La lumière

horizontal rule

 

Les plantes d'intérieur ont besoin de lumière pour s'épanouir. D'une région à l'autre, d'une saison à l'autre, les conditions climatiques, donc l'éclairement, varient. Par exemple, en Provence, les hivers sont trois fois plus lumineux qu'à Paris. Les plantes ont, de plus, chacune des exigences particulières. Autant de facteurs à étudier au moment de leur installation.
Vérifiez tout d'abord l'exposition de la pièce. Voyez si un arbre ou un bâtiment ne projette pas d'ombre préjudiciable, si les baies ou les fenêtres sont suffisamment larges, si les voilages, stores, doubles rideaux ne risquent pas de tamiser la lumière... S'il fait vraiment trop sombre, reste une solution : installer un éclairage électrique complémentaire.
 

horizontal rule

A quoi reconnaît-on qu'une plante manque de lumière ?

Elle vit une lente asphyxie. Ses réactions sont variables. Parfois ses tiges, d'une fragilité anormale, s'étirent vers le peu de lumière octroyée. Ses feuilles s'étiolent. Ou, comme les plantes panachées, elles deviennent vert sombre. Signe plus alarmant encore : la chute des feuilles. Quand bourgeons et boutons tombent, il est urgent de réagir. Avant, il convient de tracer la fiche signalétique du sujet : définir son lieu d'origine (milieu tropical, tropical humide ...) et déterminer s'il aime le plein soleil, l'ombre ou la mi-ombre, si c'est une plante de jours courts ou de jours longs.
 

horizontal rule

Quels sont les besoins d'une plante d'intérieur ?

Trois éléments, indissociables, sont à prendre en compte. Leur non-respect abrège immanquablement la vie de la plante :
- un éclairement minimal en intensité (250 lux) et en durée. C'est ce qu'elle reçoit près d'une fenêtre un jour moyen. En plein soleil, derrière une fenêtre bien exposée, sans store, ni voilages. L'éclairement peut atteindre 5000 lux. En revanche, à 4 m à l'intérieur, il est proche de zéro. 
- une température oscillant entre 18 et 30°C le jour, 10 et 18°C la nuit. En général, dans les maisons, il fait environ 19°C, ce qui est parfait.
- une humidité de l'air comprise entre 25 et 50%. Ce taux est généralement inférieur ; aussi est-il nécessaire de pulvériser de l'eau et de placer les pots dans des soucoupes contenant des billes d'argile et remplies d'eau.
 

horizontal rule

Comment évaluer son besoin d'éclairement ?

Disons que le nombre d'heures d'éclairement moyen est de 14h/jour en hiver et de 16 h/jour en été. Mais ce calcul peut être affiné. Une plante dite de "jours courts" fleurit en novembre, décembre et janvier. Elle a besoin d'environ 12 h de jour et 12 h de nuit (voire 10 et 14). Un sujet de "jours longs" fleurit de mai à septembre. Il peut recevoir de 14 à 16 h de lumière par jour.
Attention : vous pouvez, sans vous en rendre compte, influer sur ce rythme, donc sur le développement de votre plante. Prenons, par exemple, une plante grasse qui fleurit l'hiver, donc de type "jours courts". Si elle vit à côté d'une baie vitrée, de la télévision et de différents éclairages jusqu'à tard le soir , son rythme naturel va être totalement perturbé. Elle passera artificiellement à un mode "jours longs", avec une floraison désordonnée.
La notion de temps est très relative : un jour de grand gel, l'hiver, avec un ciel d'un bleu éclatant, offre la même luminosité qu'une journée de juin en plein midi. La différence se situe dans la durée : l'hiver, l'éclairement se fera peut-être à partir de 9 ou 10 h du matin jusqu'aux environs de 15 h, alors que l'été, le jour se lève vers 3 ou 4 h et se couche aux environs de 20 h. Il est important de tenir compte de cet élément dans vos calculs.
 

horizontal rule

Quelle source lumineuse convient le mieux ? Sous quelles formes la trouve-t-on ?

Toute source émettrice de lumière est utilisable, le but étant de se rapprocher le plus possible su spectre solaire, voire de le dépasser en efficacité.
La lampe à incandescence (durée : 1000 h) est à proscrire : elle chauffe et risque de dessécher la plante. De plus, elle est trop riche en infrarouge, et pauvre en violet, vert, jaune ... ce qui est préjudiciable à la croissance des végétaux.
La lampe halogène (durée : 2000 h) est très proche du spectre du soleil, mais elle présente deux inconvénients majeurs : son prix et la grande chaleur qu'elle diffuse.
L'idéal reste la lampe fluorescente (durée : 8000 h), dite "lumière froide" parce qu'elle ne génère pas de chaleur. Certaines ampoules émettent une lumière pourprée (radiations bleues et rouges), spécialement adaptées aux besoins des plantes. La fluorescence se présente sous trois formes : l'ampoule, le modèle compact (20 W), et le tube (18, 36, 58 W) de 0,60, 1,20 ou 1,50 m de long.
 

horizontal rule

Combien coûte la fluorescence ? Est-elle vraiment valable pour de modestes plantations ?

Quelle soit chère, c'est certain. De 50 à 200 f, selon que vous optez pour des ampoules ou des tubes. D'autre part, l'installation du support est aussi à prendre en considération : pose de spots, des rampes ... Confortable, en revanche, elle a une durée de vie dix fois supérieure à celle d'une lampe traditionnelle. Investir une fois pour toutes dans du bon matériel s'avère plus rentable que de remplacer régulièrement des végétaux qui dépérissent, quel que soit leur prix. De plus, la consommation en électricité reste faible, surtout si vous utilisez des ampoules fluorescentes de 20 W.
 

horizontal rule

Concrètement, comment doit-on procéder ? Où et comment faut-il poser l'éclairage ?

Les plantes s'éclairent par le dessus, pour qu'elles croissent verticalement. Maris n'hésitez pas à multiplier les sources lumineuses (même incandescentes) autour d'elles. S'il y a peu de végétaux, l'ampoule fluo ou le modèle compact se dissimulent dans des spots individuels ou se montent sur une rampe, tous deux orientables. Plus large, le tube fluo sera parfait au-dessus des banquettes ou des massifs importants. Son seul inconvénient est d'être assez inesthétique. On peut essayer de le dissimuler derrière des bandeaux.
La distance idéale se situe à 0,60 m au-dessus des feuilles supérieures, en partant du principe que, trop proche, la lumière ne couvre pas toute la surface et que trop éloignée, elle perd de l'efficacité. Pour donner du relief aux végétaux, vous pouvez ajouter des spots fichés en terre. ils devront être étanches pour résister à l'humidité de la terre. Dans la mesure du possible, évitez de mélanger des espèces (plantes de soleil, d'ombre ...) qui n'ont pas les mêmes besoins. Cela vous évitera la mise en oeuvre d'installations complexes demandant l'intervention de spécialistes.
 

horizontal rule

Faut-il éclairer artificiellement tout le temps ?

Non surtout pas ! les plantes, comme les humains, ont droit au repos ; elles ont même besoin d'une nuit complète. On considère que 16 h d'éclairement constituent un maximum. Vous pouvez en déduire, que sur 24 h, une plante qui reçoit 10 h de lumière naturelle demande un appoint de lumière artificielle de 6 h pour 8 h de repos nocturne. Mais là encore, il est essentiel de tenir compte des besoins de chacune. La pose d'une minuterie sur le système se révèle très pratique.

Les plantes se placent plus ou moins loin de la fenêtre, en fonction de leur besoin d'éclairement, car l'intensité de la lumière décroît au fur et à mesure que s'éloigne l'ouverture. Il est possible de connaître précisément cette intensité à l'aide d'un lux-mètre et de certaines cellules photographiques étalonnées en lux. Les feuillages très colorés ou panachés ne conservent leurs belles couleurs qu'en pleine lumière. Les plantes fleuries et certaines espèces comme les fougères seront moins exigeantes. De toute façon, il est préférable de choisir des végétaux "conditionnés" pour supporter des atmosphères assez sèches et de faible éclairement.

Besoin minimal d'une plante  :  250 lux
Une journée d'été en plein soleil : 100.000 lux
Une journée d'été à l'ombre : 10.000 lux
Sous ciel couvert : entre 2.000 et 20.000 lux
En face d'une fenêtre bien exposée, sans voilage, ni store, et jusqu'à 1 m : entre 1.000 et 5.000 lux
A deux mètres d'une fenêtre : entre 800 et 1.000 lux
A trois mètres d'une fenêtre : entre 600 et 800 lux
A quatre mètres d'une fenêtre : entre 400 et 600 lux

Pour obtenir 100 lux, il faut installer :
- 60 W/m2 en incandescence standard
- 30 W/m2 en halogène
- 15 W/m2 en fluorescence à 1 m des plantes.

Un tube fluorescent de 40 W placé à 30 cm donne environ 1.250 lux ; à 60 cm il donne 800 lux.
Deux tubes de 40 W à 1 m donnent 800 lux ; à 1,50 m : 500 lux et à 2 m :  320 lux.

Une lampe fluo compacte de 20 W offre la même efficacité et le même éclairement qu'une lampe incandescente de 100 W. Mais l'énergie dépensée pour 10000 h d'utilisation est de 200 kWh pour la lampe fluo contre 1000 kWh pour l'incandescente.

 

de 250 à 750 lux

Palmier nain (Chamaedorea elagans 'Bella')
Palmier-bambou (Chamaedorea erumpens)
Dragonnier (Dracaena fragans 'Massangeana')
Kentia (Howea forsteriana)
Aglaonema (A. commutatum)
Philodendron
Aspidistra
Lierre
Fougères

de 750 lux à 2.000 lux

 

Dragonnier de Madagascar (Dracaena marginata)
Caoutchouc (Ficus elastica 'Decora')
Palmier-dattier (Phoenix roebelenii)
Rhapide (Rhapis excelsa)
Asparagus (Asparagus densiflorus 'Sprengeri')
Vigne d'appartement (Cissus rhombifolia)
Dieffenbachia (Dieffenbachia exotica)
Dragonnier rayé (Dracaena deremensis)
Maranta (M. leuconeura)
Fleur de cire (Hoya carnosa)
Fougère de Boston (Nephrolepis exaltata)
Bégonia, hortensia, plantes grasses, cyclamens, azalées ...

de 750 lux à 2.000 lux

 

Faux aralia (Dizygotheca elegantissima)
Pittosporum (P. tobira)
Yucca (Y. elephantipes)
Vigne des Kangourous (Cissus antartica)
Oranger calamondin (Citrus mitis)
Cactées ...

 

horizontal rule