Le jardin naturel

horizontal rule

Si vous n'êtes pas un fanatique du jardinage tout en voulant profiter du plein air et de la nature, abandonnez un amour-propre mal placé et faite le choix d'un jardin naturel un peu sauvage. Aux bordures florales encadrant un gazon manucuré, à la taille, aux traitements, au bêchage et au désherbage, préférez un jardinage plus souple et générez une oasis pour les oiseaux, les papillons et les abeilles.
C'est l'irlandais William Robinson qui, en 1870, innove en optant pour une plantation naturelle, quelle que soit la morphologie du terrain. Cette démarche favorise des réalisations au charme incontestable pour lesquelles il est possible, en outre, de procéder par étapes. L'ensemble prend ainsi forme au gré des découvertes du jardinier, et les végétaux les plus appropriés à l'exposition y trouvent leur place. L'effet de spontanéité l'emporte sur la symétrie.
Pour concevoir le projet ou le plan de ce jardin, promenez-vous en traçant un chemin sinueux. Puis tondez-le s'il est en gazon ou épandez des écorces s'il est en terre. Vous placerez ensuite des bâtons aux emplacements où vous souhaitez l'habiller de végétaux. Pour ce type de plantation, optez pour des végétaux à l'air très naturel, tels le buddleia, qui attire les papillons, ou aux rosiers rugosa qui poussent à l'état sauvage.
Bêchez les endroits les plus creux du terrain et incorporez-y du fumier. S'il existe des arbres, intégrez-les au plan général et convertissez progressivement des parties engazonnées en aires de promenade plantées, dans lesquelles vous ajoutez sans formalité, au cours des saisons, arbustes, bulbes et vivaces. Prévoyez des taches isolées plutôt que de grandes taches de plantation. Ils exigent un entretien minimal, mais apportent néanmoins la preuve de votre intervention. Aucune compétition ne devant opposer les sujets les uns aux autres pour s'étendre, éliminez les couvre-sol. Laissez également de côté ceux qui nécessitent une intervention régulière : taille, tuteurage, protection. Garnissez les parties ombrées de Dryoptéris, d'Helleborus, d'Hosta et de Polygonatum multiflorum pour que le désherbage ne devienne pas une priorité. Si la terre est acide, privilégiez les plantes pour terre de bruyère (camelia, Dadoecia, Enkianthus, Rhododendrons).
Apportez enfin une touche de gaieté avec des semis in situ.
A l'automne, le travail se résumé à une tonte tous les dix jours pour créer les allées, au nettoyage des plantations et au ramassage des feuilles mortes en automne.