Le bassin

horizontal rule

Aucun jardin n'est trop petit pour recevoir une pièce d'eau. Elle ne doit pas se trouver à l'ombre des arbres, à moins qu'il ne s'agisse d'un petit bassin, flanqué d'une fontaine, et que vous pourrez recouvrir d'un filet au moment de la chute des feuilles. Elle ne doit pas davantage avoir à pâtir d'une construction, mais bénéficier d'une situation ensoleillée. Vous porterez votre choix sur le jardin d'eau naturel, le bassin classique, le bassin préfabriqué, le mini-bassin, ou le bassin flexible.

L'installation d'une pièce d'eau

Quel que soit le trou que vous allez creuser, mettez soigneusement de côté la bonne terre de surface - sur 25 à 30 centimètres de profondeur -, utile pour des plantations futures.
La construction qui contient la poche d'eau d'un bassin classique doit être en brique, en pierre ou en polystyrène, l'essentiel étant que les murs soient prévus pour résister à la pression du futur volume d'eau. Assurez-vous également que le ciment est bien sec avant de procéder à la pose du liner.
Choisissez judicieusement le revêtement du bassin, car il joue un rôle déterminant. L'idéal, pour un bon résultat, est un ton pierre ou sombre, sur lequel les dépôts d'algues se voient moins. Le bleu et le blanc se salissent vite et semblent très artificiels.
Le liner existe sous deux formes : rigide ou souple, en PVC ou en butyle. Le bassin rigide s'achète tout fait, mais ne répond pas nécessairement à vos attente, car vous ses mesures sont imposées, alors que le liner souple, très résistant, vous laisse toute liberté quant à la taille et à la forme de l'ensemble.
Après avoir procédé à la mise en eau, attendez quelques semaines avant d'introduire les végétaux afin que le chlore se dissolve. Au printemps, plantez impérativement quelques éléments oxygénants, qui gardent l'eau la plus claire possible.
Sachez qu'une pièce d'eau, même de taille réduite, peut être bordée de végétaux de haute taille qui donneront de l'importance à la scène et feront oublier la petitesse du bassin. On peut également réaliser une pièce d'eau en laissant le pourtour en herbe, vous pourriez, avec le temps, voir apparaître des fleurs sauvages semées par les oiseaux.
Sa forme peut être irrégulière puisqu'elle doit, autant que possible, s'intégrer dans le paysage, et de préférence à l'endroit le plus bas du jardin. Si vous avez l'intention de créer une rocaille, pensez-y lors de la conception du bassin, même si vous ne la réalisez que plus tard. Prévoyez également un accès à un poste d'électricité pour installer un éclairage.

Le jardin d'eau naturel.
Choisissez un liner selon la taille de la pièce d'eau. Pour calculer le métrage dont vous avez besoin, comptez une fois la plus grande longueur de la pièce d'eau, plus deux fois la plus grande profondeur, plus un peu de marge. Pour qu'il dure au moins vingt ans, assurez-vous auprès du fournisseur qu'il est bien en PVC ou en butyle, et non en plastique quelconque.
Matérialisez l'emplacement sur le terrain à l'aide de piquets et de ficelle.
Creusez le trou, avec un centre d'au moins 1 mètre de profondeur si vous voulez planter des nymphéas - louez une mini-pelle pour effectuer ce travail éreintant en deux heures.
Ne dépassez pas 30 centimètres de profondeur pour le bord du bassin, afin d'y installer des pierres et des plantes de margelle.
Garnissez le trou d'une fine couche de 10 à 20 centimètres de sable et d'une couche de laine de roche - ces précautions vous garantissent le succès.
Posez le PVC ou le butyle - ce travail se fait à plusieurs ; prenez garde à limiter les plis qui risquent de se former dans le fond ou sur les côtés.
Épandez une couche de terre de 10 centimètres d'épaisseur dans le fond du bassin, en vue de l'installation de végétaux.
Commencez doucement la mise en eau.
Aplatissez le liner sur le bond en faisant dépasser une vingtaine de centimètres au-dessus du niveau de la terre ; aplatissez-le et recoupez les bords.
Égalisez la surface des bords par un apport de terre mélangée à des gros gravillons ou des cailloux, et posez des dalles ; comblez les interstices en fonction de la plantation prévue.
Retenez des végétaux qui aiment l'humidité sans vivre dans l'eau et plantez-les sur les bords du bassin afin que les racines ne se trouvent pas trop au sec. Les plantations peuvent camoufler rapidement les éventuels plis ou irrégularités de la feuille plastique.

Un bassin classique.
Il peut être carré ou rectangulaire, généralement bien en vue de la maison. Ajoutez-y une fontaine. Si vous le faites en ciment, confiez sa réalisation à un spécialiste, de préférence, pour qu'il calcule l'épaisseur du matériau en tenant compte du gel. Si vous vous lancez dans son exécution, procédez de la même façon que pour la pièce d'eau naturelle, mais utilisez plutôt des dalles scellées pour la margelle et une plantation  aquatique plutôt qu'un habillage. De même, des vasques plantées habillent les angles avec plus de succès que des végétaux mis en terre.

Un bassin préfabriqué.
Il peut occuper le même genre d'emplacement que le bassin naturel. Installez-le simplement :
- posez-le sur le sol et dessinez sa forme ;
- creusez le trou destiné à le recevoir et jetez quelques pelletées de sable au fond ;
- vérifiez bien l'horizontalité au niveau à bulle ;
- habillez le bord de galets ou de cailloux, plus faciles à installer que des pierres plates, et complétez par quelques plantes.
Vous pouvez choisir d'installer un bassin surélevé, qui présente notamment l'avantage de pouvoir être installé sur un mauvais terrain ou une surface en dur, dans lequel il eût été difficile de creuser. Ce type de bassin est très décoratif et moins dangereux qu'un bassin au niveau du sol.

Un mini-bassin.
Si vous n'avez pas la possibilité d'implanter une vraie pièce d'eau par manque de place ou si vous ne le souhaitez pas, offrez-vous le plaisir d'un mini-bassin, aménagé, par exemple, avec une auge, un demi-tonneau ou à un emplacement que vous rendez étanche à l'aide d'une feuille de plastique. Vous pourrez y accueillir des plantes d'eau et même l'agrémenter d'une fontaine. Enterrez-le et dotes-le d'une margelle, ou placez-le en surélévation, entouré éventuellement d'un muret en pierre.

horizontal rule

Au plan de la sécurité

L'installation d'un grillage solide, fixé à quelques centimètres sous l'eau, permet d'éviter les drames. Sa pose s'effectue après l'implantation des végétaux, nullement gênés par les mailles métalliques formant des carrés de 10 centimètres de côté, à travers lesquels leur feuillage passe. Le grillage est, ainsi, parfaitement masqué.

horizontal rule

La cascade

Si vous voulez entendre l'eau vive, la cascade s'impose. Deux sortes de pompes sont à votre disposition et il vous suffit de prévoir un fil électrique enterré dans du sable pour les relier à une prise de courant.
La pompe submergée, souvent la plus pratique, posée sur une petite plate-forme de pierre ou de brique, est simplement posée au fond du bassin. Un tuyau la relie à quelques grosses pierres, ou à une rocaille, d'où coule la cascade.
La pompe en surface convient mieux au bassin de style classique, rectangulaire ou carré, avec une margelle et dotée d'une fontaine centrale. Elle loge dans un espace à proximité, imperméable et bien protégé, double de parpaings, avec couvercle et reliée par un tuyau. Quelque soit le modèle retenu, rentrez-le et nettoyez-le pendant l'hiver pour lui assurer une longue vie.

horizontal rule

Les plantes

Une fois votre pièce d'eau installée et si possible remplie d'eau de pluie, moins chargée en éléments minéraux, voici venu le temps des plantations. Les plantes fournissent nourriture et abri aux animaux. Leur présence limite aussi le développement des algues. Vous disposez d'un vaste choix d'espèces de tailles variables. Vous planterez entre mai et octobre, sans engrais ni fumier, les racines se fixant d'elles-mêmes. Vous installerez des plantes oxygénantes et des plantes de berge. Les plantes flottantes sont aussi les bienvenues, à condition qu'elles n'occupent pas plus de la moitié (deux tiers au grand maximum) de la surface. Choisissez de préférence des plantes indigènes, sauf celles qui sont trop vigoureuses. Dans les eaux de plus de 60 centimètres de profondeur, les végétaux, nénuphars compris, sont coulés au fond en panier, en caissette ou en sac de toile, attachés à une plaque de gazon.
Plantes de berge : acore, cresson de cheval, jonc fleuri, grande douve, roseau, rubanier, sagittaire, trèfle d'eau.
Plantes flottantes : les nénuphars, en évitant les espèces indigènes, trop vigoureuses. Préférez celles à faible développement comme Nymphea pygmaea ou Nymphea tetragona.
Plantes oxygénantes, indispensables si vous introduisez des poissons : callitriche, Ceratophyllum, Elodea, Houttuynia, cornifle, Potamogeton, Ranunculus, Myriophylle spicatum  et verticillatum.
Petite fougère, Azolla caroliniana, forme un joli tapis qui rougit avec les premiers froids. Elle survit difficilement aux hivers rigoureux.
Plantes pouvant supporter la mi-ombre : Caltha, Elodea, Iris pseudoacaurus, Myosotis, Petasites (très envahissant) et Sagittaria.
Plantes exigeant 30 à 40 centimètres de profondeur et du soleil : les nymphéas, également flottantes.

A éviter : les espèces "étrangères" vendues en jardinerie et qui sont trop envahissantes comme la mousse des fées ou la myriophylle brésilienne.
A proscrire, la jussie, qui colonise tous les plans d'eau, mettant en péril la flore sauvage.

Coupez les feuilles et les extrémités des racines abîmées, et plantez les pieds dans un panier plastique garni de bonne terre de jardin, sans engrais, mais avec un peu de poudre d'os. Compressez bien la terre, puis doublez le panier de toile de sac et mouillez-le avant la mise en place. Les espèces miniatures ont besoin de 10 à 20 centimètres de profondeur d'eau pour s'étaler de 20 à 50 centimètres ; celles de taille moyenne de 30 à 60 centimètres d'eau pour couvrir de 60 centimètres à 1,50 mètres ; les plus vigoureuses de 70 centimètres à 1,50 mètres d'eau pour s'étendre de 1,50 à 2,50 mètres. Au bout de trois ou quatre ans, les nymphéas peuvent être rempotés dans un panier plus grand.
Évitez-vous toute déception en choisissant une variété bien adaptée à la profondeur d'eau. N'oubliez pas que les nymphéas s'étendent rapidement. Commencez par une plantation modeste.

horizontal rule

Les poissons

Attendez un mois après la plantation avant d'en introduire dans le bassin. Quand vous les apporterez dans leur sac plastique, ne les jetez pas par-dessus bord, mais libérez-les paisiblement dans l'eau.
 

horizontal rule

Les soins à apporter à votre pièce d'eau

Décembre : n'attendez pas trop pour préparer le bassin aux rigueurs hivernales, surtout si elles sont précoces et intenses :
Faut-il vider les bassins ?
Non. En tout cas pas si vous avez tenté d'y recréer un équilibre naturel en apportant des plantes et des poissons. Une vidange complète serait un immense gâchis pour toute la faune et la flore qui s'installe petit à petit. En revanche, s'il s'agit d'un simple bassin très petit (moins d'un m3), d'une fontaine ou d'un jet d'eau, et s'il est très peu profond (moins de 60 cm de profondeur), s'il est en ciment et à parois verticales ou sans végétation particulière, mieux vaut pêcher vos poissons et faire une vidange complète pour la mauvaise saison. Utilisez un tuyau équipé d'un entonnoir, remplissez-le d'eau et placez l'entonnoir ou fond du bassin ; posez l'autre extrémité du tuyau à un niveau inférieur à celui de l'eau, puisard ou partie en contrebas du jardin. Vous pouvez utiliser une pompe immergeable, dotée d'un filtre adaptable placé au fond du bassin. Nettoyez-le bien et protégez les canalisations d'arrivée d'eau. Il peut  être utile de disposer d'un bassin temporaire où transférer plantes et poissons. Installez un bassin temporaire dans un creux du terrain avec une réserve de plastique ou de PVC que vous aurez pu faire au départ. Réinstallez plantes et poissons après le nettoyage dans leur milieu habituel. Dans les régions à hivers rigoureux, vous pouvez préférer conserver vos poissons dans un aquarium ou une bassine hors gel, jusqu'au printemps suivant. Vous penserez à changer l'eau de l'aquarium de temps en temps.
Que faire s'il gèle très fort si votre bassin est trop grand pour être vidé ?
Essayez de maintenir une ouverture libre de glace quelques minutes par jour afin que les échanges gazeux entre l'eau et l'air se fassent ; sinon, l'eau s'empoisonne peu à peu. Ne cassez pas la glace avec un marteau (les vibrations occasionnées peuvent tuer les poissons), mais versez de l'eau très chaude sur un point bien localisé.  Laissez flotter un ou plusieurs ballons de plage ou des bouteilles de plastique à demi-pleines ou des morceaux de polystyrène expansé, surtout si les berges du bassin sont maçonnées et/ou verticales. Elles absorberont une partie de la pression et éviteront que les berges n'éclatent sous la poussée. Vous pouvez également placer un fagot de bois à la surface de l'eau, il évitera que les parois du bassin soient endommagées par la pression de la glace. Ou encore, les roseaux séchés, en hiver, servent de cheminée d'aération pour les poissons et "d'amortisseurs", quand la pression de la glace se fait trop forte sur les parois. Dans tous les cas, videz un peu d'eau pour laisser une couche d'air sous la glace.
Les feuilles mortes sont-elles dangereuses ?
Oui. Elles s'accumulent sur le fond de l'eau et contribuent à la rendre acide. Leur décomposition engendre des gaz qui deviennent toxiques pour les poissons lorsqu'ils s'accumulent, ce qui arrive souvent quand une couche de glace recouvre l'eau pendant quelque temps. Il ne faut cependant par dramatiser si quelques feuilles viennent se déposer sur votre mare car elles contribuent aussi à enrichir la vase, donc à nourrir les plantes aquatiques. Si votre bassin a été créé près d'un arbre (ce qui n'est jamais conseillé), étendez un grillage à la surface de l'eau, au moins le temps que toutes les feuilles  soient tombées.
Doit-on couper toutes les tiges des plantes aquatiques ?
Oui, mais pas tout de suite. Il est bien sûr tentant de nettoyer toutes les tiges fanées en désordre, mais comme dans les massifs, certaines sont encore un peu décoratives. Les plantes semi-aquatiques, enracinées dans la vase mais au feuillage émergé, sont très utiles quand l'eau gèle : leurs tiges creuses absorbant une partie de la pression de la glace, elles permettent des échanges gazeux entre l'eau et l'air. De plus, elles offrent souvent un refuge pour la micro-faune aquatique. Mieux vaut donc laisser les plantes en place jusqu'à ce que les plus fortes gelées soient passées.
Les nénuphars peuvent-ils geler ?
En principe non, du moins tant que la glace n'atteint pas leurs rhizomes. Les espèces indigènes comme Nymphaea alba ne craignent absolument rien, mais certains hybrides - et en particulier les nympléas miniatures qui vivent dans une faible profondeur d'eau - sont plus sensibles. Si vous craignez pour vos précieuses "roses des eaux", sortez leurs rhizomes (ou leurs pots, s'il y sont encore), et remises-les dans une caisse de sable dans votre garage ou dans un cellier frais et hors gel. Veillez simplement à ce que le sable ne se dessèche pas trop pendant l'hiver. On peut hiverner de même les lotus (Nelumbo) et les nymphéas exotiques.
Que faire des plantes flottantes ?
Certaines plantes, comme les châtaignes d'eau (Trapa natans), les Broméliacées d'eau (Stratiotes aloïdes) ou la grenouillette (Hydrocharis morsus-ranae) hivernent en s'enfonçant d'elles-mêmes vers les profondeurs. D'autres, d'origine tropicale comme la laitue d'eau (Pistia stratiotes) ou la jacinthe d'eau (Eichhornia crassipes) doivent être abritée du gel. On les garde assez facilement à l'intérieur, dans un aquarium rempli avec de l'eau du bassin et au fond duquel  on aura déposé une petite couche de vase. Attention, elles ne survivent pas longtemps dans l'eau du robinet.
Peut-on chauffer l'eau pour les poissons ?
On pourrait, mais ce n'est pas nécessaire pour les traditionnels carassins ou même les carpes koï quand la hauteur d'eau est d'au moins 80 cm. Si l'eau gèle en surface, elle reste à + 4°C à cette profondeur, ce qui est suffisant pour que les poissons survivent. Par contre, si votre bassin est moins profond et que vous ne pouvez abriter vos protégés ailleurs, utilisez une résistance spéciale pour les grands aquariums. Veillez simplement à ce qu'elle ne chauffe pas l'eau à plus de 5°C : ce serait à la fois ruineux et dommageable pour le bon repos de la faune et de la flore.
Quelle quantité de nourriture donner aux poissons ?
Il vaut mieux ne pas nourrir les poissons pendant l'hiver, ou alors très peu. Leur activité étant très ralentie à cette époque, ils vivent sur leurs réserves ou se nourrissent de débris végétaux ou de quelques animalcules qu'ils peuvent encore trouver dans l'eau. Ne jetez pas de pain : s'il n'est pas consommé tout de suite, il trouble l'eau très vite.
Quelles précautions prendre pour le matériel ?
Mieux vaut arrêter les pompes et autres filtres pendant les périodes de gel. Les cascades occasionnent beaucoup de pertes d'eau par temps de gel et le bassin risque de se vider dangereusement. Ne laissez pas les pompes arrêtées pleines d'eau car elles s'encrassent alors beaucoup. Sortez les du bassin pour les vidanger et les nettoyer et replacez-les au fond de l'eau si votre bassin a une profondeur d'au moins 70 cm. Sinon, immergez-les dans une bassine, dans une pièce hors gel. Le contact avec l'eau est impératif pour éviter que les joints sèchent. Au pire, n'oubliez pas de les huiler avant de les entreposer dans un local humide (sous peine de voir les joints se rétracter).
Comment peut-on oxygéner l'eau ?
Les poissons étant peu actifs en hiver, ils ont de faibles besoins. S'il y a beaucoup de plantes immergées dans le bassin, elles parviennent à oxygéner l'eau en suffisance. Dans le cas contraire, faites couler de temps à autre un peu d'eau sous pression pour "rafraîchir" l'eau stagnante. Les amateurs les plus soucieux de la santé de leurs poissons utilisent un petit appareil à bulles tel que ceux utilisés dans les aquariums. De faible consommation, et silencieux, ils ralentissent en outre la prolifération des algues vertes au début du printemps.

Contrôlez le pH de l'eau de votre bassin :
L'accumulation de déchets au cours de l'automne et de l'hiver peut entraîner des variations importantes du pH quand l'eau se réchauffe. Un suivi attentif de cette valeur est important pour maintenir un pH neutre. Pour cela, utilisez des bandelettes de papier réactif au moins une fois par semaine pendant cette reprise d'activité du bassin (en vente dans les jardineries et les magasins spécialisés).
Pour limiter le taux de phosphate dans l'eau de votre bassin, il existe des cartouches spécifiques à insérer dans un filtre. Elles captent les phosphates au passage de l'eau. Le changement de cartouche dépend de la qualité de l'eau au départ. Ces cartouches antiphosphates sont en vente dans les jardineries et les magasins spécialisés.

En mars : enlevez les protections contre le froid des plantes de berge les plus fragiles si le climat s'oriente vers un réchauffement durable. Profitez-en pour éliminer les fleurs fanées et les feuilles mortes.
Outre la nourriture, apportez à vos poissons des vitamines pour qu'ils se refassent une bonne santé.
Dans votre bassin, attention au développement brusque d'algues qui peut survenir lors de journées très ensoleillées. Les plantes n'ayant pas encore repris leur végétation normale, les algues profitent de l'excédent d'éléments nutritifs.
La fin de l'hiver approche, le climat est plus clément dans de nombreuses régions, entraînant un réchauffement de l'eau. Les poissons commencent à sortir de leur léthargie. Surveillez donc régulièrement la température de l'eau. Dès qu'elle dépasse 10°C, faites un apport de nourriture énergétique pour les aider à reprendre des forces.

Les limnées sont des gastéropodes à coquille allongée, très fréquents en eau stagnante. Elles remontent à la surface de l'eau pour vider leur poumon et sont alors une proie facile pour les oiseaux aquatiques. Les canards en sont très friands, et ce serait peut être une solution écologique si vous rencontrez ce genre de problème. Sinon, au moment de la remise en eau de votre bassin et de son installation, utilisez des appâts empoisonnés (achetés dans le commerce) pour mollusques afin de limiter l'invasion.

En été : c'est pendant les moments chauds de l'année que l'on remarque une prolifération des lentilles d'eau (Lemna). Ce sont des plantes flottantes qui hivernent sur la vase pendant la période de froid. Elles se multiplient très rapidement par beau temps, par bourgeonnements issus des pousses. Ces plantes peuvent être un décor pour le plan d'eau, mais leur excès nuit à l'esthétique du bassin. Il est souhaitable d'enlever au râteau, le maximum de ces plantes.

 

PLANTES  POUR  LE  BORD  DE  L' EAU

ARBRES

Aulne commun Bouleau
Carya Chêne des marais
Cyprès chauve Frêne
Hêtre Liquidambar
Métasequoia Nyssa
Peuplier Platane
Pterocarya Sapin de Vancouver
Saule Thuya de Lobb
Tsuga du Canada Tulipier

ARBUSTES

Bambous divers Cornouillers divers
Hamamelis Hippophae
Rhododendron Saule arbustif
Sorbaria Sureau
Symphorine Tamaris
Viorne boule de neige  

PLANTES  VIVACES

Aconit anémone du Japon
Arum (dans le Midi) Astilbe du Japon
Ligularia divers Lysimaque nummulaire et autres
mimulus jaune Monarde
Bugle (Ajuga) Buglosse-myosotis
Butome jonc-fleuri Canna (dans le Midi)
Canne de Provence Cimicifuga
Dicentra spectabilis Epilobe Eupatoire à feuilles de chanvre
Fougères diverses Gunnéra
Hémérocalle Hosta
Iris faux-acore Iris du Japon
Iris de Sibérie Myosotis des marais
Osmonde royale (fougère) Peltiphyllum
Pervenche Physostégia
Populage (Caltha) des marais Primevères du Japon
Primula beesiana  
Rodgersia Roseau
Salicaire Spirée barbe-de-bouc
Spirea ulmaria Thalictrum (Pigamon)
Trolle Verge d'or
Epilobe Ajuga reptans

 

PLANTES AQUATIQUES
Plantes Profondeur d'eau en cm Étalement en cm Floraison
Nymphaea 'Graziella' 10-25 40-60 Florifère - orangé
Nymphaea odorata 'Minor' 10-25 40-60 Blanche à étamines jaunes
Nymphaea 'Laydekeri Lilacina' 10-25 40-60 Rose pâle fonçant avec l'âge ; parfumée
Nymphaea 'Froebelli' 15-40 50-100 Rouge foncé sur tiges droites
Nymphaea 'James Brydon' 15-40 50-100 Orange ; supporte l'ombre
Nymphaea odorata 'Sulphurea' 15-40 50-100 Jaune canari ; parfumée
Nymphaea 'Sioux' 15-40 50-100 Orange ; pétales pointues
Nymphaea 'Marliacea Albida' 30-60 100-150 Très florifère ; blanc pur
Nymphaea 'Marliacea Rosea' 30-60 100-150 Rose foncé ; parfumée
Nymphaea odorata 'Alba' 30-60 100-150 Blanche, à étamines jaunes
Nymphaea 'René Gérard' 30-60 100-150 Florifère ; rouge rosé
Nymphaea odorata 'Rosea' 30-60 100-150 Rose pâle, à étamines jaunes
Nymphaea alba 30-100 150-250 Blanche à étamines jaunes ; s'étale beaucoup
Nymphaea 'Charles de Meurville' 30-100 150-250 Florifère ; bordeaux à étamines jaunes
Nymphaea 'Marliacea Carnea' 30-100 150-250 Florifère ; rose pâle presque blanc ; parfumée
Nymphaea 'Marliacea Chromatella' 30-100 150-250 Florifère ; rouge rosé
Nymphaea tuberosa 30-100 150-250 Blanche à étamines jaunes

horizontal rule