Clématites

horizontal rule

DIMENSIONS

 Hauteur : de 40 cm à 10 m

FLORAISON 

Toute l'année selon les variétés  

 FRUCTIFICATION

 graines décoratives

EXPOSITION

 soleil et mi-ombre

Les clématites appartiennent à la famille des Renonculacées, comme les ancolies, les anémones. Elles font partie des rares Renonculacées ligneuses. Le genre Clematis comprend environ 200 espèces se développant sur tous les continents. On reconnaît l'appartenance à cette famille aux fruits plumeux qu'elles produisent après la floraison. Au royaume des plantes grimpantes, la clématite est reine. Ses fleurs aux formes et aux coloris variés n'ont rien à envier aux plus belles roses auxquelles on les associe volontiers. Elles possèdent toutes une souche ligneuse et des tiges tantôt annuelles et herbacées, tantôt ligneuses elles-mêmes. Toujours à la recherche de la lumière, les espèces grimpantes s'élèvent en enroulant les pétioles de leurs feuilles autour de tout support potentiel : arbres et arbustes, rosiers grimpants, barrières, haies, treillage ... Elles savent aussi ramper. Leurs tiges s'épaississent pour former de solides lianes. Vigoureuses, remontantes et produisant des fleurs spectaculaires en taille et en coloris, les clématites hybrides figurent dans tous les jardins. Elles fleurissent surtout en juin et sont parfois remontantes. Leur gamme ne cesse de s'étendre en s'améliorant. Les coloris sont plus vifs, la floribondité plus grande, la vigueur s'affirme, sans rien enlever aux variétés classiques qui ont fait leurs preuves. Quantité de plantes botaniques et de variétés anciennes à petites fleurs ont été remises à l'honneur. Le jardinier amateur se trouve confronté à une foule de cultivars aux formes et aux couleurs plus belles les unes que les autres. C'est en déterminant l'utilisation à laquelle il les destine que son choix sera le plus facile à faire.

Les espèces et les variétés   Les espèces et les variétés    Les espèces et les variétés

On les classe souvent en fonction de la dimension de leurs fleurs et leur période de floraison : les clématites à petites fleurs (par exemple, les clématites Alpina ou Montana, à floraison précoce), les clématites précoces, à grandes fleurs qui fleurissent au printemps sur le bois de l'année précédente, puis à nouveau, sur le bois de l'année (exemple : 'Clair de Lune' et 'Barbara Harrington') et les clématites tardives à grandes fleurs qui fleurissent de juin à septembre, sur le bois de l'année (exemple : 'Anna Louise').

La Clematis armandii, peu rustique, est dotée d'un superbe feuillage, vert lustré, et elle se couvre en février-mars, d'une cascade de fleurs parfumées blanches, parfois ombrées de rose. Sa remarquable vigueur lui permet d'atteindre 4-5 m sans souffrir du froid (-10°C), mais ce dernier risque d'abîmer ses boutons. Il est donc préférable de la réserver aux climats les plus doux (côte ouest, Midi), et de lui donner une exposition abritée ou l'abri d'une véranda. C'est une des rares clématites persistantes. Les grandes feuilles allongées, épaisses et coriaces, prennent une couleur brune en été. Il ne faut pas hésiter à supprimer les branches gênantes après la floraison. Utilisez-la pour garnir un mur ou une pergola en sol calcaire. Plantez-la à l'automne en apportant un engrais organique ou du compost afin qu'elle s'installe bien avant l'hiver. 

La clématite montana, à feuillage persistant, n'a eu aucune peine à devenir populaire : elle pousse vite et vigoureusement  (8 à 10 m) et elle se couvre en mai de tant de fleurs étoilées que le feuillage disparaît sous la profusion. Le type sauvage, blanc, et plusieurs des nombreuses variétés, dégagent en outre une délicieuse odeur de vanille. Les diverses formes de C. montana à petites fleurs blanches, rose pâle ou rose vif et croulant littéralement sous les fleurs sont les vedettes du printemps. Elles fleurissent d'avril à juin et elles ne remontent pas, ou très peu, mais quelques formes s'épanouissent tardivement, en juin ou juillet, ce qui permet d'en prolonger la saison. De culture facile, elles couvrent aisément tous leurs supports. On les choisit souvent pour monter dans les arbres ou escalader un mur. Pour un effet spectaculaire, associez-la à une glycine de Chine.
C. montana
'Tetrarose', rose,  fleurit en avril-mai. Ses fleurs sont plus grandes et plus teintées. 
C. montana 'Wilsonii' : les fleurs sont blanc crème avec de larges étamines jaunes. Parfum suave et très marqué ressemblant à celui du mahonia. Floraison en juin-juillet. 
C. montana 'Mayleen' : rose foncé avec de larges étamines jaunes. Fort parfum d'œillet mignardise. Floraison en mai-juin.
C. montana 'Giant Star' : grandes fleurs rose.
Les clématites des montagnes s'accommodent de tout emplacement, mais les fleurs durant moins longtemps au soleil, choisissez-leur une exposition un peu fraîche.

Clematis cyrrhosa balearica : clématite des Baléares. Son ravissant feuillage persistant est coloré de rouge par le froid. Cette clématite, rare, offre, en outre, l'attrait d'une floraison tout l'hiver : à l'abri d'un mur ensoleillé, s'épanouissent continuellement de novembre à mars, de petites fleurs jaune verdâtre légèrement panachées de pourpre à l'intérieur. Elle est assez rustique et vous pouvez la cultiver sans problème jusqu'en région parisienne. Ailleurs, abritez-la dans une véranda. Plantez-la contre un mur exposé au sud, dans une terre enrichie en fumier ou en compost. Elle peut aussi être cultivée en terrain sec et calcaire. Guidez-la au départ, ensuite elle s'agrippe toute seule jusqu'à 5 m de haut, voire plus. Ne vous étonnez pas de voir la plante griller littéralement chaque année en fin d'été, au point de paraître morte. Elle reverdit vite en automne et fleurit avant les premiers froids. Plantez à son pied une touffe imposante de Schizostylis à fleurs rose pâle pour un séduisant contraste en automne. Taillez-la après la floraison afin de limiter son grand développement. 

Pour l'été, les valeurs certaines sont les étonnantes jaunes, Clematis orientalis et la proche Clematis tangutica, aussi belles en fleurs qu'en feuilles ou en fruits. Elles se caractérisent, outre leur vive couleur, par la texture épaisse de leurs fleurs. C. tangutica fleurit en juin-juillet et ses fleurs jaunes, de 4 cm de diamètre, simples et campanulées, virent à l'ocre et se croisent avec les premiers fruits argentés et plumeux qui durent tout l'automne. C. orientalis peut faire 6 m de hauteur et toutes les expositions lui conviennent. Ses fleurs font 6 cm de diamètre et elle fleurit entre juin et septembre.

Clematis flammula, aux élégantes fleurs blanc crème assez insignifiantes, fleurit en juillet-août, et émet un parfum puissant aux heures chaudes de la journée.  De culture facile, elle produit à foison des fleurs d'une légèreté sans pareille. Elle fleurit parfois jusqu'en octobre. Elle monte dans les arbres à plus de 6 m de hauteur. Elle est ravissante sur un mur de terrasse, ou installée au pied de vivaces leur servant de fond de décor.

L'automne, septembre et octobre, voit la floraison jaune acidulé de Clematis rehderiana, étonnante chinoise aux énormes grappes de fleurs en clochettes et au parfum frais.

L'espèce type de Clematis texensis, la clématite du Texas qui portait jadis le nom de Clematis coccinea, est devenue rare dans la nature et encore plus en culture. De couleur rubis, c'était la seule vraiment rouge, et elle a été choisie pour introduire la couleur rouge dans la gamme des clématites hybrides. Elle a donc donné naissance à de magnifiques hybrides aux fleurs élégantes, rouges chez 'Gravetye Beauty' en 1900, et rose pur chez 'Duchess of Albany'

Parmi le grand nombre d'espèces et de variétés de clématites, il existe des formes semi-herbacées, à cheval entre les clématites "à bois" et les herbacées et pas franchement grimpantes. On peut les cultiver à même le sol, pour peu qu'elles bénéficient de supports sommaires. Tel est le cas de Clematis heracleifolia 'Wyevale', étonnante et charmante, qui fleurit en arrière-saison et dispense ses fleurs en bouquets, comparables, de forme et de couleur, à des jacinthes bleues qui fleuriraient sur une longue tige. Autre point commun avec les jacinthes, un parfum suave qui se répand alentour. Laissez-la cascader sur des arbustes bas ou un muret qu'elle habillera avec prestance. C'est une compagne idéale pour les hortensias de couleur bleue.
Clematis macropetala, originaire de Mandchourie, est une liane courte, proche d'aspect des plantes vivaces. Ses fleurs sont garnies en leur cœur d'une masse de pétaloïdes formant un pompon qui les fait paraître doubles. Elles forment des clochettes de 5 à 6 cm aux étamines blanc crème. Lavande vif à l'origine, elles peuvent être plus claires, ou encore blanches ou roses dans les quelques variétés. Ces plantes trapues conviennent à la culture en jarre et peuvent courir sur le sol. Plantez ces clématites si vous voulez avoir les premières fleurs en avril. 

Les fleurs de Clematis alpina, bleues en forme de coupes retombantes, ressemblent à celles de C. macropetala. Elle fleurit en avril-mai

Parmi les herbacées, non grimpantes, mais à tiges dressées, on trouve Clematis recta, surtout étonnante dans la forme 'Purpurea', à feuilles pourpres. Ses nombreuses fleurs blanches en panicules terminales sont odorantes. Elle forme de simples touffes épaisses de 1,5 m de haut et parfaites en plates-bandes. Floraison juin-juillet.
Clematis integrifolia
émet, à partir d'une souche ligneuse, des tiges herbacées de 40-50 cm de long et se couvre de fleurs campanulées en juin-juillet. C'est sans doute la plus courte des clématites aisées à cultiver. Sa petite taille la ramène à l'usage d'une plante vivace. On l'accueille souvent en rocaille. Mais la meilleure situation est au sommet d'un muret de pierres sèches où ses fleurs seront bien visibles.

Les Clematis viticella, à petites fleurs violet pourpré, fleurissent en été et au début de l'automne. Il en existe de nombreuses variétés allant du blanc pur au rouge foncé.

La clématite des haies, Clematis vitalba, offre des fleurs blanc crème et fleurit en fin d'été. Ses houppettes fructifères blanc grisâtre qu'elle produit sont très décoratives, surtout au soleil.

Clematis paniculata fleurit tardivement. Elle produit des fleurs blanches et odorantes.

La clématite "tendance" par excellence, 'Barbara Harrington'. Tout en générosité, c'est une variété particulièrement florifère : deux floraisons de longue durée dans l'année. D'un coloris fuchsia intense, cette belle plante, qui peut atteindre jusqu'à 3,50 mètres de hauteur, ne passe pas inaperçue dans les jardins.

Les clématites à fleurs doubles sont modestement répandues. La raison tient peut-être à ce qu'il existe peu de variétés réussies. Un peu lourdes, leurs fleurs sont parfois mal formées et même teintées de vert. Donnez-leur toutes leurs chances en les taillant légèrement et en les nourrissant bien. Les variétés remontantes sont toujours simples à la seconde floraison.

  Conseils de culture   Conseils de culture   Conseils de culture   Conseils de culture  

Plantation

Les conditions idéales de reprise d'une clématite se résument à l' exposition, ensoleillée ou mi-ombragée, et à la qualité du sol. Évitez les expositions trop brûlantes. Les clématites apprécient les terres peu calcaires, consistantes, sans plus, et qui ne dessèchent pas. Installez-les dans un sol profond, bien labouré, fertile, frais mais bien drainé. La plantation peut se faire en novembre, mais comme la plante pourrait souffrir de l'hiver, on préfèrera le printemps qui leur donnera le temps de s'installer avant l'hiver prochain, mars étant le mois idéal car elles peuvent bénéficier d'une humidité et d'une douceur printanières propices à leur bonne reprise. Si l'emplacement choisi ne correspond pas aux exigences de votre clématite, creusez un trou de 50 cm en tous sens au fond duquel vous placerez une couche de 15 cm de gravier drainant et rajoutez une couche de terre sablonneuse en sol argileux. Comblez le trou avec un mélange de terre de jardin, de compost, de terre de bruyère ou de tourbe, et de fumier bien décomposé, ou un équivalent vendu dans le commerce. Ajoutez à ce mélange une poignée de sang séché ou de poudre d'os. Réhydratez la motte en plaçant le conteneur dans une bassine d'eau. Dès que la motte est bien imbibée, enlevez-la délicatement du conteneur en la maintenant à la main car les racines sont très fragiles et la plante est cassante au niveau du collet. Couchez-la à 30-40 cm du futur support, dirigez le tuteur vers le support à garnir, et enterrez-la à une profondeur de 10 cm. Ainsi la partie enterrée de la tige, fortement inclinée, formera rapidement de nouvelles racines tout en renforçant la vigueur de la clématite. Arrosez et paillez sur 10 cm. On dit, non sans raison, que les clématites aiment avoir la tête au soleil, mais les pieds à l'ombre. Cette réputation tient à ce que les clématites, plantes de sous-bois, profitent d'ordinaire de l'ombre naturelle des buissons. Mais installées le long d'un mur, elles voient leur écorce fragile soumise aux coups de soleil et à une forte réverbération. C'est pour cette raison qu'il faut impérativement protéger du soleil le pied de la plante avec une tuile provençale (n'utilisez pas d'ardoise), un paillage ou un arbuste planté à proximité. Ils lui feront de l'ombre et lui éviteront tout dessèchement. A la plantation, toutes les variétés de clématites d'été doivent être taillées assez bas pour leur éviter de pousser trop rapidement à la verticale sur une seule tige. Après avoir repéré la paire de boutons bien formés les plus bas, à 30 ou 40 cm du sol, taillez la tige juste au-dessus. La floraison sera plus tardive mais la ramification meilleure. Tassez bien la terre et après avoir arrosé copieusement, fixez les tiges principales, à l'aide de liens de raphia, sur le support que vous lui avez choisi. Grâce à leur pétioles volubiles, les tiges se fixent aisément sur un tuteur, un teillage ou de simples fils tendus sur un mur. 

Entretien

La première année de plantation, suivez bien les arrosages et aidez les tiges à s'étaler correctement sur leur support. 
Chaque année, apportez en deux fois (entre février et juin) et à un mois et demi d'intervalle, un engrais complet. Cet engrais doit être mis à la portée des racines dans des trous forés dans le sol autour de la plante ou enfoui en retournant la terre sur 10 cm autour du pied. Il faut ensuite bien arroser. 
En été, arrosez régulièrement, surtout les deux premières années. 
Les vigoureuses pousses tendres sont régulièrement victimes du vent et des limaces. Il est donc conseillé de les planter à l'abri des vents et de lutter préventivement contre les gastéropodes. 
Enfin, un autre ennemi naturel des clématites, outre l'oïdium (sur certaines variétés) est une sorte de "fonte" qui fait sécher en quelques jours des pieds apparemment bien portants. Ce dépérissement brutal de votre clématite en été est le fait d'une maladie cryptogamique. Les spécialistes de la culture de cette plante conseillent d'effectuer en mai-juin, à titre préventif, un traitement fongicide avec un produit à base de bénomyl ou de captane. Le traitement doit être renouvelé une fois ou deux à 8 ou 10 jours d'intervalle. Vous butterez ensuite la partie traitée avec une terre légère enrichie de terreau. N'oubliez pas de changer de spécialité chaque année pour éviter l'accoutumance. 
Chez les clématites à grandes fleurs, supprimez les fleurs fanées et les ramilles qui les portent. Taillez prudemment. Par contre abandonnez les clématites des montagnes à elles-mêmes ou, si nécessaire, taillez-les, au besoin à la cisaille, après la floraison. 
Les clématites à petites fleurs ne sont pas sujettes à la maladie qui terrasse souvent les clématites à grandes fleurs.
Si votre plante manque de vigueur c'est peut être en raison d'un ensoleillement insuffisant.
Si les feuilles de clématite noircissent sans tomber, administrez un fongicide à la souche et buttez-la. Opérez en janvier.

La taille

Faut-il tailler ou non les clématites ? question fort débattue à laquelle il n'existe pas de réponse tranchée. On peut dire que ce n'est pas obligatoire, quelle que soit l'espèce ou la variété. Toutefois, c'est souhaitable, pour éviter d'avoir des pousses affaiblies. Mais les clématites ne s'entretiennent pas toutes de la même manière et une taille incorrecte risque de compromettre fortement la floraison. A chacune d'entre elles correspond donc une période idéale associée à une technique de taille particulière. En raccourci, agissez sur les espèces printanières dès qu'elles sont fanées. Les autres supporteront sans dommage une taille un peu hasardeuse. Dans le détail, on peut classer les clématites en trois groupes :

Le 1er groupe. Ce sont les clématites qui produisent leurs fleurs au début du printemps, juste à l'aisselle des feuilles, sur des tiges de l'année précédente. On y retrouve les C. alpina, C. armandii, C. macropetala, C. montana et C. chrysocoma. Il suffit dans un premier temps, de les nettoyer au cours de la période hivernale, des parties desséchées. Vous ne les taillerez réellement qu'après la floraison. Vous limiterez ainsi leur grand développement en laissant le temps aux nouveaux rameaux de forcir pour mieux fleurir l'année suivante. Mais comme cette taille n'est pas obligatoire, vous pouvez aussi supprimer, au cours de l'été, les fleurs fanées pour éviter que la mise à graine n'épuise inutilement la plante. L'une ou l'autre de ces règles appliquées, toutes vos variétés à floraison précoce vous offriront un refleurissement à l'automne.

Le 2e groupe. Il rassemble toutes les clématites hybrides, même les doubles, qui offrent la majorité de leurs grandes fleurs avant la mi-juin. C'est le cas de 'Nelly Moser', 'Vyvyan Pennel', 'Yvette Houry' ou 'Belle of Voking' qui fleurissent sur le bois de l'année précédente. En février-mars, supprimez toutes les parties qui se sont desséchées pendant l'hiver, et l'extrémité des rameaux jusqu'à la première paire de boutons. N'hésitez pas à tailler les rameaux trop faibles. Après la floraison, ôtez les graines qui épuisent inutilement la plante, vous assurerez ainsi une excellente remontée de floraison à l'automne.

Le 3e groupe. Il regroupe toutes les clématites qui offrent une seule floraison de mi-juin à septembre, sur le bois de l'année et se caractérisent souvent par un grand développement. Parmi elles, les clématites des groupes jackmanii et viticella, Clematis rehderiana, C. tangutica, C. orientalis, C. texensis, et les hybrides comme : 'Ernest Markam', 'Comtesse de Bouchaud', 'Ville de Lyon', 'Perle d'Azur' ou 'Duchess of Albany', ainsi que les semi-herbacées : recta, integrifolia ... qui repoussent chaque année avec une exubérance inouïe. En janvier-février, avant le départ de la végétation, taillez presque toutes les pousses de l'année passée : choisissez les yeux vigoureux à une hauteur de 20 ou 30 cm et taillez au-dessus. Votre clématite émettra à la base, de longues et vigoureuses pousses, nouveaux rameaux annonciateurs d'une belle floraison et qui formeront une touffe bien compacte. La tentation est grande de conserver les bourgeons du haut des tiges qui sont les plus gros. Au contraire, rabattez le plus court possible : la repousse n'en sera que plus puissante.

Ne laissez jamais une clématite s'emballer pour ne fleurir que sur une ou deux tiges. Dans ce cas, mieux vaut la rabattre après la floraison pour qu'elle se développe à nouveau sur plusieurs tiges. 

Multiplication

Pour les propager, vous avez le choix entre les trois techniques, le bouturage, le marcottage et le semis. 

Le plus simple est peut être le bouturage. Agissez en juillet-août au nord de la Loire, en septembre ailleurs. Un tronçon de tige, juste aoûté et muni d'une seule paire de feuilles, suffit parfaitement. Les clématites, à l'inverse des autres plantes, s'enracinent mieux sur les entre-nœuds que sur les nœuds. Les hormones sont rarement nécessaires. Piquez la base de la bouture, sous châssis, à mi-ombre, dans du sable frais. L'enracinement a lieu dans les quinze jours, mais mieux vaut les laisser tranquilles pour l'hiver. Empotez au printemps suivant et mettez en place un an plus tard. Vous pouvez également les tremper simplement dans de l'eau. Certaines variétés émettent des racines assez facilement. Dès que les racines ont atteint une longueur de 4 ou 5 cm, placez les boutures en godet contenant un mélange de terre et de sable maintenu constamment humide mais sans exagération. 

La technique du marcottage est pratique pour l'amateur qui souhaite obtenir de gros pieds en petite quantité. En fonction du nombre de nouveaux sujets que vous souhaitez obtenir, optez soit pour le marcottage par couchage en pot ou en serpenteau. Préférez la première technique car les clématites en pot se prêtent mieux aux transplantations que les clématites à racines nues. Vous pouvez opérer en août car la plante mère a eu le temps nécessaire pour produire des jeunes pousses assez robustes à proximité de la base du pied. De plus à cette époque, ces jeunes tiges sont assez lignifiées pour être couchées au sol. Mais vous pouvez également réaliser cette opération au printemps. Pour accélérer l'enracinement, blessez l'écorce avec l'ongle au niveau souhaité d'enracinement et appliquez un peu de poudre d'hormone de bouturage. Attendez un an pour être certain de pouvoir sevrer, et surtout transplanter, votre nouveau pied de clématite. Évitez de laissez vos marcottes en plein soleil, elles n'y résisteraient pas. Assez difficile.

Pour les espèces sauvages, tentez le semis. Récoltez les graines plumeuses en fin d'automne et semez-les dans du sable, en pot. Elles passeront l'hiver au froid pour ne germer qu'au printemps. Transplantez dès que possible et mettez en place au bout de un à deux ans, suivant la force des plantes obtenues. Les espèces vigoureuses (C. montana, C. tangutica ...) produisent des plants florifères en deux ans, avec parfois de très intéressantes variantes.

Les clematis montana, 'Hagley Hybrid' et 'Jean-Paul II' sont les plus faciles à bouturer. C tangutica, C. viticella et C. flammula à semer.

 

Une clématite au balcon
Même en pot au balcon, vous pourrez réussir une clématite. Elle aura besoin d'un tuteur ou, mieux, d'un treillage (ceux du commerce sont parfaits) et d'un pot d'une bonne quarantaine de centimètres de diamètre.
Installez au fond du pot une couche drainante de gravier (4-5 cm) puis couchez la motte de la clématite dans le substrat (terreau du commerce prêt à l'emploi ou mélange de terre de jardin, de terreau et de terre de bruyère) en l'inclinant pour enterrer la base de la tige sur une dizaine de centimètres (cette partie émettra des racines qui donneront plus de vigueur à la plante). Il ne vous restera plus qu'à attacher la tige au treillage en veillant à ne pas trop serrer les liens qui pourraient la blesser.

 

  Utilisations et associations   Utilisations et associations   Utilisations et associations

La clématite ne s'accroche pas naturellement à un mur. Il lui faut un support naturel ou artificiel autour duquel les branches pourront s'enrouler. Une fois bien installée dans le jardin, elle lance ses vigoureuses tiges à l'assaut des treillages, des pergolas, des arbustes ou des vieux arbres. Évitez de palisser les clématites contre un mur exposé au sud, l'exposition y est trop brûlante. Il vaut mieux les faire grimper le long des piliers d'une pergola ou bien à l'intérieur d'un pylône en bois, à exposition ensoleillée mais douce.

Suivant leur mode de végétation, vous utiliserez les clématites différemment. Les espèces courtes, ou herbacées, conviennent aux bordures (pour les plus petites), au fond des plates-bandes, voire à la rocaille. Les grimpantes les plus hautes, en revanche, s'associeront à d'autres grimpantes vigoureuses ou garniront seules une façade, un tronc d'arbre. Les clématites des montagnes sont excellentes pour couvrir une grande surface ou un vieux tronc d'arbre. Les hybrides à grandes fleurs, en majorité, de hauteur moyenne (2 à 3 m), habilleront un buisson persistant qui aura le double avantage de mettre leurs fleurs en relief tout en cachant leur feuillage qui, avouons-le, n'est guère beau en automne et hiver. De plus en plus, on utilise ces espèces avec succès comme couvre-sol ou bien on les laisse vagabonder au milieu de buissons bas ou de vivaces assorties dans les mixed-borders. En ce cas, taillez-les court chaque année. Peuvent être utilisées comme couvre-sol, seules ou accompagnées de lierre,  les clématites alpina, flammula, orientalis et tangutica. Elles peuvent être entretenues sans aucun dommage avec une débroussailleuse. Éviter de les planter avec des plantes naines qui seraient vite recouvertes.

Contre un mur au nord : 'Hagley Hybrid', 'The President', 'Comtesse de Bouchaud', 'Perle d'Azur' et 'Ernest Markham', 'Jackmanii'. Plantez aussi Clematis alpina et ses variétés, Clematis macropetala et ses variétés, ainsi que les hybrides 'Docteur Ruppel', 'Mrs Cholmondeley', 'Nelly Moser' et 'Snow Queen'.

Face au sud prospèrera Clematis cirrosa et à ses variétés, à Clematis flammula, à Clematis florida 'Alba Plena' et 'Sieboldii', à 'Ernest Markham' et à 'Lady Betty Balfour'. Accrochez-les sur des croisillons préalablement fixés au mur.

Sur une grande pergola : Clematis montana, Clematis orientalis 'Orange Peel', C. jackmanii, clématite 'Jean Paul II'. Elles poussent de 3 m par an et sont idéales pour garnir rapidement de grands supports. 

On peut aussi se servir des clématites pour garnir un arbre.
Sur un petit arbuste : 'Duchess of Albany', C. texensis 'Gravetye Beauty', C. flammula 'Rubra Marginata', peuvent prendre comme support de petits arbustes de 1,50 m.
Sur un grand arbre : tous les feuillus peuvent être garnis de clématites avec une réserve pour les conifères. Plantez à 30 cm du tronc, Clematis montana, C. m. 'Rubens Superba' et C. flammula, Clematis orientalis, 'Huldine', 'Marie Boissolot', 'Perle d'Azur' et 'Ville de Lyon'.

Pour la montagne, vous pouvez cultiver Clematis alpina et Clematis montana et leurs hybrides.

En jardinière et en pot : évitez les expositions ventées. Prévoyez un contenant d'un volume de 5 l. minimum et remplissez-le d'un mélange de compost, de tourbe (pH voisin de 6) et d'une couche de graviers. Arrosez en cours de végétation avec un engrais complet. Au soleil, préférez 'Bee's Jubilee', 'Multiblue' et 'Kacper'.  A l'ombre légère, plantez 'Hafley Hybrid', 'Mme Le Coultre' et 'Nelly Moser'.
'Perle d'Azur', 'Dawn', 'Vyvyan Pennell', 'Beauty of Worcester', 'Miss Bateman', 'Carnaby', 'Niobe', 'Prince Charles', 'Rouge Cardinal', 'Royalty', 'The Vagabond' et 'Vyvyan Pennell' acceptent aussi de vivre en pots.

Faire pousser des clématites ou des rosiers dans les arbres est chose habituelle en Angleterre. Cette utilisation est moins familière en France. C'est pourtant un moyen efficace "d'habiller" un arbre mort ou d'animer un arbuste à feuillage caduc avant la reprise de végétation et, dans ce rôle, les clématites à floraison précoce font merveille. Pour permettre à une clématite de garnir un arbre, enroulez une grosse corde autour de l'arbre. Plantez votre plante à 40 cm du pied de l'arbre, en biais. Au départ, guidez la plante autour de la corde, elle s'y accrochera ensuite naturellement. Pour garnir un arbre, rien ne vaut Clematis montana, Clematis orientalis, 'Huldine', 'Marie Boissolot', 'Perle d'Azur' et 'Ville de Lyon'.

Sur la terrasse, il s'agit souvent de réunir dans un espace restreint la plus grande variété possible d'espèces. Une clématite assez précoce (par exemple, Clematis armandii, C. florida ou leurs hybrides) et un forsythia (F. suspensa ou F. viridissima) peuvent former un duo parfait. Le forsythia, dès le début du printemps, vous offrira sa floraison d'or qui, assez vite, sera relayée par celle de la clématite pointant dans le feuillage naissant de l'arbuste et le forsythia apportera l'ombre indispensable pour limiter la déperdition d'eau. Autre exemple, mélanger une clématite 'Jackmanii' à des pois de senteurs. Vous pouvez même planter par deux ou trois, clématites et pois de senteur pour obtenir des associations charmantes et plus durables.

Le feuillage panaché vert, crème et rose de Acer negundo 'Flamingo' met en valeur les fleurs blanc rosé de Clematis 'Little Nell' et les rouges de C. 'Abundance'.

Certaines variétés de clématites font de bons couvre-sol : Clematis integrifolia et ses variétés, Clematis x jouiniana, Clematis x durandii, 'Allanah', 'Comtesse de Bouchaud', 'Mme Van Houtte' et 'Rubromarginata'. La belle C. viticella 'Rubra' ou 'Kermesina' s'étend au pied des conifères nains, parmi les bruyères. Elle peut s'étendre sur plus de 3 m de long et ne cesse d'offrir, de juin à septembre, des petites fleurs de 5 cm de diamètre.

Divers   Divers   Divers   Divers   Divers   Divers  Divers   Divers   Divers   Divers   Divers

Plusieurs espèces seraient l'objet de récoltes intensives dans nos campagnes ainsi qu'en Italie. Il est recommandé toutefois la plus grande prudence car beau nombre de ces plantes contiennent un alcaloïde puissant, la clématine, aux pouvoirs dévastateurs.

Ne vous étonnez pas de la finesse des tiges des jeunes plants, elles grossissent très vite et si vos clématites se dessèchent subitement, ne les arrachez jamais, elles peuvent bouder pendant plusieurs mois.

horizontal rule

horizontal rule