Les rameaux colorés

horizontal rule

L'écorce est un élément de décor important surtout pour les mois d'hiver. Parmi les plus remarquables citons celles des pruniers à fleurs avec deux espèces : Prunus maackii et Prunus serrula sont les troncs sont d'un beau brun acajou. Acer griseum pour son écorce luisante brun orangé.

 

Les bouleaux, prunus, érables "à peau de serpent" et autres arbres à écorce décorative sont attrayants toute l'année, notamment en hiver, grâce aux couleurs de leurs troncs. Pourtant, même si bon nombre d'entre eux conservent une taille modérée, tous les jardins n'ont pas une surface suffisante pour en accueillir plusieurs. En revanche, le moindre lopin comporte toujours une petite place pour un ou plusieurs arbustes aux rameaux vivement colorés, d'autant que certains possèdent des atours les rendant précieux à d'autres époques de l'année. De plus, la taille radicale et régulière, nécessaire pour magnifier l'effet de leurs tiges colorées, permet aussi de leur conserver un encombrement minimal.

Les saules. Cette taille régulière et plutôt drastique se pratique depuis des siècles sur les saules. Elle leur donne une forme dite "en têtard" : les arbres ainsi taillés présentent un tronc droit, de 2 à 3 m de haut, et une sorte de grosse tête, un renflement d'où naissent les branches. Ces dernières sont coupées près de leur base chaque année si elles sont destinées à fournir de l'osier, tous les 8 à 10 ans pour l'obtention de bois de chauffage.
Quand et comment tailler ?
Attendez la fin de l'hiver pour tailler toutes les branches près de leur base :
- au sommet du tronc pour les arbres cultivés en "têtards",
- entre 10 et 50 cm du sol pour les sujets plus buissonnants.
Inutile d'enduire les plaies de mastic, mais coupez en oblique, de façon que l'eau de pluie ne stagne pas sur les plaies de coupe.
La fréquence de cette taille radicale diffère selon la vigueur des sujets :
- en terre humide et riche, les plantes trouvent de quoi renouveler toutes leurs branches chaque année,
- en terre plus pauvre ou plus sèche, il est préférable de ne couper que tous les 2 ans ou de ne supprimer qu'une moitié des branches chaque année.
Les jeunes rameaux qui poussent avec vigueur après une taille sévère possèdent l'écorce la plus colorée.

Cette méthode de taille peut être appliquée à tous les saules à rameaux décoratifs. Accessoirement, des arbres ainsi taillés peuvent être facilement hébergés dans un jardin moyen. On peut ainsi couper le tronc près du sol et obtenir un gros buisson d'environ 2 m de diamètre et de hauteur ou former un tronc principal de 2,50 m qui permet de circuler sous la cime.
On peut par exemple planter un saule en têtard de chaque côté d'un portillon, marquant ce passage d'une note colorée tout l'hiver, et d'une verdure agréable en été. Il peut s'agir de la variété 'Nova', une forme récente du saule blanc (Salix alba), qui présente un bois rouge-orange d'autant plus vif qu'il fait froid. Cette variété est très vigoureuse et, dans une terre riche et humide, les pousses de l'année peuvent dépasser 2 m de long. Le vert argenté de leurs feuilles est ravissant en été. D'autres variétés à bois de couleur vive sont estimées, telles que 'Chermesina' (= 'Britzensis'), orange, et 'Vitellina', d'un jaune-vert devenant jaune orangé en fin d'hiver.
Quelques saules présentent enfin une écorce bleutée qui , couverte d'une pruine blanche, paraît fluorescente. Pour en profiter pleinement, mieux vaut les planter devant un buisson persistant vert foncé et les tailler près du sol chaque printemps. Les plus spectaculaires sont Salix daphnoides et Salix acutifolia dont on trouve différentes sélections vigoureuses aux couleurs plus ou moins intenses comme par exemple Salix acutifolia 'Blue Streak'. Les couleurs de Salix irronata sont plus subtiles ; cette espèce, de dimensions plus modestes, se contente de moins d'humidité et s'intègre plus facilement dans un petit massif.

Les Cornouillers. Les variétés à feuilles panachées (marginées de blanc chez 'Elegantisima', de jaune chez 'Gouchaultii', ou complètement jaunes chez 'Aurea') comptent parmi les arbustes les plus courants. Taillez toutes les branches près du sol en fin d'hiver, une année sur deux. Comme pour les saules, cette opération entraîne la régénération complète des rameaux, qui offrent alors une écorce rouge framboise bien plus remarquable. Si vous apportez à leur pied quelques fourchées de compost, vous profiterez en outre de feuilles plus grandes et plus colorées en été.
Malgré la belle prestation de 'Winter Beauty', un cournouiller sanguin aux belles branches rouge-orange, la grande vedette de la famille en matière d'écorce reste 'Sibirica', d'un magnifique rouge corail. Elle est peu vigoureuse (environ 1,50 m de haut et de large), ce qui rend plus aisée sa combinaison avec des plantes attrayantes en hiver : arum d'Italie, hellébores d'Orient, crocus ou narcisses précoces, lierre panaché ... Le feuillage de ces deux variétés, assez quelconque en été, arbore de magnifiques couleurs dès la mi-septembre : orange et jaune chez 'Winter Beauty' , rouge bordeaux chez 'Sibirica'. 'Sibirica Variegata', une très belle variante qui satisfait tous ceux pour qui la place est comptée, associe feuillage marginé de blanc, somptueux coloris d'automne, roses, et beaux rameaux rouge corail.
Les amateurs de curiosité aiment beaucoup 'Kesselringii', au bois noir pourpré, surtout intéressante à observer de près. On peut lui opposer le Cornus stolonifera 'Flaviramea', dont les rameaux verdâtres deviennent jaune beurre quand le froid s'intensifie. 'White Gold', une variante récente, associe un beau feuillage panaché à des tiges jaunes, tandis que 'Kelsey', plus naine, forme une demi-boule parfaite constituée de fins rameaux rougeâtres, très serrés.

Les ronces. Si l'idée de planter des ronces dans votre jardin vous paraît incongrue, vous changerez d'avis en admirant les tiges blanches et phosphorescentes de Rubus cockburnianus, Rubus biflorus et Rubus thibetanus 'Silver Fern'. Le premier, le plus vigoureux, est utile au fond du jardin, ses branches épineuses étant quasiment infranchissables. Le second réjouit en plus les gourmands, car il produit de délicieuses petites "framboises" orange (les oiseaux aussi en raffolent). Le troisième, le plus distingué, associe un port gracieux, de fines branches, de petites feuilles argentées, et des tiges couvertes de nombreuses petites épines peu dangereuses. Pour leur donner le change, associez-les au Rubus phoenicolasius, aux magnifiques tiges rouges. Cette ronce produit en outre des fruits goûteux s'ils sont cueillis à pleine maturité.
Les branches de ces ronces doivent aussi être renouvelées chaque année. Taillez-les au début du printemps, pour laisser la place aux jeunes pousses (mais si vous désirez goûter quelques fruits, ne coupez les anciennes tiges qu'une fois la fructification terminée). Pour qu'elles n'envahissent pas vos massifs, coupez l'extrémité des branches avant qu'elles ne touchent le sol : c'est ainsi que les ronces se multiplient naturellement.
Une taille sévère donne au Rubus cockburnianus une silhouette aérienne accentuant la beauté de ses tiges.

 

Vous pouvez aussi tailler radicalement les spirées d'été et les stéphanandras pour leurs écorces cuivrées, les corêtes du Japon et les leycestérias pour leurs tiges bien vertes ; quant aux nouvelles branches de deutzia, elles sont fascinantes pour leur teinte chamoisée.

 

De beaux rameaux en terrain sec. Si les saules et la majorité des cornouillers apprécient une terre humide, Cornus sanguinea 'Winter Beauty' se distingue et pousse naturellement sur les collines calcaires, parfaitement drainées. Dans les situations plus sèches, profitez de l'écorce blanche d'un érable (Acer negundo 'Violaceum') ou de celle, semblable aux ronces, du pérovskia 'Blue Spire', petit arbuste à floraison estivale bleue. Des rosiers botaniques (Rosa virginiana et Rosa nitida) ont un bois rouge comparable à celui de la ronce rouge, tandis que les branches des genêts gardent une belle teinte verte toute l'année.