Le terrain

horizontal rule

CONNAISSEZ  LA  NATURE  DE  VOTRE  SOL

Votre terre colle à la bêche et se réchauffe lentement au printemps : elle est argileuse. Améliorez son drainage avec de la tourbe et du sable.

L'eau filtre rapidement comme au travers d'une passoire : votre terre est sablonneuse. Incorporez de l'humus.

Vous voyez pousser naturellement buis, genévrier, genêt : votre sol est calcaire. Apportez quelques pelles de tourbe.

Le rhododendron prospère autour de chez vous : votre terre est acide et humifère. A vous les arbustes de terre de bruyère.
 

horizontal rule

FAITES  ANALYSER  VOTRE  SOL

L'hiver est une bonne période pour ce genre d'opération. L'analyse vous permettra de mieux cultiver vos légumes l'année prochaine, de connaître, les qualités physiques (1), chimiques (2) et biologiques de votre terre. Il est bon de la faire lorsqu'on démarre un potager ou si l'on rencontre d'importants problèmes de culture. Elle vous indiquera les amendements et les engrais à apporter pour équilibrer le sol.
Confiez l'analyse de préférence à un laboratoire proche de votre domicile (renseignez-vous auprès d'une jardinerie locale, dans une pharmacie ou à la préfecture de votre département). Vous pourrez demander plus facilement des précisions sur les points obscurs et les conseils donnés en conclusion.
Remplissez avec précision la feuille de renseignements : elle permettra une meilleure interprétation des résultats en laboratoire.
Effectuez plusieurs prélèvement à une profondeur comprise entre 5 et 30 cm ; mélangez-les soigneusement et conservez-en 500 g que vous mettrez dans les boîtes ou les sacs du laboratoire.
Conservez précieusement les résultats pour le cas où vous feriez refaire une analyse dans quelques années.

(1) Proportions des différents constituants : sable, calcaire, argile, limon, humus.
(2) Acidité ou alcalinité (pH) du sol, quantités d'éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium, calcium, soufre, magnésium) et d'oligo-éléments, tenue en matière organique (rapport carbonne-azote)

Les sols alcalins renferment une bonne quantité de craie, de chaux ou de matières apparentées. Les sols acides ne contiennent que de petites quantités de ces éléments, ou n'en comportent pas du tout. En général, les plantes d'intérieur préfèrent plutôt un sol acide. Dans un sol alcalin, elles souffrent de chlorose, dont le symptôme est un jaunissement des feuilles.
L'acidité ou l'alcalinité active d'un mélange terreux, de l'eau ou d'un engrais s'évalue selon une échelle de pH, le symbole pH signifiant : potentiel d'hydrogène, ou plus exactement concentration en ions hydrogène. Le pH est noté de 0 à 14, le point neutre correspondant à un pH de 7. De 7 à 0, l'acidité est de plus en plus grande ; de 7 à 14, l'alcalinité est de plus en plus forte. Les plantes ne peuvent vivre qu'avec un pH de 4 à 8.
Le pH du sol varie selon la provenance de celui-ci. Si l'on utilise de la terre de jardin, on devra toujours vérifier son pH. Certaines plantes comme les orchidées et les rhododendrons exigent un substrat acide, tandis que quelques autres, comme les plantes grasses, croissent mieux dans un sol légèrement alcalin. La tourbe, le terreau de feuilles et l'écorce ont généralement des réactions acides. Cependant, certains mélanges à base de tourbe, parce qu'ils sont additionnés d'engrais, ne conviennent pas aux plantes qui veulent un sol très acide. L'absence de terreau ou la présence de tourbe ne renseigne donc pas sur le degré d'acidité d'un mélange. C'est le pH qu'il faut vérifier. Il est généralement indiqué sur l'emballage.
Pour connaître l'acidité d'un mélange, on le délaie dans de l'eau et on y trempe du papier de tournesol. Si le papier vire au rouge, la réaction est acide ; s'il vire au bleu, elle est alcaline. Les magasins de produits pour aquariums vendent des papiers plus sensibles encore, dont on interprète les réactions à l'aide d'une échelle. Enfin, les centres d'articles de jardinage offrent à des prix abordables des nécessaires d'analyse des sols comprenant éprouvettes et réactifs.
 

horizontal rule

LES  SOLS  CALCAIRES

Les sols calcaires sont clairs, ils se désagrègent dans la main si l'on tente d'en faire une boule. Ils retiennent mal l'eau et peuvent provoquer la chlorose, jaunissement des feuilles des végétaux. Par contre, ils se réchauffent vite après la pluie. Pour les améliorer il faut faire des apports de tourbe notamment à la plantation.
 

horizontal rule

LES  SOLS  ARGILEUX

Ils sont compacts, collent à la main par temps de pluie et durcissent en séchant. Ce sont des sols très fertiles et la plupart des plantes s'y plaisent. Faites des apports de sable et de compost pour les alléger.
 

horizontal rule

LES  SOLS  ACIDES

En apportant de la chaux (c'est à dire du calcaire) aux sols acides vous améliorez la structure du sol et son activité bactérienne. Utilisez du calcaire broyé, de la dolomie ou du lithothamne. Sachez que les phosphates naturels et ses scories Thomas (engrais) sont de bons amendements calcaires. Évitez les chaux éteintes agricoles, trop grandes consommatrices d'humus. Vous trouverez ces produits dans les magasins horticoles de votre région. Apportez la chaux en automne, au moment du bêchage. Vous l'incorporerez avec du compost ou du fumier bien décomposé. La première année, apportez environ 2 kg/10 m2 en terre sableuse, le double si le sol est lourd. Attendez de voir les résultats l'année prochaine et renouvelez l'apport en divisant les doses par deux si le but n'est pas atteint. Ensuite, vous vous contenterez d'apports annuels d'entretien (0,5 kg pour 10 m2) jusqu'à ce que votre terre soit bien grumeleuse.
 

horizontal rule

LES  SOLS  SABLONNEUX, PLUTÔT ACIDES

Ils sont gris et ils ne forment pas de mottes. Ils sèchent très vite. Ce sont des bons sols pour les jardins potagers qui se réchauffent vite après l'hiver. Améliorez-les en apportant du mulch, de l'engrais et de l'humus sans les enfouir trop profondément.
 

horizontal rule

 LES  SOLS  HUMIFERES, ACIDES

La terre des sols humifères acides est très foncée, presque noire. Elle est très agréable à travailler et ne durcit pas. Toutes les plantes ne s'y développent pas. Pour diminuer l'acidité pratiquez le chaulage (cf ci-dessus).
 

horizontal rule

LE  COMPOST

C'est un amendement organique qui sert à nourrir les plantes, surtout lors de la mise en place. Constituez-le à partir des déchets et détritus ménagers, hormis bien sûr les boîtes de conserve, les plastiques et les emballages en carton plastifié. Ainsi tout le reste peut être utilisé : épluchures, thé, café, os, contenu du sac de l'aspirateur, restes de légumes, chiffons, papiers, paille, feuilles mortes, bouquets de fleurs fanées, fragments de haie fraîchement taillée et fanes de carottes ... tous sont des biens précieux : ils représentent l'humus à venir et garantissent à ce titre la fertilité du jardin. Pour hâter leur transformation, hachez-les le plus menu possible, avant de les déposer sans les tasser sur le tas de compost. Les broyeurs font merveille pour les déchets ligneux.
Les végétaux malades font exception à la règle du tout-compost, surtout s'ils portent des maladies cryptogamiques : mildiou, oïdium ... Brûlez-les tous. Profitez de ces feux pour brûler des os. Une fois calcinés et écrasés, ils livreront une poudre bien utile pour vos fleurs ou vos fruitiers.

Le compost continue à travailler en hiver. Si le temps est trop froid ou trop pluvieux, pensez à recouvrir le tas avec de la terre, une feuille de plastique ou encore du carton. Mars est idéal pour donner un coup d'accélérateur au compost. Profitez-en pour retourner votre tas en décomposition et arrosez-le avec un produit de votre choix. Par exemple de l'azote sous forme de sulfate d'ammoniaque, assez efficace et peu coûteux. Vous pouvez aussi l'arroser avec des macérations de plantes (ortie, consoude) qui apportent beaucoup d'azote. Enfin, il existe des activateurs composés d'azote organique qui favorise la multiplication des bactéries responsables de la décomposition des végétaux. Mais la qualité d'un compost dépend aussi d'une bonne humidification et d'une aération adéquate.


La tentation est grande d'employer les déchets de broyage de branches comme paillis. Celui-ci doit être composté quelques semaines avant emploi : frais, il est pauvre en azote et consomme celui du sol ; par ailleurs, non "chauffé" par le compostage, il peut servir d'hôte à de nombreux champignons.
 

horizontal rule

 MATIÉRES   ORGANIQUES

Les amendements organiques ne sont pas des engrais, mais des matières qui modifient avantageusement les qualités physiques d'un sol, l'allégeant ou lui donnant plus de consistance en vue de la plantation. Ils servent également de protection contre les éléments, ils sont indispensables avant la mise en place des végétaux et doivent être renouvelés chaque année pour stimuler la fertilité de la terre. Ajoutés au début du printemps, ils favorisent le départ de la végétation.
Écorce.
Moulue, l'écorce est un excellent substitut de la tourbe. On préfère d'ordinaire les écorces de texture fine, qui conviennent à la plupart des plantes ; les textures plus grossières seront réservées aux orchidées et aux broméliacées.
Fumier. Chevaux, moutons, volailles, bovins en fournissent un excellent, mais il ne faut pas l'utiliser frais. Partiellement décomposé, il peut être enfoui dans la terre lors du bêchage, de préférence à l'automne. Si vous n'avez pas de ferme à proximité de chez vous, vous pouvez trouver un choix de fumiers déshydratés vendus en sac en jardinerie. Le seul qui soit recommandé pour les plantes d'intérieur est celui des bovins, qui est généralement déshydraté (et ne doit pas être utilisé autrement).
Sphaigne. Cette mousse des marécages est recommandée pour les orchidées qui exigent un substrat léger et poreux. On en met souvent une couche au fond du pot des plantes des forêts équatoriales. La sphaigne moulue constitue une couche de surface idéale pour les semis de graines très fines.
Terreau de feuilles. Il est fait de feuilles décomposées contenant des matières organiques et des bactéries. Il est donc riche en matières nutritives. Les meilleurs sont ceux de feuilles de chêne ou de bouleau ; la texture plus rude du terreau de conifères convient toutefois à certaines plantes. Il constitue un excellent amendement pour la plantation et un paillis efficace en hiver.
Terre franche.
Elle renferme principalement du sable, de l'argile et des matières organiques (déchets de plantes et d'animaux). Elle contient aussi une masse de bactéries, de champignons et autres micro-organismes. La meilleure terre pour les plantes d'intérieur est celle qui renferme une quantité égale de chacun des éléments principaux et des matières organiques à la fois bien décomposées et fibreuses. A moins qu'elles ne soient additionnées de tourbe, les terres sablonneuses ou argileuses font de mauvais substrats. A une terre très argileuse, on ajoutera du sable grossier, de la vermiculite ou de la perlite.
La terre franche doit être stérilisée. Celle que l'on achète l'est généralement, mais on peut la stériliser soi-même : remplir de terre humide (et non saturée d'eau) une casserole et la mettre une heure au four réglé à une chaleur constante de 82°C. Cette chaleur détruit les mauvaises herbes, les ravageurs et les organismes dangereux sans nuire aux bactéries utiles. Cependant, la terre dégage une odeur peu agréable.
La terre franche peut être plus ou moins alcaline ou acide. Les terres crayeuses, très alcalines, ne conviennent pas.
Tourbe. Produit léger, propre, agréable à manier. Bien que provenant de la décomposition en marécage de certains végétaux, elle contient peu de matières nutritives. Elle absorbe bien l'eau et les engrais, et améliore les substrats non satisfaisants. Elle est indispensable aussi bien pour la plantation que pour la protection des plantes. On donnera la préférence à la tourbe grossièrement moulue, brun clair. Achetez-la par balles de 10, 20 ou 50 kilos pour en avoir toujours sous la main.
Tourbe de sphaigne. C'est une tourbe constituée de sphaigne décomposée. Elle remplace la tourbe proprement dite.
Compost.
Cf ci-dessus.
Algues marines. Lavées de leur sel par la pluie, avant d'être utilisées, elles constituent un produit précieux pour les habitants des régions côtières.
Paille et sciure de bois non traitée. Généralement, elles ne sont pas classées parmi les amendements organiques, bien qu'elles présentent les mêmes avantages dans certains cas, conservant la fraîcheur du sol et limitant les dégâts du gel. Elles s'étalent au printemps sur un sol généreusement arrosé au préalable.
 

horizontal rule

MATIÉRES  INORGANIQUES

Calcaire broyé. Il a le même effet et les mêmes usages que les coquilles d'oeufs broyées. Les parcelles sont de différentes grosseurs. Celles de 6 mm sont idéales pour réduire la densité du mélange terreux.
Charbon de bois. Il absorbe l'excédent de sels minéraux et les sous-produits de la décomposition tout en assainissants les substrats. On s'en sert généralement dans les contenants dépourvus de trou de drainage (jardins en bouteille ou bols à bulbes) où un excès d'eau risque de faire pourrir les racines. On peut disposer les gros morceaux au fond des pots et mélanger les petites parcelles au substrat ; l'aération des racines en sera meilleure.
Chaux dolomitique. Elle contient des carbonates qui réduisent l'acidité du mélange terreux, ainsi que du magnésium qui prévient le jaunissement des feuilles des plantes qui poussent dans un milieu acide. On ne doit cependant pas s'en servir sans vérifier le pH du substrat sous peine de rendre celui-ci trop alcalin et de nuire aux plantes au lieu de les aider.
Coquilles d'oeufs. Elles renferment du carbonate de calcium, matière alcaline ; aussi en ajoute-t-on parfois aux mélanges à base de tourbe pour en réduire l'acidité. Elles améliorent en outre le drainage.
Perlite. C'est une roche volcanique stérilisée, broyée fin, moyen ou gros. Elle aide à amender les substrats de culture et absorbe l'eau ainsi que les sels minéraux.
Sable.
Le sable grossier est une excellent ingrédient pour réduire la densité des mélanges terreux, surtout ceux qui sont riches en terre argileuse. Le sable de rivière, pauvre en calcaire, est le meilleur. Il doit être gros et rude au toucher. Le sable assure un bon drainage, mélangé à la terre et à la tourbe. C'est un élément essentiel pour la plantation et les semis. On évitera le sable de grève non préalablement lavé (vérifier sur l'emballage), car il peut contenir des sels nocifs pour les plantes.
Vermiculite. On appelle vermiculite des particules de mica éclaté sous l'action de la chaleur. Le mica ayant la propriété d'absorber de grandes quantités d'eau et de substances nutritives, on utilise la vermiculite dans les mélanges à enracinement et dans certains autres mélanges terreux.
 

horizontal rule

LE  PAILLAGE  ou  le  MULCH

Le paillage (ou mulch) sert à protéger les plantes des intempéries, à atténuer le dessèchement et à préserver la fraîcheur de la terre, à étouffer les mauvaises herbes qui ont besoin de lumière pour proliférer et à nourrir les vers qui peuplent le sol.
Le mulch "maison" est constitué des produits végétaux récupérés au jardin, tontes, feuilles mortes, fleurs et feuillages fanés et végétaux morts. Constituez-en un tas dans un coin du jardin. Retournez-le à la fourche au moment de l'apport d'un nouveau tas. Comptez environ un an pour qu'il soit utilisable et employez-le à l'automne pour protéger les plantes durant l'hiver.
D'autres sortes de paillis ont leur utilité dans la jardin en fonction des plantations : gravillons, dont raffolent les plantes alpines, écorces broyées d'apparence très soignée sur certaines plates-bandes, galets esthétiques dans les lieux ensoleillés.
Nous connaissons aussi les paillettes de lin et les fibres de noix de coco. Il existe aussi le cacao : les coquilles de fèves sont récupérées et recyclées dans le jardin. Selon qu'elles sont broyées ou non, elles servent de paillis, mais aussi d'amendement ou d'engrais organique. Ces produits, dont le pH est d'environ 5,5, se décomposent lentement. Ils apportent une quantité importante de matière organique, des éléments fertilisant de base, et des oligo-éléments : l'idéal pour pailler un massif, alléger un sol lourd ou remplacer la tourbe acide.
Les déchets de l'industrie du bois sont transformés en feutre de paillage très efficace. On peut les poser avant ou après la plantation. Leur opacité ne permet pas la pousse des mauvaises herbes. Ils restent efficaces pendant deux ans avant de se dégrader. Utilisez-les pour les haies ou les arbres isolés.
 

horizontal rule

LES  ENGRAIS

Phosphore (P) et potasse (K) sont des éléments indispensables aux plantes. Absorbés par les racines, ils régularisent la floraison. De plus, le phosphore fortifie les tissus des tiges et stimule le développement racinaire. La potasse améliore la résistance aux maladies et intensifie la couleurs des fleurs. Autant de raison pour en enrichir la terre des massifs et le pied des arbustes à fleurs. Les bêchages d'automne sont propices à l'enfouissement de ces engrais. Choisissez des formules peu solubles pour que les pluies ne les lessivent pas d'ici le démarrage de la végétation. Vous épandrez ainsi des scories potassiques (riches en P et K), de la poudre d'os (riche en P), des cendres de bois (apportant K), ou un engrais complet organo-minéral dit "de fond", certains contenant en plus un peu d'azote et de magnésium.
Profitez de l'hiver pour apporter une fumure de fond complète aux jeunes arbres nouvellement plantés. Après avoir gratté au pied, épandez l'engrais et enfouissez-le par griffage.
 

horizontal rule