La haie

horizontal rule

Il n'existe pratiquement aucun jardin sans haie : elle sert de clôture, compartimente l'espace ou borde une allée. Elle protège du vent, du froid, du soleil et assure une régulation climatique en filtrant les masses d'air et les rayons du soleil. Captant la chaleur, elle augmente la température ambiante au printemps et à l'automne. Elle assure également une régulation hydraulique en retenant l'eau de pluie qui, en s'infiltrant dans les sols, remplit les nappes phréatiques. Elle embellit le paysage et produit bois, fruits et baies. Enfin elle favorise l'équilibre entre les espèces. Son écosystème fonctionne quand une multitude d'espèces y est représenté. De précieux auxiliaires de nos jardins fréquentent nos haies : les insectes pollinisateurs, les oiseaux prédateurs des nuisibles, qui y hibernent, y nidifient et s'y nourrissent.
Utiles et décoratives, les haies seront souvent vos premières plantations, surtout si votre "budget jardin" ne vous permet pas d'achat immédiat de plantes de fortes tailles. Choisissez de préférence des conifères ou arbustes à feuillage persistant en raison du rôle utilitaire des haies. Vous pourrez toutefois planter une haie caduque, fleurie ou à petits fruits, s'il n'est pas nécessaire de se protéger des regards, bruits, vents, etc...

horizontal rule

PRENEZ UN BON DEPART

Pour assurer à votre future haie les meilleurs chances de démarrer, la première règle à respecter consiste à prévoir un paillage sérieux. Les films plastiques opaques "spécial haie" sont particulièrement efficaces. Ils font obstacle aux mauvaises herbes, limitent l'évaporation, maintiennent la terre meuble et empêchent le lessivage par la pluie des engrais azotés. Ils captent également la chaleur solaire.
La seconde règle impose de choisir de jeunes plants que l'on réduit sans hésiter des deux tiers, au dessus d'un bourgeon. Ces jeunes plants, non seulement coûtent moins cher, mais ils s'installent beaucoup plus rapidement, le fait de les rabattre dès le départ favorisant la naissance de pousses à la base des arbustes leur permettant de buissonner beaucoup plus rapidement. Et leur vigueur est telle qu'en deux ou trois ans, la haie sera compacte.

Il est par ailleurs important de diversifier les espèces composant cette haie. En associant au minimum trois variétés et jusqu'à cinq ou six, vous assurez un bon état sanitaire à la haie. En effet, les maladies sont généralement spécifiques à une seule espèce ; si cette dernière vient à disparaître, les autres ne seront pas touchées et ils auront vite fait de combler le vide.
Associez-les en fonction de leur rapidité de croissance, de leur hauteur et des caractéristiques des sujets adultes : feuilles caduques ou persistantes, période de floraison, couleur des fleurs et du feuillage d'une saison à l'autre. En alternant des arbustes caducs à floraison décalée, votre haie changera ainsi continuellement d'aspect.

horizontal rule

PLANTATION

La longévité d'une haie dépend pour une bonne part des soins apportés à la préparation du sol qui doit être aussi méticuleuse que le serait celle d'un sujet isolé. voir dans les chapitres arbres, arbustes, et conifères pour l'époque de plantation, les précautions à prendre à la réception et à la plantation des végétaux, en fonction du mode de conditionnement. Mais, bien sûr, la plantation s'effectue pendant l'arrêt de la végétation, entre octobre et mars. Fin septembre-début octobre et fin mars-début avril correspondent à deux périodes où les végétaux repartent avec le plus grand succès. Un mois avant la plantation, ameublissez le sol en profondeur sans le retourner pour l'aérer sans bouleverser la vie microbienne. Au moment de la plantation, plutôt que de creuser plusieurs trous pour planter les arbres qui vont constituer la haie, creusez directement une tranchée en fonction de la taille des végétaux. Il sera plus facile de bien aligner les plants et de les positionner les uns par rapport aux autres et la terre sera améliorée et enrichie sur un plus grand volume. Cette tranchée sera de 60 centimètres de profondeur sur 40 centimètres de largeur. En terre compacte, piochez ou remuez le fond de la tranchée avec une fourche à bêcher et apportez du sable pour améliorer le drainage. Incorporez un engrais organique à la terre du fond du trou, corne broyée, sang séché ou fumier très décomposé. Puis alternez terre et fumier jusqu'à ce que la profondeur restante soit égale à la hauteur des mottes. Pralinez ou trempez les arbustes. Les plants en pot auront été immergés au moins une heure avant la plantation.
Pour les distances de plantation, se reporter aux descriptions de chaque espèce. Mais, selon la haie souhaitée, comptez sur 50-60 centimètres pour une haie de moins de 1 mètre de haut et 80-90 cm pour une haie de clôture de 2 m de hauteur ou plus. Respectez ces écarts même si les plantes mises en place sont jeunes et fines... car elles grandiront. Utilisez un cordeau pour aligner la plantation - attention, une haie de clôture ou bordant une allée n'est pas obligatoirement rectiligne -. Vous pouvez les planter en quinconce, sur deux rangs espacés de 40 cm avec une distance de plantation de 1 mètre. Placez les arbres de "haut jet" au fond et les arbustes buissonnants au premier plan. Mélangez la terre de surface avec 1/3 de sable de Loire, 1/3 de tourbe et 1/3 de compost. Arrosez bien juste après la plantation ainsi que les jours suivants. Déroulez ensuite la feuille de plastique le long de la haie en créant une fente du bord jusqu'au centre, de façon qu'elle passe autour du tronc de chaque plant. Pour que l'eau puisse pénétrer, piquez quelques trous à la fourche et, pour l'esthétique, dissimulez le plastique sous une couche d'écorce, de sapinette ou de gravier. Si vous ne mettez pas de feuille de plastique, vous devrez maintenir la bande de plantation exempte d'herbes pour que la haie reste toujours bien garnie de la base.

Distance de plantation :
> 50 cm de la limite de propriété pour tous végétaux ne dépassant pas 2 m de hauteur ou que vous limiterez à moins de 2 m (haies basses et moyennes par exemple).
> 2 m de la limite de propriété pour tous végétaux devant dépasser 2 m de hauteur (haies hautes et rideaux par exemple ainsi que toutes plantes isolées).
> En cas de plantation d'une haie mitoyenne, il est prudent de signer un accord écrit avec le ou les voisins. Voir aussi la réglementation communale.

horizontal rule

ENTRETIEN

Taille. On taillera les haies dans la hauteur et dans l'épaisseur. Les premières années de plantation, et surtout si les végétaux sont de faible dimension, on taillera principalement dans la hauteur afin d'obtenir une bonne densité. La taille de vos haies fleuries s'effectuera après la floraison. Pour les autres plants une à deux fois par an. Contrairement aux autres activités dans le jardin, la taille efficace se fait après la pluie, pour ne pas dire, pendant. Au cours d'une période de sécheresse, les ciseaux gagnent à être rafraîchis dans un seau d'eau.
La première année, taillez les conifères en septembre lorsque leur croissance se ralentit. Commencez par les raccourcir de 30 cm puis taillez les côtés de manière à ce que la base soit plus large que le sommet. De cette façon, l'air et la lumière pénètreront bien partout. Supprimez, au sommet, les pousses verticales de l'année au profit des latérales qui étoffent l'arbuste. Les années suivantes, procédez au début de l'été. Vous pouvez commencez à profiler la haie dès qu'elle mesure 1 mètre de haut. Faites preuve d'originalité en lui donnant une horizontalité en vague et laissez se développer un sujet à chaque extrémité que vous formerez en boule ou en cube à partir de la deuxième année.
Pour les haies en fenêtre - aménagement dans l'épaisseur, d'ouvertures rappelant celles d'une maison -, il est impératif d'attendre que les arbustes aient atteint leur taille définitive.

Entretien : identique à celui des arbustes et conifères.

Soins divers :
Quand les conifères de la haie abordent l'été avec une ramure pendante, ils sont du mal à résister aux épreuves de la sécheresse. Armez-les en effectuant un nettoyage sérieux de tout le bois mort, y compris au centre des arbustes, et en paillant le sol après apport d'engrais et d'eau, pour qu'ils se maintiennent humides.
Si une haie de cyprès de Leyland se met à jaunir et à roussir au bout de quelques années, plusieurs raisons, plus ou moins graves, peuvent en être la cause. Par exemple, la nature du sol, trop humide ou trop argileux en hiver. Dans ce cas, il aurait fallu surélever la plantation. En terre légère et pauvre, on peut au contraire invoquer le manque de nourriture. Des apports d'engrais s'imposent.
Si le roussissement se généralise rapidement, il est plutôt lié à la présence de champignons. Il faut alors traiter le plus vite possible, tous les quinze jours, avec un fongicide à base de manèbe ou de bénomyl.
La sécheresse, plusieurs années de suite, peut être préjudiciable aux conifères qui se trouvent affaiblis et deviennent plus vulnérables aux maladies. Si vous constatez le brunissement très brutal d'un conifère (thuya, cyprès, chamaecyparis) dans une haie, sans que ses voisins semblent affectés, vous avez sans doute affaire à la maladie du dépérissement. C'est dans la plupart des cas le Phytophthora cinnamomi qui est responsable de ce brunissement. Ce terrible champignon se propage par les plaies des arbustes et par les racines, car il reste dans la terre. Il attaque aussi les rhododendrons, bruyères, gaultherias, etc... Le seul traitement efficace consiste à éliminer les plantes très atteintes, à traiter le sol à leur emplacement ainsi que les arbustes encore sains du voisinage avec de l'Aliette. Ce produit s'emploie en arrosage et en pulvérisations, en respectant les doses préconisées. L'intervention doit être répétée plusieurs fois au cours de la saison, tous les quinze jours par exemple. Notez que le paillage permanent avec des écorces de pin peut favoriser le développement de ce champignon.
Le Coryneum cardinale est nuisible aux cyprès plantés en haie ce qui s'explique facilement lorsqu'on sait que le champignon s'introduit par les plaies de taille. Au début de l'attaque, les rameaux de la base se dessèchent lentement puis roussissent. La maladie progresse vers le sommet et les arbres sont alors la proie des scolytes et des buprestes qui attaquent le bois.
Aussi, chaque fois que vous taillerez votre haie, n'oubliez pas de désinfecter les plaies de taille avec un fongicide systémique, véhiculé par la sève, à base de bénomyl par exemple. Si vous craignez une attaque de coryneum, arrosez le pied de vos arbres avec un produit à base de carbendazine à la dose, par arbre, de 10 g dilués dans 10 litres d'eau. Vous devez pouvoir ainsi enrayer momentanément l'attaque.
Afin de rendre vos cyprès plus résistants, bêchez soigneusement la terre à leur pied et profitez de cette opération pour incorporer un engrais pauvre en azote de formule 5-15-15, à raison de 125 g par arbre.
Il faut savoir qu'il est très difficile de cultiver la terre au pied d'une haie de conifères. Leurs aiguilles, en effet, tombent sur le sol et l'acidifient par la résine, ce qui le rend stérile, indépendamment de l'ombre que fait la ramure. Si vous souhaitez égayer leur pied, essayez tout de même un couvre-sol aussi robuste que le lierre ou le pachyssandra ; si ceux-là prennent, peut-être pourrez-vous tenter d'autres espèces traçantes à fleurs : pervenches, ajuga, lamier, polygonum ...

horizontal rule

CHOISISSEZ LES BONS VEGETAUX


Les conifères.
Sont utilisés : le Thuya du Canada, le Thuya de Lobb, le Cyprès de l'Arizona, le Cyprès de Lambert, le Thuya de Chine, l'If.
Le conifère de haie idéal doit : démarrer en flèche pour créer un écran total en quelques mois, puis ralentir sa croissance par la suite pour éviter l'étouffement et les tailles répétées. Il doit résister au froid et à la chaleur, ne pas se dégarnir de la base et rester beau en hiver. Le Thuya plicata 'Gelderland' semble réunir tous les critères requis.
L'if constitue les plus belles haies de conifères qui soient, sans exigences excessives puisqu'il ne demande qu'une seule taille par an pour être impeccable.
Pour constituer des rideaux de conifères variés, parfois plus intéressants que ceux formés d'un cultivar unique, faites votre choix parmi les variétés de conifères "colonne" ou "chandelle". En fonction de la taille de votre jardin, vous devriez trouver votre bonheur. Vous pouvez également mêler vos conifères avec des feuillus pour des haies plus changeantes au fil des saisons.
Dans les haies libres, associez les houx à des arbustes à feuillage caduc, comme les amélanchiers, les sorbiers, les sureaux ou les néfliers. Pensez aux houx bleus pour accompagner les conifères, notamment les petits conifères

Si l'occasion se présente pourquoi ne pas changer votre haie de thuyas ? Optez pour une haie bocagère, version jardins. Il s'agit de choisir des arbustes qui poussent bien dans la région et de les mélanger, feuillus et persistants ensembles. Évidemment, il faut oublier le côté rectiligne du thuya, le mur vert uniforme. Pensez également que ce type de haie prend un peu plus de place en largeur qu'un alignement de thuyas. Mais c'est un véritable changement. Les oiseaux l'adopteront vite et elle sera décorative, mois après mois, au même titre qu'un massif. Autre avantage : il est impossible, à cause de la diversité des espèces, qu'une maladie ou un insecte la détruisent dans son ensemble.

La rénovation d'une haie ancienne. Ne vous croyez pas obligé de supprimer une haie ancienne de conifères, très dégarnie, trop importante, et qui ne remplit même plus sa fonction. Il vous faudra cinq ans pour la régénérer, la discipliner et l'embellir. La première année, en juillet :
- retirez la végétation et les mauvaises herbes qui l'encombrent à la base ;
- supprimez toutes les branches sur une seule face jusqu'au tronc, sur l'intégralité de la hauteur ;
- rabattez-la à la hauteur désirée ;
- enfoncez un tuteur entre les arbustes ;
- inclinez une branche de chacun d'entre eux et fixez-la au tuteur - prenez-la sur la face non rabattue, si possible ;
- enterrez une poignée de poudre d'os au pied de chaque végétal ;
- arrosez bien et terminez par 10 centimètres de tourbe ou de compost.
La deuxième année, effectuez le même travail de reprise sur l'autre face de la haie. En moins de cinq ans, celle-ci sera digne de votre jardin.

Protéger votre potager. En décembre, envisagez la plantation d'une haie brise-vent au nord et à l'est du potager. Vous créerez un microclimat favorable à vos plantations de légumes.

Création d'une haie défensive. Semez des rosiers si vous voulez constituer une haie défensive à bon compte. N'hésitez pas à récupérer les gros fruits ronds des rosiers rugosa lorsqu'une ou deux gelées ont ramolli leur peau. Ces rosiers botaniques sont majoritairement fidèles et vous donneront de nouveaux rugosa. Récupérez les graines et places-les dans un pot rempli d'un mélange léger de terreau et de sable. Espacez-les de 2 ou 3 cm et recouvrez d'une couche fine de sable (de l'épaisseur d'une graine). Placez le pot sous châssis froid ou près de la maison. La levée se fera au printemps, vous pourrez repiquer en godets individuels dans un terreau bien riche dès le début de l'été. La mise en place se fera au printemps suivant. Les heureux possesseurs d'une serre chauffée ou d'une véranda verront leurs semis lever avant la fin de l'hiver et donner des fleurs dès la première année. Vous pouvez aussi vous essayer au semis des graines de rosiers non botaniques. Vous aurez alors la surprise du résultat, les rosiers adorant se marier entre eux et les "enfants" étant tous différents.

La haie adaptée au climat de votre région. Il y a encore trente ans, la jardin était le faire-valoir de la maison. Taillé au cordeau, ratissé, tondu ras, il était en représentation. La haie se devait d'être nette, rectiligne, impeccable. Un rôle sur mesure pour le thuya. L'époque à changé, les jardiniers veulent maintenant un jardin qui soit un lieu de vie, un prolongement de la maison. La nature retrouve ses droits. On veut des papillons, des oiseaux, des hérissons. La haie composée, plus naturelle, plus changeante, plus libre, y a toute sa place. L'idéal est de mélanger des essences adaptées au sol et au climat de la région : pas de surprise en cas de gelées ou de sécheresse. Le jardinier y gagne sur tous les tableaux. Finie la monotonie : des fleurs de printemps, on passe aux fruits, puis aux feuillages d'automne. Et ces haies abritent une faune auxiliaire qui aide à la pollinisation des arbres fruitiers voisins ou des légumes du potager. En outre la taille est moins systématique. Mais cela ne veut pas dire qu'on ne coupe plus rien. Chaque arbuste doit être périodiquement élagué pour garder sa forme, sa densité et maîtriser son volume. Le plus souvent, l'opération s'effectue au printemps ou après la floraison pour ceux qui fleurissent. Travaillez au sécateur afin de ne pas trop endommager les grandes feuilles, ce qui laisserait la porte ouverte aux maladies. Vous pouvez aussi, une fois tous les deux ou trois ans, effectuer une "taille d'alignement", permettant de fixer une limite au développement latéral de la haie. Cela facilitera le mélange des arbustes les uns dans les autres. Ce type de haie n'est pas plus compliqué à implanter qu'une haie classique. La seule difficulté réside dans le choix des bonnes espèces.
Dans l'ouest. Même si les paysages et la nature des sols varient beaucoup entre Cherbourg et Biarritz, toute cette région littorale bénéficie d'un climat doux, où les gelées restent rares ou de faible amplitude. Elles sont également soumises aux vents forts et, pour les sites proches du littoral, aux embruns salés. Vous pouvez donc adopter : l'escallonia (Escallonia hybrida), l'argousier (Hippophae rhamnoïdes), le rosier rugueux (Rosa rugosa), le chalef (Elaeagnus ebbingei) le berbéris (Berbéris de Darwin ou Berberis lineafolia).
Dans le nord et l'est. Même si le climat est un peu plus tranché à Strasbourg qu'à Lille, l'atmosphère y est tout aussi humide, et les sols, consistants ou parfois lourds, contiennent une bonne quantité d'argile. Et les hivers peuvent être rudes et longs. Ces quatre arbustes résistent parfaitement à des froids de -20°C à -25°C : l'érable champêtre (Acer campestre), le cornouiller mâle (Cornus mas), le houx (Ilex aquifolium), le sureau pourpre (Sambucus nigra 'Guincho Purple').
Centre et Île-de-France. Le climat de l'Île-de-France et du Centre ne connaît que rarement les extrêmes et les contraintes que connaissent les autres grandes zones climatiques. Le choix de plantes y est donc bien plus vaste. Le meilleur conseil est de regarder ce qui pousse chez les voisins, dans la rue et dans les jardins publics ou les parcs. Repérez les sujets déjà anciens, c'est la preuve de leur adaptation. Entre autres : le photinia (Photinia x fraseri 'Red Robin'), le camerisier (Lonicera nitida), le buis à grandes feuilles (Buxus sempervirens 'Rotendifolia'), le fusain d'Europe (Euonymus europaeus), le lilas (Syringa vulgaris).
Dans le Sud. Si, a priori, le Midi bénéficie d'un climat enviable, il peut être très dur avec les plantes, en particulier l'été quand règnent de longues sécheresses aggravées par le mistral. Ajoutons à cela des sols souvent calcaires, le plus souvent maigres. On peut toutefois y introduire de nombreuses plantes exotiques, mais la structure de base d'une haie devrait toujours comporter une majorité des arbustes suivants : laurier du Portugal, abélia, laurier-tin, arbousier et chêne vert.

Haie champêtre ou fleurie : vous pouvez mélanger les styles et laisser libre cours à vos désirs, colorés et parfumés, mais pensez à ajouter quelques arbustes à feuillages persistants pour l'hiver.
Haie persistantes, idéale pour se protéger des voisins (attention aux distances règlementaires) ou masquer une vue médiocre. Pour son équilibre biologique, plantez-y aussi quelques arbustes caducs décoratifs.

 

  Feuillage Période de floraison Fruits
Abelia Semi-persistant Été - hiver  
Atriplex (pourpier de mer) Semi-persistant Été  
Aubépine Caduc Printemps Baies
Aucuba Persistant Printemps Baies
Bambou Persistant    
Berberis thunbergii Caduc Printemps Baies
Berbéris Persistant Printemps - été Baies
Buddléia Caduc Été  
Buis Persistant    
Charme Semi-persistant    
Chêne-vert Persistant Printemps Baies
Chèvrefeuille Caduc Printemps Baies
Choisya Persistant Printemps - été - Automne - Hiver  
Cognassier du Japon Caduc Printemps Fruits
Cornouiller mâle (Cornus mas) Caduc Hiver Baies
Cotonéaster franchetti Semi-persistant Printemps Baies
Cotonéaster lacteus Persistant Printemps Baies
Deutzia Caduc Printemps - été  
Eglantier Caduc Printemps - été Baies
Elaeagnus pungens Persistant Automne Baies
Elaeagnus  x ebbingei Persistant Automne  
Elaeagnus angustifolia Caduc Printemps  
Escallonia Persistant Été  
Févier (Gleditsia) Caduc Fin de printemps-début d'été Gousses
Forsythia Caduc Printemps  
Fusain du Japon Persistant   Baies
Hortensia Caduc Été - automne  
Houx Persistant   Baies
Laurier-cerise Persistant Printemps Baies
Laurier-noble Persistant Printemps  
Laurier du Portugal Persistant Printemps  
Laurier rose (pour le midi) Persistant Été  
Laurier tin Persistant Automne - hiver  
Lonicera nitida Persistant    
Mahonia Persistant Hiver  
Noisetier pourpre Caduc   Noisettes
Osmanthus aquifolium Persistant Printemps - fin d'été Baies
Photinia Persistant Printemps - été  
Pyracantha Persistant Printemps Baies
Romarin Persistant Printemps  
Sureau Caduc Printemps Baies
Symphorine Caduc Printemps Baies
Tamaris Caduc Printemps ou été  
Troene Semi-persistant Été Baies
Viburnum rhytidophyllum Persistant Printemps Baies
Weigelia Caduc Printemps  

Suggestions pour environ 15 mètres de haie :
Haie fleurie :
1 chèvrefeuille, 2 cotonéasters, 1 deutzia, 1 escallonia, 1 églantier, 2 forsythias, 1 hortensia, 1 mahonia et 1 weigelia.
Haie champêtre : 1 abélia, 1 Buddléia, 1 charme, 1 cornouiller, 2 escallonias, 1 eléagnus, 1 photinia, 1 sureau, 1 vibrunum.
Haie persistante : 1 abélia, 1 aucuba, 2 buis, 1 choisya, 1 cotonéaster, 2 houx, 1 laurier tin, 1 mahonia, 1 photinia

 

horizontal rule

Certaines plantes annuelles, vivaces, molles, à développement régulier et d'une hauteur suffisante peuvent, durant quelques mois, ce qui est parfois suffisant - constituer des haies, lignes, écrans, masques décoratifs et fleuris. Elles réclament peu de soins, sont souvent variées et originales.

  Plantes annuelles ou plantes molles Plantes vivaces
Achillées diverses   X
Ancolies   X
Anthémis X  
Asclepias   X
Asters grands   X
Buglosse d'Italie   X
Canne de Provence   X
Clématite dressée   X
Cosmos X  
Dahlias divers X  
Epilobe   X
Eulalie (Miscanthus)   X
Fuchsia riccartonii   X
Helenium   X
Helianthus vivaces   X
Helianthus annuels X  
Héliopsis   X
Hémérocalle   X
Hortensia   X
Iris   X
Kniphofia   X
Kochia X  
Lavande   X
Leucanthème   X
Lupin   X
Lysimaques grandes   X
Macleaya   X
Monarde   X
Montbrétia X  
Penstémon X  
Périlla X  
Phlox vivaces   X
Physostégie   X
Pivoine   X
Roseau   X
Rose-trémière X  
Rudbeckia vivace   X
Tabac d'ornement (Nicotiana)   X
Valériane des jardins   X
Verge d'or   X
Zinnias grands X  

 

 

HAIE A CROISSANCE RAPIDE
Cupressocyparis leylandii  
Ligustrum ovalifolium  
Prunus laurocerasus  
Prunus lusitanica  
Pyracantha  
Spirea x vanhouttei  
Thuya plicata 'Atrovirens'  

 

horizontal rule

 

Une haie de persistants Une haie gourmande Une haie bocagère Une haie de bordure Une haie défensive Une haie pour bord de mer Une haie coupe-vent