 ou 13 cm Narcisse
13 ou 14 cm Jacinthe, Tulipe
14 ou 15 cm  
15 ou 16 cm  
16 ou 17 cm  
17 ou 18 cm lis (sauf le lis candide)
18 ou 19 cm  
19 ou 20 cm Fritillaire impériale

Les corbeilles à planter les bulbes sont très pratiques. Idéales pour la plantation des bulbes et des plantes bulbeuses, qu'il s'agisse de tulipes, de narcisses, de jacinthes ou de glaïeuls. Il suffit de recouvrir le fond des corbeilles d'une couche de terre avant d'y déposer les bulbes à la distance qui convient. Creuser alors des trous à la profondeur voulue, déposer les corbeilles dedans et recouvrir. La floraison passée, déterrer les bulbes fanés pour les conserver jusqu'à la saison suivante. Ils sont en matière plastique dure. Diamètre 25 cm.

Prévoyez à l'occasion de la plantation le tuteurage des espèces les plus élevées. Pour cela, installez dans la terre tout près du bulbe, bien fiché à une vingtaine de centimètres en profondeur, un morceau de tube de cuivre ou de plastique qui dépassera à peine du sol. Il suffira d'y glisser un tuteur le moment venu.

horizontal rule

L'entretien des plantes à bulbes

L'arrosage : l'arrosage des plantes à bulbes varie selon plusieurs critères. Tout d'abord, il dépend des plantes et de leur développement. Ensuite, il est étroitement lié au type de terre dans lequel elles sont cultivées.
Dans le premier cas, une Tulipe ou un Crocus aura moins besoin d'eau qu'une touffe de Dahlia ou de Bégonia tubéreux. Aussi, l'arrosage devra être effectué en fonction de la taille des plantes et de leur importance.
Les besoins en eau d'une plante varient également en fonction de sa croissance. Au début de sa culture une plante demandera moins d'eau qu'au moment de sa floraison.
Enfin, deuxième critère, l'arrosage dépend de la nature du sol, car si un sol compact et lourd retient facilement l'eau, ce n'est pas le cas d'un sol sablonneux et drainant.
C'est donc au jardinier de prendre en compte tous ces éléments afin de déterminer le bon moment pour arroser et d'évaluer la quantité d'eau qui sera nécessaire.
Il faut savoir que le sol, pour les plantes bulbeuses, doit être maintenu frais et humide. Ainsi, même en hiver, si le sol est très sec et qu'il gèle, il est conseillé de profiter d'un moment de redoux dans la journée pour effectuer un arrosage. En effet, le gel plus la sécheresse provoquent la déshydratation des bulbes.

La fertilisation d'entretien : pour les plantes à bulbes, la fertilisation d'entretien est capitale. C'est en partie elle qui assure la formation du nouveau bulbe. Elle contribue également à la nutrition du feuillage et à l'épanouissement des fleurs.
On distingue les engrais chimiques fournissant les éléments sous leur forme pure et les engrais organiques regroupant la corne, la poudre d'os ou le fumier décomposé (compost).
Chaque plante a besoin de trois éléments : l'azote, le phosphore et la potasse (N.P.K.)
L'azote (N) favorise la croissance du feuillage et des tiges au départ de la végétation et stimule la végétation en cours de saison.
Le phosphore (P) favorise le développement des racines et est utile avant et pendant la floraison.
Enfin, la potasse (K) accentue les couleurs des fleurs durant la floraison et intervient durant la formation des organes de réserve.
Pour les plantes à bulbes, il faut préférer un engrais à dominance phosphorique pour aider la plante à démarrer et à dominance potassique pour aider le nouveau bulbe à se former.
Au moment de la floraison, il est conseillé de stopper tout apport d'engrais afin de laisser la plante se mettre progressivement en repos de végétation.

La taille : il n'y a pas de taille à proprement parler. Il s'agit plutôt de supprimer les fleurs fanées et le feuillage sec.
Les fleurs fanées après leur épanouissement doivent être enlevées, afin d'éviter que la plante ne nourrisse les graines au détriment de la mise en réserve d'éléments nutritifs dans le bulbe de remplacement. 
Le feuillage des plantes à bulbes laissées sur place peut être supprimé uniquement après son complet dessèchement car les éléments se trouvant dans les feuilles descendent vers le bulbe et constituent les réserves pour la saison à venir.

La lutte contre les parasites et les maladies : les principaux ennemis des plantes à bulbes sont les pucerons, les thrips, les maladies fongiques et celle d'origine virales ou bactériennes.
La lutte préventive consiste à éliminer les bulbes attaqués ou blessés avant la plantation et à surveiller leur état au moment de l'hivernage. En cas d'attaque d'un parasite ou d'une maladie, il est prudent de se débarrasser de ceux dont l'état sanitaire n'est pas satisfaisant voire douteux.

Soins divers : qu'ils soient cultivés en pots ou godets ou en pleine terre, les plus hâtifs des petits bulbes nécessitent des soins. Il est conseillé de les chausser généreusement de gravier fin dès le mois de décembre. Les graviers recouvriront les bulbes juste installés, que leurs racines auraient rehaussés en se développant ; ils draineront les excès d'eau et éviteront les éclaboussures de boue dues à la pluie. Seul inconvénient : comme tous les paillis, il attire les limaces : il vous suffira de mêler quelques appâts au gravier.

horizontal rule

La multiplication

Le pays auquel on pense lorsqu'il s'agit de bulbes et de plantes à organes de réserve, est sans aucun doute, la Hollande. En effet, la Hollande reste le principal producteur de bulbes grâce à la nature de son sol et de son climat.
Il existe deux moyens de multiplier vos plantes à bulbes : l'un est le semis, l'autre la multiplication végétative.
Le semis est rarement utilisé pour multiplier les plantes à bulbes. En effet, il n'est pas possible de fixer définitivement les caractéristiques d'une variété lorsque celle-ci est multipliée par semis. On obtiendra de nombreuses variantes et non la réplique fidèle de la variété d'origine.
La multiplication végétative regroupe un grand nombre de moyens naturels ou non : la division, la récupération des bulbilles, des stolons ou des drageons, et le bouturage.
La division consiste à séparer les écailles des organes de réserve, afin de les repiquer séparément dans du sable. Chaque écaille ainsi repiquée donnera une nouvelle plante. C'est le cas par exemple des Jacinthes et de certains Iris.
La récupération de bulbilles est certainement le mode de multiplication le plus fréquent. Ces bulbilles se développent autour du bulbe principal ou au niveau de la tige (c'est le cas de certains Lis). Après une mise en culture dont le but est de les faire grossir et d'atteindre un diamètre suffisant pour obtenir une belle floraison, les bulbilles deviennent des bulbes capables à leur tour de former des nouvelles bulbilles.
Certaines espèces émettent au niveau des stolons des nouveaux organes de réserve qu'il est possible de séparer du pied-mère, afin d'en faire des sujets totalement indépendants et autonomes.
Le bouturage peut également être entrepris chez certaines espèces de Dahlias ou de Bégonias tubéreux.
Enfin, la division de souche peut se faire uniquement pour les rhizomes et les tubercules. Au moment de la division, il est simplement nécessaire de s'assurer que chaque partie ainsi divisée possède un bourgeon.

horizontal rule

L'achat de bulbes

Une règle d'or : achetez vos bulbes dès leur apparition dans les points de vente ou dès la réception des catalogues. Vous bénéficierez ainsi des meilleurs bulbes. Souvent, en fin de saison, les bulbes sont secs, voire moisis.
Au moment de l'achat, plusieurs critères sont à prendre en compte, car la réussite et le succès d'une culture dépendent de la qualité des bulbes.
Le diamètre du bulbe revêt une importance primordiale. En effet, pour obtenir une abondante floraison, le bulbe doit être suffisamment gros. Ainsi par exemple, la circonférence minimum pour une Jacinthe est de 14 à 15 cm. Au-dessous, la floraison ne sera pas remarquable, au delà elle sera plus belle et prolongée. Pour obtenir de belles hampes florales, il faut choisir des bulbes dont la circonférence avoisine les 18 ou 19 cm.
Le mode de conditionnement est également important. Un bulbe qui a souffert de l'humidité ou au contraire du sec, est condamné à moins bien fleurir. Aussi, tous les bulbes doivent être recouverts par une protection plastique, perforée pour les moins délicats, ou une protection en fibre de bois pour les plus sensibles.
Dans tous les cas, ils doivent posséder une étiquette indiquant la variété et garantissant l'origine. De plus, peuvent être indiqués, la hauteur, l'époque de floraison ou quelques renseignements sur la culture et les soins.
Enfin, l'état sanitaire revêt pour les plantes à bulbes un intérêt tout particulier. En effet, l'organe de réserve ne doit porter aucune trace de blessure ou de choc, qui sont les causes de développement de maladies. Les bulbes doivent être fermes et durs, et non mous et ratatinés. Enfin, ils ne doivent posséder aucune trace de maladie telles que la pourriture ou des moisissures.

Les calibres idéaux pour obtenir une belle floraison dès la première année :

Pour les Jacinthes - 1er choix : 18 à 19 cm de circonférence
- 2ème choix : 16 à 17 cm de circonférence
- 3ème choix : 14 à 15 cm de circonférence
Pour les tulipes - Au minimum 11 à 12 cm de circonférence
Pour les Crocus - Au minimum 9 à 10 cm de circonférence
Pour les Narcisses - Préférer les bulbes atteignant 14 à 15 cm de circonférence et possédant 1 ou 2 bulbilles.

Vous pouvez toutefois profiter des offres spéciales par quantités qui sont proposées par les revendeurs : pour un calibre un peu inférieur, le prix de revient des bulbes est souvent beaucoup moins élevé. Mais ne pensez pas faire une affaire en achetant un gros sachet de bulbes pas cher du tout. C'est un mauvais calcul. Un bas pris est rarement synonyme de qualité. Plus le calibre est petit, plus la floraison est maigre.

Et une fois achetés, ne tardez pas à les mettre en place.

horizontal rule

L' hivernage des plantes à bulbes

Après la floraison, deux cas de figure se présentent  :
- l'un consiste à arracher les plants et à hiverner les bulbes dans un local,
- l'autre consiste à les laisser sur place.

La méthode la plus simple consiste à laisser les bulbes en pleine terre. Certaines espèces, tels que les Crocus, les Jacinthes ou les Jonquilles, peuvent, lorsqu'elles sont cultivées en colonies dans une pelouse ou sous des arbustes, être laissées sur place. Le bulbe entre dans sa période de repos sans être déplacé. Il faut bien entendu que le sol soit sain et bien drainant, afin de pouvoir conserver les organes de réserve sans risque de développement de maladies. Les souches prendront alors avec les années des proportions de plus en plus importantes qui feront un plus bel effet décoratif et permettront d'être divisées. Si vous avez choisi cette formule, coupez les fleurs fanées, mais attendez par contre que le feuillage soit complètement desséché, bien jaune, avant de l'arracher, ou avant de tondre la pelouse si les plantes y ont été installées. C'est le signe d'une bonne maturation de l'organe de réserve qui a en effet besoin de sa chlorophylle pour se reconstituer. Prenez la précaution de marquer leur emplacement avec une poignée de sable pour éviter de les déranger au moment de la plantation d'autres végétaux.

L'hivernage sous abri :
Époque
: les bulbes à floraison printanière sont arrachés après leur épanouissement. Ceux à floraison estivale le sont en automne avant les gelées.

La préparation des bulbes en vue de l'hivernage :
Si nécessaire, prenez la précaution de repérer et d'étiqueter jusqu'au bout du processus, les espèces, variétés, couleurs et dates de floraison de vos sujets.
En général il faut attendre que le feuillage soit entièrement sec et fané, signe d'une bonne maturation des nouveaux bulbes formés en dessous, pour entreprendre l'arrachage. 
Cependant dans certains cas, il est difficile d'attendre leur complet dessèchement. La mise en place de la culture suivante ou le risque de fortes gelées peuvent imposer un arrachage rapide. Dans ce cas, il faut arracher les bulbes avec le feuillage encore vert et les stocker sur des claies ou dans des caisses à l'air libre jusqu'au complet dessèchement du feuillage. Vous pouvez aussi les replanter dans un sillon du potager ou dans un coin de pépinière ensoleillé. Prenez soin au départ de supprimer la tige défleurie pour éviter la mise à graines qui épuise le bulbe. Il faudra ensuite les arroser et les nourrir avec un engrais spécial bulbes, jusqu'à maturation du feuillage, au moins jusqu'à fin juin. Dès que celui-ci est sec, on peut entreprendre l'hivernage.

Arrachez-les bulbes en prenant soin de ne pas les abîmer. Vous les laisserez ensuite sécher quelques jours au soleil ou à l'ombre, mais au sec, avant de les nettoyer en les débarrassant de la terre et des restes de feuilles. Ceux qui possèdent une tunique de protection doivent conserver un peu de terre. Rabattez le feuillage qui reste au niveau du haut des bulbes et coupez les racines au sécateur. Faites le tri en ne gardant que les bulbes sains. Séparez les bulbilles (petits bulbes formés à côté du bulbe principal) et replantez-les dans un coin de jardin. Vous devrez les protéger de feuilles mortes pour l'hiver. Ils pourront fleurir dans trois ou quatre ans. 

L'hivernage : l'hivernage après arrachage des sujets, demande un minimum de précautions au moment de déterrer les bulbes, mais également tout au long de leur conservation. Le mode de conditionnement, le choix du local, la surveillance et les soins réguliers sont autant de facteurs à prendre en compte pour réussir un bon hivernage. Deux procédés d'hivernage peuvent se présenter. L'un consiste à conserver les bulbes à l'air libre dans un local. L'autre consiste à les enfouir dans la tourbe légèrement humide.
- L'hivernage au sec : les bulbes de Tulipes, Jonquilles, Jacinthes, Crocus, c'est-à-dire les bulbes tuniqués et les cormes. Ils sont disposés sur des claies ou des caissettes et sont conservés dans un local sec, frais, sombre et aéré, à l'abri du gel et protégé des rongeurs.
- L'hivernage dans du sable ou du la tourbe concerne les Dahlias, les Anémones ou les Lis, c'est à dire les tubercules, les rhizomes, les racines tubéreuses et les racines fasciculées qui ne peuvent être conservés à l'air libre. Laissés dans de telles conditions, ils se dessècheraient rapidement et compromettraient ainsi le succès de la future culture. Aussi est-il indispensable de les conserver dans un bac ou une caissette que l'on remplit de tourbe ou de sable. Les organes de réserve sont plantés dans le substrat que l'on maintiendra humide, mais sans excès, tout au long de l'hivernage. Il est parfois prudent de les saupoudrer d'un produit mixte insecticide et anticryptogamique pour prévenir toute pourriture et attaque de pucerons. Cet hivernage s'effectue également dans un local obscur, sec et aéré, et à l'abri du gel. On surveillera malgré tout, le développement de parasites ou de maladies durant l'hivernage. D'autres substrats peuvent être utilisés, tels que de la sciure de bois, des copeaux et même du papier journal. Si l'on possède une serre et que l'on souhaite obtenir quelques semaines d'avance, il est possible de rempoter les organes de réserve et de les y mettre en culture. Ainsi dès que les risques de gel sont passés, les plantes mises en place seront déjà bien formées et fortes, et fleuriront précocement.

C'est à partir de septembre que vous replanterez vos bulbes de printemps, pour préparer les floraisons du printemps suivant, et vous attendrez le printemps pour planter les bulbes à floraison estivale.

La division des touffes. Après plusieurs années de service en pleine terre, il est nécessaire de les diviser pour permettre un meilleur épanouissement des bulbes devenus trop serrés. Vous pourrez opérer dès que vous constatez que la floraison a été médiocre. Cette division s'effectue "en vert", après la floraison, tant que les feuilles sont visibles. Vous pouvez les replanter immédiatement en place, les mettre en jauge ou simplement les faire hiverner.

horizontal rule

Le forçage

Cette opération consiste à forcer une plante à fleurir avant son heure. Se prêtent bien à cet exercice, les jacinthes, les tulipes et les narcisses, les crocus et les muscaris. Le principe est de faire subir à la plante une période de froid et d'obscurité (un hiver artificiel) et de l'exposer ensuite à la lumière et à la chaleur (le retour du printemps). Choisissez de préférence des bulbes de gros calibres qui fleurissent généralement de manière plus soutenue et qui durent plus longtemps. Placez les bulbes dans des pots remplis d'un mélange de bon terreau et de sable à parts égales. Plantez-les très serrés et laissez dépasser le sommet. Humidifiez légèrement le substrat et placez les pots au garage ou à la cave (ou ailleurs pourvu qu'il y fasse froid, la température idéale étant de 0 à 5°C), dans une caisse que vous couvrirez d'un tissu noir ou de plusieurs épaisseurs de papier de journal, pour une parfaite obscurité. Vous pouvez aussi l'enterrer au jardin, au pied d'un mur. Vérifiez régulièrement l'humidité et au bout de 10 à 12 semaines, lorsque les pousses atteignent 2 à 3 cm,  rentrez le tout dans une pièce à température plus douce (5 à 10 °C) pendant encore une ou deux semaines environ. Véranda, garage, sous-sol sont des lieux d'accueil privilégiés avant l'installation définitive des bulbes dans la maison chauffée et éclairée. Vous pouvez aussi les placer dans le bas du réfrigérateur pendant trois ou quatre semaines avant de les planter.
Vous prolongerez notablement la floraison en plaçant toutes les nuits vos potées sur le rebord de la fenêtre, s'il ne gèle pas, à l'abri des volets refermés.

horizontal rule

L'utilisation des plantes à bulbes à l'extérieur

Les massifs printaniers et estivaux : les massifs sont des plates-bandes consacrées aux plantes à floraison printanières et estivales, annuelles ou bisannuelles. Dans certains cas, il est possible d'y associer des arbustes d'ornement ou des conifères.
Une partie d'un massif peut être réservée aux fleurs destinées à la coupe. Ainsi les Dahlias, les Glaïeuls ou les Iris convenant très bien pour les bouquets de fleurs fraîches peuvent être associés à d'autres plantes fleuries ou cultivées indépendamment dans une zone consacrée à ce type de culture.

Les vasques et les bacs : une simple jardinière de Crocus et c'est tout l'aspect d'un balcon qui change. En été, les Bégonias tubéreux supportent très bien la culture en bac : ils orneront agréablement les abords d'une terrasse ou la façade d'une maison. La culture en bac permet en outre de forcer les pantes à bulbes. En effet, plantés en hiver, les bulbes commenceront à se développer à l'intérieur, et dès les premiers jours du printemps, ils décoreront une entrée, un rebord de fenêtre de leurs fleurs alors que ceux plantés au jardin commenceront à peine à pousser.

Les colonies libres : ce sont des ensembles de bulbes d'une même espèce qui créent des taches de couleur sur une pelouse ou sous un massif d'arbustes. Ainsi les Crocus, les Jonquilles ou certaines Tulipes botaniques animent les premiers les espaces verts d'un jardin au printemps. Au bout de quelques années, leur nombre augmente et il peut être nécessaire de les diviser pour en replanter ailleurs ou agrandir la colonie.

horizontal rule

L'exposition

Certains, tels Cyclamen, Fritillaria camschatcensis, Galanthus, Hyacinthus, Mertensia, Trillium grandiflorum et Veltheimia Walaria aiment l'ombre des arbres. N'hésitez pas à en planter un grand nombre en sous-bois, en bordure et en massif.

horizontal rule

12 mois de bulbes

Janvier Février-mars Avril-mai
Cyclamen Anémone blanda Allium
Eranthis Chionodoxa Bletilla
Galanthus caucasicus Crocus Erythronium
Galanthus nivalis Cyclamen Fritillaria
Iris histrioides Fritillaria meleagris Iris pumila
Pushkinia Hyacinthus Iris unguicularis
  Iris histrioides Leucojum
  Muscari Muscari
  Narcissus Narcissus
  Scilla Ornithogalum
  Tulipa fosteriana Scilla
  Tulipa kaufmaniana Tulipa
Juin Juillet Août
Allium sphaerocephalon Allium caeruleum Agapanthus
Anemone Alstroemeria Allium cyathophorum
Arum Canna Canna
Camassia Crocosmia Cardiocrinum
Camassia Eremurus Crinum
Eremurus Galtonia Eucomis
Fritillaria Gladiolus Galtonia
Gladiolus Iris siberica Iris kaempferi
Hyacinthus Lilium Lilium auratum
Iris germanica Montbretia Zantedeschia
Lilium candidum Tigrida  
Paeonia Tropaeolum  
Tulipa Zantedeschia  
Septembre Octobre Novembre-décembre
Agapanthus Amaryllis Cyclamen alpinum
Begonia Anemone japonica Nerine
Gladiolus Crocus Schizostyllis
Lilium henryi Cyclamen alpinum Cyclamen coum
  Iris unguicularis Hyacinthus
  Nerine  
  Pleione  

horizontal rule

 

Choisissez vos bulbes :

• Acidanthera • Agapanthe • Ail • Alstroemeria • Amacrinum • Amaryllis • Anémone • Arisaema • Arum • Asphodeline • Babiana • Bégonias tubéreux • Bloomeria • Brodeia • Camassia • Canna • Capucines bulbeuses • Chlidanthus • Chionodoxa • Colchiques • Cosmos chocolat • Crinum • Crocosmia • Crocus • Colocasia • Curcuma • Cyclamen • Cyrtanthus • Dahlias • Dichelostemma • Dracunculus • Endymion • Eranthis • Eremurus • Erythronium • Etoile de Bethleem • Eucharis • Eucomis • Ficaire • Freesia • Fritillaire • Galanthus • Galtonia • Glaïeuls • Gloriosa • Hédychium • Helléborine • Hippeastrelia • Homeria • Hyacinthella • Hymenocallis • Incarvillee • Ipheion • Iris • Ismène • Ixias • Ixiolirion • Jacinthe des Bois • Jacinthe du Cap • Jacinthe • Jonquille • Leucocoryne • Leucojum • Lis • Liriope • Lycoris • Mirabilis • Montbretia • Muscari • Myrmecodia • Narcisse • Nectaroscordum • Nerine • Nivéole • Ornithogale • Oxalis • Perce-neige • Polianthes • Puschkinia • Rhodohypoxis • Roscoe • Safran • Sandersonia • Schyzostylis • Scille • Sparaxis • Sprékélia • Sternbergia • Tigridia • Triteleia • Tritonia • Tulbaghia • Tulipe • Vallota • Zantedeschias • Zéphyranthes •

 

horizontal rule