Les plantes d'interieur

horizontal rule

 

Soyez patient, même si votre nouvelle protégée paraît trop à l'étroit dans son petit pot de vente, ne cédez pas à la tentation de la rempoter tout de suite. Vous risqueriez de la faire périr par ce rempotage prématuré. Attendez le mois de mars pour le faire. Aussi, pour ne pas la voir souffrir de faim, de soif ni de manque d'espace, installez-la simplement, avec son pot d'origine, dans un autre plus grand. Garnissez l'intervalle de sable ou de tourbe que vous maintiendrez humide. Les racines pourront même s'y développer à l'abri, trouvant là fraîcheur et nourriture en attendant un vrai rempotage.

Pour un rempotage facile
Une végétation volumineuse, des rameaux retombants et arqués, fragiles ou épineux, ne facilitent pas les opérations de rempotage ou le surfaçage.
Pour les espèces délicates, enfoncez plusieurs tuteurs sur le pourtour de la potée pour y arrimer les tiges seules, en petits paquets, ou entourer la touffe entière de liens à différentes hauteurs.
Avec d'autres sujets, regroupez et liez toute la ramure en chandelle.

Lorsque vous aérez vos pièces, veillez à ne pas exposer les potées aux courants d'air froid, elles ne le supporteraient pas. De même, durant la mauvaise saison, gardez-vous de sortir vos plantes d'intérieur pour leur faire "profiter" d'un rayon de soleil ou d'une pluie.

Au printemps, préférez les engrais solubles à dissoudre dans l'eau d'arrosage. Ils sont présentés soit en poudre, soit sous forme liquide. Ne forcez jamais les dosses indiquées, cela ne servirait à rien. Pensez plutôt à renouveler l'application régulièrement (toutes les deux à trois semaines).

On pourrait dire, et ce ne serait pas très exagéré, qu'il est plus facile de cultiver des plantes au Sahara que dans un appartement chauffé par le chauffage central et dont le sol est revêtu de moquette. C'est si vrai qu'il faut donner des soins assidus à ces végétaux et qu'il faut bien connaître les causes empêchant les plantes de vivre normalement dans un tel lieu pour y apporter les correctifs nécessaires. Les principales causes d'échec sont le plus souvent dues au milieu défavorable : sécheresse, poussière, courants d'air, manque de lumière.
. La sécheresse est, de loin, le plus grave des inconvénients rencontrés pour conserver les plantes dans les appartements des villes. A la campagne, l'humidité relative de l'air est beaucoup plus grande qu'en ville, car la terre, retenant les eaux de pluie, joue le rôle d'une éponge qui perd lentement son humidité et la communiquant à l'air environnant.
. Si l'air des villes est plus sec que celui des campagnes, que dire de celui des appartements ? Surtout s'ils sont surchauffés et si les moquettes et tapis forment un magnifique dessiccateur . Les Anglais, et beaucoup d'habitants des pays nordiques qui aiment beaucoup les plantes, les conservent mieux que nous dans leurs appartements, d'une part parce que le chauffage ambiant est très bas (14-15°C), complété par un appoint dans la pièce principale, d'autre part parce qu'ils habitent sous des latitudes où l'air a un degré hygrométrique plus élevé que le nôtre. Il faut donc réaliser une humidification locale, soit dans une petite serre "jardin d'hiver", spécialement aménagée, soit pour les plantes en pots ou en jardinières à l'aide de divers procédés. Hormis la serre, la meilleure solution consiste, pour un grand nombre de plantes, à placer le pot sur une large soucoupe emplie d'eau pure, en ayant soin toutefois de placer dans le fond du pot un drainage important pour éviter tout contact direct entre la terre et l'eau. Ainsi, les racines passent sans difficulté au travers du drainage pour aller puiser l'eau et il n'y a aucune pourriture à craindre. Quelques arrosages superficiels, donnés selon la nature des plantes, permettent de maintenir le sol suffisamment frais. De plus, la soucoupe dont le diamètre est le double de celui du pot à la partie supérieure, permet une évaporation, donc une humidification localisée constante.
. L'excès d'eau est également très nocif, asphyxiant, annihilant les fonctions vitales. Certaines plantes y sont plus sensibles qu'à une sécheresse momentanée du compost et en meurent parfois.
Pour toutes les plantes en pots, veillez à disposer un drainage important au fond du conteneur : une couche de cailloux, de graviers ou d'argile expansée de 2 à 5 cm selon le volume du pot.
. La poussière est un autre ennemi dangereux à éliminer très souvent afin d'assurer à la fois une respiration et une assimilation convenables aux plantes. En effet, la poussière obstrue les stomates de l'épiderme et se dépose aussi sur toute la face supérieure des feuilles, formant ainsi un écran à l'air et à la lumière. Il y a alors, pour ainsi dire, double asphyxie : la plante de peut plus évacuer l'eau de transpiration ni l'oxygène, ni le gaz carbonique en excès, et ne peut plus, de ce fait, utiliser à fond sa chlorophylle pour l'assimilation chlorophyllienne. 
Pour lutter contre la poussière, le seul moyen consiste à lavez à l'eau pure le feuillage au moins une fois chaque semaine, à l'aide d'une éponge très douce. Vous pouvez aussi laver avec un jet d'eau fin, la force du jet entraînant la poussière avec l'eau de ruissellement. Mais pour les plantes à feuillage délicat, utilisez de préférence un vaporisateur et un coton imbibé d'eau légèrement savonneuse. Dans les cas extrêmes où la grande quantité de poussière s'est agglomérée avec l'exsudat produit par les pucerons, utilisez une éponge trempée dans l'eau dans laquelle vous aurez dissous du savon noir.
. Au sujet des courants d'air, sachez que certaines plantes y sont plus sensibles que d'autres (capillaire, croton, gloxinia, etc.).
. Le manque de lumière est le dernier obstacle important à la culture normale des plantes d'appartement. Durant les mois d'hiver, la lumière reçue dans les appartements est à la fois insuffisante en quantité et appauvrie en qualité. Choisissez donc l'emplacement le mieux éclairé pour placer les plantes et donnez-leur, dans la mesure du possible, chaque jour, un appoint de lumière artificielle de quelques heures, par exemple en fin de soirée. 
Cet appoint peut paraître en opposition avec ce qui se passe dans la nature à cette époque, mais justement la présence de plantes dans des appartements chauffés exige que l'on rétablisse un équilibre entre différents facteurs qui permettent la végétation : chaleur, humidité, lumière. En conséquence, puisque vous chauffez, vous devez aussi éclairer et arroser.
Toutefois, les plantes ne sont pas toutes issues des mêmes régions et ne demandent pas toutes la même intensité lumineuse, par exemple, une fougère demande moins de lumière qu'un gloxinia, lui-même en demandant moins qu'un rosier.
Pour connaître les besoins des plantes, reportez-vous au tableau ci-dessous des besoins en éclairage, en chaleur et en humidité de chacune des plantes d'appartement les plus courantes.
Pour simplifier les choses, d'une façon générale, une lampe de 40W doit être éloignée d'environ: 
- 40 cm des plantes de plein soleil,
- 80 cm des plantes de mi-ombre,
- 1 m des plantes d'ombre.
Pour les plantes de plein soleil, utilisez de préférence des lampes à incandescence qui chauffent en même temps qu'elles éclairent.
Pour les plantes d'ombre, préférez les tubes fluorescents.

Principales données indispensables à la bonne conservation des plantes d'appartement
PLANTES ÉCLAIRAGE CHALEUR
en °C
ARROSAGE HAUTEUR
ADULTE
(en cm)
Aechmea ds 18 Eau dans les feuilles 25
Aloe ps 10 1 par semaine 60
Anthurium scherzerianum ds 18 bassinage tous les jours 40
Aralia (Fatsia) ds 15 3 par semaine 50
Arum ps 15 Tous les jours 70
Asparagus ds 15 3 fois par semaine 30
Asplenium o 18 Tous les jours 15
Azalée ds 18 Tous les jours 35
Bégonia rex ds 20 Tous les jours 35
Bégonia tubéreux ds 20 Tous les jours 30
Billbergia ds 18 Eau dans le feuillage 40
Blechnum o 18 Tous les jours 50
Caladium ds 18 Tous les jours 50
Cereus ps 20 1 par semaine 30-160
Chlorophytum ds 10 3 par semaine 30
Clivia ds 12 3 par semaine 60
Cocos ds 16 1 par semaine 50
Croton ps 20 3 par semaine 50
Cordyline ps 29 Tous les jours 50
Cryptanthus ds 18 3 par semaine 10
Cyclamen ds 12 Tous les jours 25
Cyperus ps 12 Tous les jours 40
Dieffenbachia ds 18 Tous les jours 40
Dracaena ds 20 Tous les jours 50
Echeveria ps 10-12 2 par semaine 15
Echinocactus ps 10-12 1 par semaine 30
Epiphyllum ds 10-12 2 par semaine 30
Ficus elastica ps 15 3 par semaine 50-10
ficus repens ps 15 3 par semaine 10
Fittonia ds 18 Tous les jours 10
Gloxinia ds 15 Tous les jours 30
Hedera (lierre) o 15 1 par semaine 10
Kentia ds 15 Tous les jours 100-150
Lycopode (Sélaginelle) ds 15 Tous les jours 10
Maranta ds 15 3 par semaine 15
Néphrolépis o 15 Tous les jours 30-60
Ophiopogon ds 10 3 par semaine 15
Opuntia ps 10 1 par semaine 20
Pandanus ds 18 3 par semaine 60
Pélargonium ps 10 1 par semaine 40
Peperomia ds 15 3 par semaine 15
Philodendron ds 15 3 par semaine 50-100
Phoenix ps 12 1 par semaine 150
Polypodium o 12 Tous les jours 60
Primevère ds 15 3 par semaine 30
Ptéris ds 15 Tous les jours 40
Rosier ps 12 3 par semaine 40
Saintpaulia ds 18 3 par semaine 10
Sansevieria ds 15 3 par semaine 60
Saxifraga sarmentosa ds 10 3 par semaine 15
Sélaginelle o 15 Tous les jours 10
Tillandsia ds 18 Eau dans le feuillage 30
Tradescantia ds 15 3 par semaine 15
Tulipe ps 12 Tous les jours 25
Vriesea ds 18 Eau dans le feuillage 30
        ps = plein soleil                                        ds = demi-soleil                                             o = ombre

 

Nombre d'heures d'éclairage d'appoint

horizontal rule

 

Trucs et astuces pour entretenir les plantes d'intérieur.

 
Voici quelques "recettes de grand'mère" qui changeront la vie à votre ficus, votre bonzaï ou autres, qui font triste mine. Au lieu de recourir aux traitement de choc, testez ces méthodes douces éprouvées.

Dans nos intérieurs, les plantes vertes deviennent de véritables nids à poussière. Les amateurs bichonnent les feuilles en les époussetant avec un plumeau ou en les frottant avec de la bière ou tout simplement leur salive. D'autres préfèrent l'efficacité des bombes lustrantes qui donnent immédiatement un aspect brillant et sain aux plantes les plus mal en point. Au lieu de supprimer la couche de poussière, ces vaporisations huileuses brûlent les feuilles et bouchent les pores de la plante. Un chiffon ou une éponge humide nettoient parfaitement les feuilles coriaces et cireuses. Vous ôterez la poussière des feuilles duveteuses qui ne supportent pas l'eau, comme celles du saintpaulia, à l'aide d'un petit pinceau très souple.

L'eau chlorée : la question de la qualité de l'eau du robinet a toujours entretenu de nombreuses polémiques. Les jardiniers prudents ont donc pris l'habitude de recueillir l'eau de pluie pour arroser leurs chères plantes d'intérieur. On peut aujourd'hui les rassurer en affirmant que toutes les eaux d'usage courant et l'eau du robinet conviennent parfaitement. Le problème des variations de concentration en chlore étant généralement maîtrisé. En cas de doute, laissez reposer l'eau 48 heures dans un récipient assez large. Au contact de l'air, le chlore s'oxyde et devient totalement inoffensif. Les filtres purificateurs d'eau, à charbon actif, diminuent non seulement les teneurs en chlore mais aussi en nitrates, en métaux lourds et en organo-chlorés. Cependant, les filtres à résine échangeuse d'ions augmentent les teneurs en sels de sodium, mortels à court terme pour vos plantes vertes.

Les produits anti-calcaires : les feuilles de vos plantes vertes ou de celles que vous venez d'acheter sont recouvertes de taches blanchâtres indélébiles ? Ne vous précipitez pas sur un flacon d'engrais liquide ou sur une bombe lustrante. Le problème provient tout simplement de la teneur en calcaire de votre eau. Quelques gouttes de citron ou de vinaigre feront précipiter le calcaire au fond d'un récipient en plastique. Vous pouvez aussi vous procurer en pharmacie de l'acide oxalique sous forme de poudre. Quelques pincées sont suffisantes pour neutraliser un litre d'eau calcaire. Une aubaine pour les plantes de terre acide comme les azalées et la plupart des plantes vertes originaires des forêts tropicales.

Vous arroserez de préférence par le dessous les plantes à feuillage duveteux comme le saintpaulia, le gloxinia, l'achimène, le bégonia Rex. La fougère, le caladium, l'arum ou le papyrus seront arrosés par le dessus, l'eau pouvant même stagner dans la coupelle. Pensez à bassiner les épiphytes comme la corne d'élan, les tillandsias, la plupart des broméliacées et des orchidées.

Azalées, cyclamens ... et bouquets, vivront plus longtemps si vous les placez dans un lieu frais, au moins la nuit. Ce n'est pas toujours possible. Remplacez ces heures de fraîcheur par un voile ou un foulard humide jeté sur toute la verdure à protéger.



Baignez la corne d'élan. 
Comme la plupart des  plantes épiphytes, la corne d'élan ou corne de cerf (Platycerium bifurcatum) est cultivée dans un pot ou tout simplement fixée à une plaque de liège. Cette fougère produit de magnifiques frondes vertes et fourchues qui lui ont valu son nom de cervidé. Les autres frondes parcheminées, en forme de bouclier, enrobent la souche et aident la plante à s'arrimer sur son support. Bien que d'une résistance légendaire, la corne d'élan apprécie de réguliers bassinages qui, malheureusement, n'humidifient pas les racines. La méthode la plus simple consiste à plonger pendant quelques minutes l'ensemble de la plante dans une baignoire remplie d'eau, puis de la laisser s'égoutter. Renouveler l'opération dès que les frondes commencent à mollir. Les sujets âgés seront aussi arrosés par le dessus, dans le cornet.

Noyez le cœur : les fleuristes conseillent parfois de remplir d'eau le cœur du vriéséa, guzmania ou aechmea. En effet, dans leur habitat naturel, ces Broméliacées vivent accrochées aux troncs des arbres et recueillent l'eau de pluie dans ce réservoir naturel dans lequel se développent les micro-organismes indispensables à leur survie. Maintenez donc, dans la rosette de feuilles, 2 à 3 cm d'eau (à renouveler tous les mois). En période de croissance, un engrais liquide dilué donnera un coup de fouet à votre plante.

Lorsque les plantes d'appartement trouvent les conditions idéales de température, d'hygrométrie et de lumière, elles se développent à merveille. Certaines, parmi les plus courantes, (ficus benjamina et lyrata, le yucca, le dracaena) finissent par toucher le plafond. Elles forment un gros tronc, se dégarnissent de la base et s'étiolent, à la recherche de lumière. Que faire ? A la sortie de l'hiver, dès le départ de la végétation, armez-vous de courage, d'une bonne scie et d'un sécateur et coupez le tronc pour réduire la plante des 2/3. En moins d'un mois, vous verrez de nouvelles pousses apparaître à la base et au sommet.

Il arrive parfois qu'en rentrant de quelques jours de vacances, vous vous trouviez fasse à une plante fleurie toute affaissée. Après avoir plongé le pot dans un seau d'eau et enveloppe le feuillage dans un journal humide, couchez le plante. Une heure après, elle sera de nouveau en pleine forme.

La fougère nid d'oiseau (Asplenium nidus), la capillaire ou cheveux de Vénus (Adianthum capillus-verenis), la fougère de Boston (Nephrolepsis exactata) et le ptéris sont plus fragiles que les autres plantes d'intérieur. Les arrosages et les bassinages fréquents ne suffisent pas toujours à compenser l'atmosphère desséchante de votre intérieur. Rempotez alors votre fougère dans un pot de terre poreux (donc non vernissé). Placez-le dans un récipient ou un cache-pot garni de tourbe que vous maintiendrez humide. Vous assurez ainsi une ambiance toujours humide autour de votre fougère. Le résultat est spectaculaire avec des espèces fragiles comme la capillaire.

A un coup de soif récent, à un courant d'air ou à une augmentation brutale de la température, la plante verte peut réagir par une perte totale de son feuillage. Pour la sauver, plongez le pot dans un seau d'eau, puis enfermez l'ensemble de la plante dans un sac plastique transparent percé de petits trous et maintenu par deux ou trois tuteurs. Sous cette couveuse, elle sera à l'abri des courants d'air et bénéficiera d'une atmosphère humide. On a vu des ficus et des crassulas reverdir en moins d'un mois.

La chute rapide des feuilles : les plantes d'appartement sont élevées dans des serres où, depuis le départ, elles trouvent les conditions optimales de température et d'hygrométrie. En arrivant chez vous, elles subissent un "choc" qui se traduit par la chute des feuilles. Elles mettront plusieurs jours à s'adapter à leur nouveau milieu. Cependant, n'oubliez par qu'elles détestent les courants d'air et que le transport, vitres ouvertes dans une voiture peut leur être fatal. Par précaution, faites-vous livrer à domicile les grands palmiers, ficus et dracaenas. Si vous transportez une plante en plein hiver, demandez toujours à ce qu'on vous l'enveloppe dans un papier journal, c'est une bonne protection contre les chocs thermiques.

Badigeonnez vos plantes atteintes avec un coton à démaquiller imbibé d'alcool dénaturé (en pharmacie). Les cochenilles se décolleront immédiatement de la feuille parasitée. L'eau additionnée de savon noir en mélange avec de l'alcool dénature s'avère également très efficace. En cas de forte infestation, plongez dans ce mélange l'ensemble du feuillage (quelques minutes) en évitant que le liquide n'entre en contact avec la terre du pot.

Les azalées vendues dès octobre ont été forcées pour fleurir tôt en saison. La petite taille des pots et la pauvreté de la terre (parfois de la tourbe pure) ne facilitent pas leur maintien en bonne santé. Rien ne sert de lui verser un verre d'eau chaque matin : mieux vaut, dès que la terre sèche en surface, plonger le pot dans un récipient d'eau non calcaire pour parfaitement humidifier la motte. Tant que la partie inférieure du tronc reste humide sur 2 ou 3 cm, n'arrosez pas. Ne laissez jamais de l'eau stagner dans la soucoupe, sous peine de voir les boutons tomber un à un avant même de s'épanouir. Il est préférable de poser le pot sur un lit de gravier humide et d'épargner à votre azalée les courants d'air. Il suffit parfois d'aérer une pièce en plein hiver pour choquer une plante. Vous conserverez votre azalée dans une pièce fraîche (10-15°C), en supprimant les fleurs fanées et en lui donnant, tous les quinze jours, un engrais liquide spécial plantes fleuries. En début d'été, enterrez le pot, à mi-ombre, tout en poursuivant les apports d'engrais. A la rentrée, vous la rempoterez dans un mélange de terre de bruyère et de compost avant de l'installer dans une pièce fraîche ou elle refleurira.

horizontal rule

horizontal rule

Une belle plante est souvent vendue dans un horrible pot. Les cache-pot sont là pour vous faire oublier le plastique noir. Mais si vous regroupez plusieurs plantes dans un grand conteneur rempli de tourbe - que vous pouvez régulièrement humidifier - vous disposerez d'une petite plate-bande en intérieur. Tapissez le surface de la terre de mousses des bois ou de petits gravillons, vendus pour les aquariums, c'est beaucoup plus joli.

horizontal rule

horizontal rule

Mars, c'est le printemps pour les plantes d'intérieur. C'est le moment de leur apporter un peu d'attention pour les maintenir en bonne santé.
La saison du rempotage commence. Si vous destinez certaines de vos favorites à un stage en extérieur au jardin cet été, placez en fond de pot quelques gros galets dont le poids leur permettra de résister aux coups de vent. Ne les remplissez pas à ras bord de terre. Une seconde épaisseur de galets, en surface, assurera la stabilité de l'ensemble, même par grand vent et facilitera l'arrosage.
Commencez les travaux de rempotage par les plantes qui sont trop à l'étroit. Choisissez un pot plus grand de quelques centimètres. Installez un bon drainage au fond du pot. Vous attendrez trois bonnes semaines avant de reprendre les fertilisations.
Un certain nombre d'annuelles à semer pour le jardin peuvent fort bien s'acclimater sur le devant d'une fenêtre ou en véranda : coléus, impatiens, célosie, piment d'ornement, browallia, héliotrope, thunbergia ... Conservez quelques plants en pots lors des repiquages, pincez-les sérieusement et souvent, pour favoriser la formation d'un port compact.
Avec une appellation fantaisiste de "bambou d'intérieur", plus facile à mémoriser que le patronyme de Poganotherum, cette nouvelle petite plante est disponible dans le commerce toute l'année. Cette plante est semi-aquatique, elle peut tremper dans 2 à 3 cm d'eau en permanence, voire plus en cas d'absence. Son feuillage compact est toujours vert clair.
Toutes les "mini-plantes", qu'il s'agisse de petites boutures ou de variétés à faible développement, sont amusantes à la maison quand on les dispose dans un joli bol, une tasse, un coquetier, un verre ... Elles décorent un coin de guéridon, une table de fête. Parmi celles-ci vous trouverez cyclamens, saintpaulias, hypoestes, nertera, exacum, rosiers nains, mini-géraniums ...

horizontal rule

horizontal rule

Certaines plantes de la maison ou de la véranda trouvent place au jardin à la belle saison. Les fuchsias, les lantanas, les bougainvillées, les lauriers-roses, les palmiers, etc... y passeront avec plaisir les mois d'été. Outre cette cure de santé, ces plantes de grande taille décoreront les massifs de façon rapide et parfois surprenante. Une fois installées, vous aurez moins de soucis d'arrosage. Vous pouvez enterrer complètement le pot afin de le dissimuler. Vous pouvez aussi l'ôter en enterrer la motte de racines sans y toucher. Cette solution permet aux plantes de mieux se nourrir. Elle vous obligera l'automne venu, à faire un rempotage en supprimant les racines qui n'auront pas manqué de pousser.

 

horizontal rule

horizontal rule

Compositions florales.
Utilisez des primevères et des pensées achetées en godets ou cueillies au jardin. Associez-les à des feuillage persistants, notamment le skimmia qui porte en ce moment les nouvelles fleurs blanches et ses fruits rouges de l'hiver.

horizontal rule

horizontal rule

 

Choisissez vos plantes d'intérieur :

• Acalypha • Aeschynanthus • Aglaonema • Allamanda • Alocasia • Anthurium • Aphelandra • Araucaria exelsa • Asparagus • Azalée • Bananier • Bégonias d'intérieur • Beloperone • Calathea • Capsicum • Cerisier d'hiver • Chlorophytum • Clivia • Coprosma • Crossandra • Cycas • Dracaena • Episcia • Euphorbe d'intérieur • Ficus • Gardenia • Heptapleurum • Hoya • Impatiens • Maranta • Médinilla • Misere • Peperomia • Philodendron • Pilea • Piment d'Ornement • Piper • Poinsettia • Primevères d'appartement • Radermacheria • Saintpaulia • Schefflera • Solanum • Spathiphyllum • Syngonium • Tamaya • Xanthosoma • Yucca •

 

horizontal rule