Les plantes grasses

horizontal rule

Les plantes grasses se caractérisent par des organes succulents, qui emmagasinent l'eau. Elles sont réparties entre plusieurs familles botaniques.
Dans les régions tempérées, les plantes sauvages reçoivent de l'eau de façon régulière à longueur d'année. Mais dans les régions où les pluies sont rares ou saisonnières, les plantes vivaces doivent, pour survivre, emmagasiner de l'eau pendant les périodes de fortes pluies, en prévision des périodes de sécheresse. Ces plantes qui sont dotées d'organes de réserve sont connues sous le nom de plantes grasses. Les tissus qui contiennent les réserves d'eau se trouvent généralement dans les feuilles ou dans les tiges épaisses et charnues, appelées également succulentes.
Les plantes grasses à tiges succulentes sont souvent dépourvues de feuilles : ce sont les tiges qui non seulement emmagasinent l'eau mais aussi nourrissent la plante. Les cactées entrent dans cette catégorie de plantes grasses à tiges succulentes. Elles appartiennent à une seule famille celle des cactacées. Mais si les cactées sont des plantes grasses, toutes les plantes grasses de sont pas des cactées. La différence botanique réside dans le fait que toutes les cactées possèdent une petite touffe de poils au bas de leurs épines mais la définition des plantes grasses n'est pas très précise. Les plantes grasses, y compris les cactées, appartiennent en majorité à deux familles, les cactacées et les crassulacées, mais elles appartiennent aussi à l'une des autres familles suivantes : Agavacées, Aizoacées, Composées, Euphorbiacées. Il y a aussi des liliacées et des amaryllidacées. Nombre d'entre elles fleurissent, mais, en général, leurs fleurs ne vivent pas longtemps. Elles proviennent pour la plupart des prairies arides et des régions semi-désertiques, mais elles sont extrêmement différentes les unes des autres : elles varient non seulement par leur forme et leur port mais aussi par leur façon d'emmagasiner l'eau. Les feuilles de la plupart des plantes grasses sont charnues : Euphorbia pseudocactus par exemple, ressemble beaucoup à une cactée avec ses tiges colonnaires succulentes, garnies d'épines ; par contre, les agaves présentent des feuilles minces et rubanées  qui n'ont à première vue rien de succulent. L'echeveria, avec ses rosettes denses de feuilles plus ou moins charnues, est une plante grasse au même titre que le stapelia, avec ses tiges charnues et ses feuilles rudimentaires. Les feuilles de certaines plantes grasses peuvent être couvertes d'un fin duvet gris. Elles sont aussi différentes par leurs fleurs. Nombre d'entre elles fleurissent, mais, en général, leurs fleurs ne durent pas très longtemps. Les fleurs des cactées présentent toutes les mêmes caractéristiques, mais celles des autres plantes grasses diffèrent selon la famille à laquelle elles appartiennent. Les belles fleurs roses de Zygocactus truncatus éclosent en abondance en décembre et celles-ci durent longtemps. En outre, plusieurs ne fleurissent qu'à l'état sauvage et non dans le milieu artificiel qui est le leur en appartement. Les espèces non florifères ou dont les fleurs sont dénuées d'intérêt sont toutefois cultivées en appartement pour la forme curieuse de leurs tiges et de leurs feuilles ou les coloris remarquables de celles-ci. Dans l'ensemble, les plantes grasses sont faciles à cultiver. Grâce à leurs organes de réserve, elles savent mieux se défendre contre de mauvaises conditions culturales que beaucoup d'autres plantes d'intérieur. Chose étonnante, l'hydroculture convient à certaines cactées.
On en trouve de nombreuses espèces, notamment dans les genres Crassula, Euphorbia (1), Echeveria et Lithops. Parmi les principaux genres de cactées, citons les Cereus, verticaux et hauts de taille, et les mammillarias, ronds et épineux, probablement les mieux connus. Les espèces d'Echinocactus sont parmi les plus agressives des variétés aux formes sphériques. Les opuntias sont les figuiers de Babarie bien connus. Ce genre sert actuellement très souvent de porte-greffe pour créer d'autres variétés.
Choisir des cactées solidement plantées dans leur pot, sinon leurs racines peuvent être endommagées. La plante doit être exempte de toute détérioration apparente ou de tout signe de pourriture. Les feuilles des plantes grasses doivent être intactes.
La plupart des variétés apprécient et même exigent la chaude et sèche atmosphère des maisons à chauffage central. En été, on doit les arroser régulièrement en s'assurant que le drainage se fait bien. En hiver, il faut leur accorder une période de repos dans une atmosphère fraîche et sèche, ce qui permettra l'éclosion de leurs très belles fleurs.

Dimensions. Très variables, de la taille d'une bille à 2 m de haut.

Croissance. Lente. Certaines variétés grandissent très peu au cours d'une année. D'autres, tel les opuntias, font apparaître des "épis" de grande taille.

Floraison. Du mois de décembre jusqu'en été. Les fleurs ne durent généralement pas très longtemps.

Parfum. Inodore.

Lumière. Les plantes grasses sont extrêmement friandes de soleil. Il faut les placer près de la fenêtre la plus ensoleillée de la maison. Exception : certains membres de la famille des Liliacées, comme les haworthias et les gastérias qui préfèrent un peu d'ombre. Pour équilibrer la croissance tourner régulièrement les pots (1/4 de tour tous les jours). En été, sortez-les dehors, en plein soleil, ce qui lui permettra également de profiter de l'air frais du jardin. Si les tiges d'un sujet s'allongent de façon exagérée et s'amincissent, c'est qu'il ne reçoit pas assez de lumière.

 

Température. Les plantes grasses s'accommodent particulièrement bien des températures élevées et du faible degré d'humidité qui règnent dans les maisons et les appartements. En hiver, la chaleur artificielle ne nuit pas à la floraison. Certaines espèces cependant, exigent un repos hivernal au frais. Durant les belles journées ensoleillées du printemps et de l'été, il est recommandé de placer les plantes grasses à l'extérieur, dans leur pot. Elles supportent les plus fortes températures estivales. Certaines précautions s'imposent : ne pas laisser sous la pluie les sujets dont les feuilles sont petites et fragiles et ceux dont le feuillage est recouvert par une pruine blanche, par exemple, les echeverias et les pachyphytums. mais on peut laisser ces plantes dehors en les couvrant d'une cloche de verre ou de plastique transparent. Les sujets plus robustes, comme les agaves, peuvent rester dehors au soleil tout l'été. Certains membres de la famille des Liliacées, comme les aloès, les gastérias et les haworthias, fleuriront en plein air, mais ils doivent être protégés des rayons ardents du soleil. Il est important de rentrer toutes les plantes grasses à l'intérieur bien avant que le froid s'installe. En hiver, les garder à une température fraîche (5 à 7°C minimum) ; toutefois, dans ce cas, elles doivent être presque complètement au sec.

Arrosage. Grâce aux organes de réserve dont elles sont dotées, les plantes grasses ne se flétrissent pas aussi vite que les autres lorsqu'elles sont privées d'eau. Mais il ne faut pas les négliger pour autant. On croit souvent à tort qu'étant originaires de régions sablonneuses, arides ou semi-désertiques, elles demandent peu d'eau, ou pas du tour. Il n'en est rien : on peut faire mourir une plante grasse tout aussi sûrement qu'un bégonia en la privant d'eau. La mort sera plus lente, tout simplement. Par ailleurs, il est tout aussi néfaste de les arroser trop généreusement, car l'excès d'eau peut faire pourrir la plante, surtout en période de repos. Arrosez donc assez généreusement durant la période de croissance(2 à 3 fois par semaine), mais n'arroser que pour empêcher le mélange de se dessécher complètement durant la période de repos. Suivre cependant les instructions données pour chaque genre. Pour éviter d'arroser les feuilles des plantes grasses qui risqueraient d'être endommagées, déposer le pot dans un récipient contenant 5 cm d'eau et l'y laisser jusqu'à ce que la couche superficielle du mélange soit devenue humide. Retirer le pot et le laisser s'égoutter. Ne jamais le maintenir dans l'eau plus longtemps qu'il ne faut pour bien humidifier le mélange. Laisser toujours le mélange sécher sur 1 cm entre les arrosages, même en période de croissance. Enfin, il est toujours préférable d'utiliser de l'eau de pluie plutôt que de l'eau du robinet.

Humidité. Elles aiment une atmosphère chaude et sèche, mais les vaporiser une fois par mois en été pour les nettoyer.

Nettoyage. Si la vaporisation ne suffit pas, se servir d'une brosse souple.

Atmosphère. Plante tolérante.

Engrais. Les plantes grasses à croissance rapide bénéficieront d'un apport d'engrais liquide, environ tous les 15 jours en période de croissance. Certaines d'entre elles se contenteront d'un engrais ordinaire. D'autres, cependant, auront besoin d'un engrais riche en potassium, comme celui qui est recommandé pour les tomates. Attention aux dosages car en effet, tout excès d'azote entraîne une dégénérescence des organes aériens qui ramollissent. La floraison peut également être suspendue. Les plantes grasses à croissance plus lente n'ont généralement pas besoin d'être fertilisées. La solution choisie pourra être pulvérisée sur les feuilles.

Terre. Même lorsque l'arrosage des plantes grasses est fait avec toutes les précautions désirées, il y a toujours risque d'un excès d'humidité autour des racines. Le meilleur moyen d'éviter la pourriture de celles-ci est d'améliorer le drainage. Si l'on utilise un mélange à base de terreau, le mêler à du sable grossier ou à de la perlite ; on calcule généralement un volume de sable pour deux de mélange ; mais pour certaines plantes grasses, la quantité de sable doit être supérieur. Plus facile, utiliser de la terre à cactées.

Empotage et rempotage. On peut se servir de pots en grès ou de plastique conservant mieux l'humidité, les arrosages devront être moins fréquents. Les sujets qui se ramifient à la souche ou qui forment des touffes ou des colonies seront plus à l'aise dans des terrines ou des demi-pots. Quant aux espèces rampantes, elles sont toujours plus jolies en corbeilles suspendues. Ne pas oublier que les contenants, quels qu'ils soient, doivent être pourvus de trous de drainage. Pour améliorer encore davantage d'évacuation de l'eau, il est recommandé de couvrir le fond des pots d'une couche de tessons de grès avant d'y mettre le mélange recommandé.
La plupart des plantes grasses doivent être rempotées une fois par an. Mais les espèces à croissance lente se contenteront d'un rempotage tous les deux ou trois ans. La meilleure période pour effectuer le rempotage est au début de la reprise de croissance. Pour dépoter une plante grasse cultivée dans un pot de grès, introduire un crayon ou un objet semblable dans le trou de drainage en tenant le pot à l'envers et pousser un peu sur la motte en la tirant légèrement de l'autre main. Si le pot est en plastique, il suffit de presser les côtés pour décoller le mélange. Prendre un pot plus grand si les racines remplissent l'ancien pot ou si les touffes ou les rejets que la plante à formés sont appuyés contre le paroi. Autrement, nettoyer le pot, enlever l'ancien mélange en secouant délicatement la plante et la remettre dans on port en rajoutant la quantité nécessaire de mélange frais. La plante doit toujours être au même niveau.
A l'exception des cactées, la plupart des plantes grasses se manipulent facilement : on ne risque pas de se blesser les mains. C'est plutôt la plante qu'on risque de blesser. Les espèces qui ont un feuillage pruineux ou cassant risquent d'être endommagées. Il vaut mieux les tenir au niveau de la souche, tout près du mélange terreux. Envelopper les plantes épineuses avec plusieurs épaisseurs de papier journal. Toujours porter des gants, car les épines et les poils peuvent blesser sérieusement.
La taille maximale du pot dépendra de l'espèce cultivée ; cependant, avec les plantes grasses, on a rarement besoin d'un pot de plus de 15 à 20 cm.

Taille. Couper toutes les parties malades et soufrer les cicatrices.

Longévité. Infinie à condition de ne pas surarroser en hiver.

Sociabilité. La plupart des cactées peuvent être mêlées à d'autres cactées dans des jardinières de table.

Facilité/difficultés. Plantes faciles, même pour les débutants.

Repos. En décembre, repos complet pour les cactées auxquelles vous n'apporterez que très peu d'eau, tous les dix jours. Instaurez le "régime sec" pour les cactus en décembre et faite une petite inspection pour traquer les éventuels parasites. Ôtez les rameaux sec, jetez les plantes pourries s'il s'en trouve, et espacez bien les potées pour favoriser une bonne circulation de l'air.

 

Multiplication. Par semis, boutures, division ou rejetons. La méthode employée dépend de la variété. Les plantes grasses sont parmi les plantes d'intérieur qui se reproduisent le plus facilement. Ces différentes méthodes de multiplication se pratiquent de préférence au moment de la période de croissance propre à chaque espèce, généralement au printemps ou en été.
Boutures de feuilles
Certaines plantes grasses, notamment les Crassulacées, peuvent être multipliées par bouturage des feuilles.
1 - Garnir un pot d'un drainage et d'une couche de terre à cactées.
2 - Enlever les feuilles avec le plus grand soin et les laisser sécher pendant deux ou trois jours.
3 - Dans le cas de longues feuilles rubanées, en enfoncer doucement la base dans le mélange ; dans les autres cas, coucher les feuilles sur le mélange, cassure vers le bas.
4 - Arroser. Ne pas couvrir le pot. Placer à l'abri du soleil, à la température ambiante. De jeunes plantes pousseront à la base des feuilles.
Boutures de tiges
Chez les plantes grasses à tiges ramifiées, la multiplication se fait en prélevant une tige que l'on coupe et que l'on traite ensuite comme un rejet. 
1 - Au printemps, garnir un petit pot d'un drainage et d'une couche de terre à cactées.
2 - Choisir des pousses ou une extrémité de tige ayant au moins 2 paires de feuilles saines et une pointe de végétation. Coupez au ras d'une paire de feuilles.
3 - Tailler la tige juste au-dessous d'une feuille.
4 - Enlever la dernière paire de feuilles.
5 - Laisser sécher pendant trois jours.
5 - Tremper la coupe dans de la poudre d'hormones. Secouer l'excédent.
6 - Faire un petit trou dans le centre du pot.
7 - Planter la bouture. L'extrémité de la tige doit toucher le fond du trou. Bien arroser ; mettre à l'abri de la lumière à température ambiante.
8 - Les plantes grasses étant riches en eau, ne pas les recouvrir pour favoriser l'enracinement; car la plante risquerait de pourrir. Si elle pourrit, prélever de nouvelles boutures et les laisser sécher pendant 3 jours avant de planter.
9 - Une fois plantées, les jeunes plantes peuvent rester dans les petits pots jusqu'à complet enracinement.
10 - il faudra peut-être tuteurer la tige pour qu'elle tienne debout.
Plantules
Certaines plantes grasses, tel Bryophyllum, produisent de jeunes plantes à l'extrémité de leurs feuilles. Celles-ci prendront racine pour former de nouvelles plantes.
1 - Garnir un pot d'un drainage et d'une couche de terre à cactées.
2 - Dès apparition de petites racines sur les plantules, les séparer doucement de la feuille-mère.
3 - Planter les petites plantes dans la terre. Les arroser et mettre les pots à l'ombre à la température ambiante. Elles atteindront leur taille adulte.
Rejets

Les sujets à tige unique ou sans tige produisent souvent des rejets ou des colonies à la souche.
1 - Garnir un pot d'un drainage et d'une couche de terre à cactées.
2 - Détacher les rejets délicatement. Il importe peu que les rejets aient ou non des racines. Elles se développeront rapidement au contact d'un mélange humide.
3 - Si les rejets doivent être coupés, laisser sécher la blessure pendant deux ou trois jours avant de les mettre en pot.
4 - Les planter dans de petits pots.
5 - Les traiter comme des sujets adultes (arroser et exposer les rejets à la température et à la lumière apropriées).
Division

Chez les membres de la famille des Aizoacées qui produisent des touffes ou plusieurs rosettes, comme les faucarias et les lithops, la multiplication se fait en détachant une touffe, ou une rosette, de la plante mère et en la cultivant immédiatement comme un sujet adulte.
1 - Garnir un pot d'un drainage et de terre à cactées.
2 - Mettre des gants. Retourner le pot et le tapoter contre une surface rigide. La motte se dégagera.
3 - Couper la plante en tronçons, chacun ayant une rosette et des racines saines.
4 - Empoter la rosette pourvue de racines. Avec un crayon ou un bâtonnet, tasser la terre autour de la plante.
Les piqûres d'épines de cactées peuvent être douloureuses et irritantes. Ne manipuler ces plantes qu'avec des gants. On retire les grandes épines à la main ; les petites, ainsi que le duvet irritant, s'enlèvent uniquement par un lavage répété dans l'eau savonneuse très chaude.
Semis.
La multiplication par semis ne varie guère d'une famille de plantes grasses à l'autre. Si les semis se font avec une seule sorte de semence, utiliser un pot de 6 cm, en grès ou en plastique. S'ils se font avec des semences de plantes grasses différentes, on peut soit utiliser un pot par type de graines, soit prendre une terrine à semis et bien étiqueter les graines qu'on y sème. Déposer environ 1,5 cm de gravillons ou de perlite au fond du contenant et le remplir jusqu'à 1,5 cm du bord avec un mélange à enracinement ordinaire. Comme les graines de certaines plantes supportent mal un excès d'humidité, il est bon d'ajouter du sable moyen (1/4) au mélange ordinaire (3/4) pour améliorer le drainage.
Humidifier uniformément le mélange. Ensuite, verser un peu de sable fin par-dessus et semer en espaçant les graines. Ne pas enfouir la semence. Les graines varient de taille selon la plante, mais aucune n'est grosse (les graines d'Aizoacées paraissent comme de la poussière).
Couvrir la terrine à semis d'une plaque de verre ou d'un sachet plastique transparent pour conserver l'humidité. L'exposer à une température d'au moins 21°C. L'époque la plus favorable pour le semis est le printemps ou l'été. La lumière est sans importance avant la germination, mais si la terrine se trouve près d'une fenêtre, la protéger des rayons ardents du soleil en la couvrant, par exemple, d'une feuille de papier fin. Dès que les graines ont germé, les exposer au soleil tamisé. Soulevez un peu la plaque ou entrouvrir le sachet de plastique pour assurer une bonne ventilation. La germination se fait ordinairement en deux ou trois semaines, parfois plus. Les stapelias et les céropégias par contre, germent avec une rapidité étonnante et des plantules apparaissent après quelques jours seulement. C'est pourquoi il vaut mieux utiliser des godets qu'une terrine.
La fonte des semis est le principal problème que l'on rencontre : les plantules s'effondrent et se décomposent peu de temps après la germination. Il existe des produits chimiques pour prévenir cette maladie cryptogamique. Surtout, utiliser des contenants propres et assurer une bonne ventilation après la germination. Garder le mélange humide et ne pas exposer les plantules au plein soleil durant la première année. Rempoter les sujets à croissance rapide individuellement, dans des pots de 6 cm remplis d'un mélange ordinaire s'ils semblent à l'étroit dans leur contenant d'origine, mais ne pas transplanter les autres avant un an. Les jeunes plants doivent être maniables. Après le premier rempotage, cultiver les jeunes plants comme des sujets adultes.

S.O.S.
Si les plantes noircissent et pourrissent à leur base, c'est qu'elles ont eu trop d'eau et généralement, c'est mortel. Si la pourriture est ailleurs qu'à la base, on peut exciser la partie pourrie et soufrer.
Si les plantes se ratatinent et s'amollissent, c'est au contraire, qu'elles manquent d'eau. Bien arroser et augmenter les arrosages à l'avenir.
Les espèces à fleurs qui ne fleurissent pas ont eu trop chaud en hiver.
Les plantes qui manquent de lumière vont arrêter de croître et se tourneront vers la lumière. Placez-les devant une fenêtre ensoleillée.
Les cochenilles farineuses et les cochenilles des racines trouvent un abri idéal dans les feuilles ou les racines de nombreuses plantes grasses. Traitez avec du malathion.
Si les feuilles se décolorent, se fanent et meurent, il y a fort à parier que leurs racines sont pleines de cochenilles. Arrosez-les abondamment avec du malathion, dilué comme pour les pulvérisations.
Attention aussi aux limaces et aux escargots si les plantes sont placées dehors à la belle saison.

horizontal rule

Genres dans lesquels on retrouve des plantes grasses

Aeonium  
Agave  
Aichryson  
Aloe  
Bryophyllum  
Ceropegia  
Cotyledon  
Crassula  
Echeveria plantes grasses à rosettes d'où jaillissent de grands rameaux fleuris
Echinocactus Certaines espèces du genre E. submammulosus ont des épines très fines et fleurissent occasionnellement.
Euphorbia (1) E. splendens est l'une des variétés de plantes grasses qui a le plus de succès. Euphorbia splendens porte des épines et des bractées pourpres. Elle est originaire de Madagascar.
Le genre Euphorbia comprend aussi de nombreuses plantes d'intérieur très répandues, tels les poinsettias et les crotons.
Faucaria  
Gasteria  
Graptopetalum  
Haworthia  
Kalanchoe  
Kleinia  
Lithops  
Mammillaria M. zeilmanniana vient du Mexique. Il fructifie parfois après la floraison.
Pachyphytum  
Rochea  
Sedum  
Senecio  
Stapelia  
Zygocactus Z. truncatus fleurit à Noël. Il se développe bien dans les paniers suspendus.

 

horizontal rule

A propos des cactées. Les cactées se distinguent de toutes les autres plantes par leurs aréoles où se développent des aiguillons et des fleurs. Elles se partagent en deux groupes : cactées du désert et cactées de la jungle.
A l'exception des genres Pereskia et Pereskiopsis, qui ne sont d'ailleurs pas des plantes d'intérieur, toutes les cactées sont des plantes grasses. On appelle ainsi les plantes dont la tige et les feuilles ont la propriété de retenir l'eau, ce qui leur permet de résister à la sécheresse. Il n'y a pas que la famille des Cactacées qui regroupe des plantes grasses ; on en trouve notamment chez les Euphorbiacées. Les euphorbes, en effet, emmagasinent l'eau dans leurs tiges.
Le trait spécifique des cactées (les plantes grasses ne le possèdent donc pas), ce sont leurs aréoles. Celles-ci sont des organes en forme de cavité circulaire qui portent des poils, des soies ou des aiguillons et d'où naissent les fleurs. Très apparentes sur certaines espèces, elles sont presque invisibles sur d'autres ; elles peuvent avoir de 1,5 à 6 mm de large et se distribuent régulièrement sur les tiges. Chaque aréole ne fleurit qu'une fois, et, à mesure qu'il grandit, le cactus en forme de nouvelles qui fleurissent à leur tour. Par contre, les plantes grasses et épineuses qui ne sont pas des cactées portent leurs épines directement sur l'épiderme.
Les aiguillons des cactées sont de formes et de dimensions très variées. Ils peuvent être épais et acérés, soyeux et souples, droits ou recourbés, longs ou courts, crochus où, s'il s'agit de poils, ondulés. Il faut d'ailleurs distinguer les aiguillons radiaux et les aiguillons centraux. Les premiers sortent obliquement de l'aréole tandis que les seconds, généralement plus longs et moins nombreux, poussent plutôt droit.
La plupart des cactées a originaire du continent américain. Celles qui poussent à l'état sauvage dans d'autres régions ont généralement été importées des deux Amériques. Bien que la plupart des cactées cultivées à l'intérieur soient des plantes du désert, certaines espèces nous viennent de la jungle tropicale. Ces deux groupes de plantes n'exigent pas toujours les mêmes soins.
Cactées du désert
Dans les déserts, où elles vivent à l'état sauvage, c'est-à-dire ceux du sud-ouest des États-Unis, du Mexique, et de l'Amérique du Sud, les cactées connaissent des chaleurs intenses en été, beaucoup d'ensoleillement et de longues périodes de sécheresse suivies d'averses diluviennes. Pendant la sécheresse, les cactées font appel aux réserves d'eau accumulées dans leurs tiges. Quand il pleut, elles se gorgent d'eau à nouveau.
La plupart des plantes perd beaucoup d'eau par les stomates de leurs feuilles. L'absence à peu près totale de celles-ci chez les cactées réduit donc l'évaporation presque à néant, alors que les tiges assument la fonction d'organes nourriciers. La forme des tiges répond d'ailleurs aux besoins de la plante : elle est généralement globulaire et parfois colonnaire. Leur surface est souvent divisée en segments par des côtes qui leur permettent de se contracter ou de se dilater selon les apports d'eau.
Chez les espèces à côtes, c'est le long de celles-ci que sont réparties les aréoles. Chez les autres espèces, les aréoles sont logées au centre des renflements ou tubercules qui remplacent les côtes. Chez d'autres plantes, comme certaines variétés du genre Opuntia, les aréoles semblent distribuées au hasard à la surface des tiges ; en réalité, elles sont disposées à intervalles réguliers.
Ces plantes sont extrêmement florifères, contrairement à ce que l'on croît généralement. Il est vrai cependant que les espèces qui, à l'état sauvage, atteignent des tailles gigantesques auront du mal à fleurir sur un appui de fenêtre. De même, certaines petites cactées des Andes, habituées à l'altitude, manqueront de la lumière dont elles ont besoin pour donner des fleurs. Mais ce sont là des exceptions. La plupart des cactées fleurissent à l'intérieur et souvent même précocement, c'est-à-dire quand elles logent encore dans des pots de 6 cm.
Les cactées du désert produisent des fleurs en forme de trompette ou de clochette composées de nombreux pétales rubanés, naissant directement des aréoles. Comme elles sont sessiles, on ne peut en faire des bouquets. Chez certaines espèces, les pétales s'évasent à l'extrémité d'un long tube. Le diamètre des fleurs varie beaucoup : chez certains mammillarias, il est de 1,5 cm alors qu'il atteint 7,5 à 10 cm chez quelques echinopsis. A l'exception du bleu, tous les coloris sont représentés.
Plusieurs cactées, dont l'echinopsis et le cereus, ne fleurissent que la nuit et leurs fleurs sont délicatement parfumées. La plupart des fleurs de cactées, cependant, sont inodores. A l'exception des espèces à floraison nocturne, toutes les cactées du désert ne fleurissent qu'en plein soleil. Si elles sont privées longtemps de sa lumière, elles perdent leurs fleurs et leurs bourgeons risquent même de ne pas germer. Chaque fleur ne dure généralement qu'un jour, mais la floraison peut se prolonger plusieurs mois.
Les cactées commencent à fleurir au printemps ou au début de l'été, mais le succès de leur floraison dépend des soins qu'on leur donne et surtout de l'intensité et de la durée de l'éclairement. Il est difficile d'établir des règles générales pour la culture à l'intérieur. Mais toutes les cactées se cultivent facilement et les soins de base sont exactement les mêmes pour toutes les espèces.

 

 

horizontal rule

• Aeonium • Agave • Aichryson • Aloe • Bryophyllum • Cactus de Noël • Ceropegia • Cotyledon • Crassula • Echeveria • Epine du Christ • Faucaria • Ficoides • Gasteria • Graptopetalum • Haworthia • Kalanchoe • Kleinia • Lithops • Pachyphytum • Rhipsalidopsis • Rochea • Schlumbergera • Sedum • Stapelia • Zygocactus •