Les supports de culture

horizontal rule

Les terreaux
 

On trouve dans les centres de matériel de jardinage une vaste gamme de mélanges terreux. Il y en a à base de terreau, d'autres à base de tourbe (ou sans terreau). Pour chacun des deux types, on trouve des formules légèrement différentes, adaptées à des plantes ou à des situations particulières. Les plantes très exigeantes, comme les orchidées, viennent mal si on ne les plante pas dans le mélange qui leur est approprié. Cependant, moyennant des apports d'engrais bien dosés, la plupart des autres espèces s'adaptent à divers mélanges. C'est plutôt le degré d'alcalinité ou d'acidité qui est primordial. La plupart des plantes d'intérieur préfèrent un milieu acide et réagissent mal à un mélange trop alcalin. Évidemment, il serait beaucoup plus simple et plus économique de se servir de n'importe quelle terre. Malheureusement, les sols varient en qualité et en texture, et ils renferment toutes sortes de ravageurs, d'organismes et de mauvaises herbes dangereux pour les plantes. Il est donc préférable qu'elles soient cultivées dans des mélanges préparés et stérilisés.

Terreau ou tourbe. Les mélanges à base de tourbe (sans terreau) ont l'avantage d'être propres, légers et faciles à utiliser. La tourbe est généralement préparée selon une formule normalisée à laquelle on peut se fier. Toutefois, le principal défaut de cette substance est son absence de matières nutritives et la rapidité avec laquelle elle épuise l'engrais qu'on lui ajoute. Aussi faut-il fertiliser régulièrement les plantes empotées dans un mélange sans terreau.
Les mélanges à base de terreau sont moins faciles à manipuler. En outre, ils sont impossibles à normaliser, la composition du terreau étant imprévisible. Ce sont des mélanges lourds qui conviennent surtout aux plantes de grande taille. Le terreau, quand il a été stérilisé, a l'avantage de renfermer des micro-organismes qui décomposent les matières organiques en éléments essentiels, ce qui permet d'espacer les apports d'engrais.

 

Les mélanges maison. Ceux qui préfèrent composer leurs propres mélanges ont le choix entre trois recettes de base offrant le double avantage de bien retenir l'eau et de s'égoutter facilement. Toutes trois conviennent à la plupart des plantes d'intérieur. Pour certaines plantes (broméliacées, cactées et plantes grasses, fougères, gesnériacées ou orchidées), on devra modifier la recette.
 

Mélange à base de terreau Mélange à base de tourbe Mélange tourbeux riche en humus
1 vol. de terreau fibreux stérilisé
1 vol. de tourbe moyenne, d'écorce ou de terreau de feuille
 vol. de sable grossier ou de perlite fine
Ajouter 1 vol. de fumier de bovins desséché, ou de l'engrais équilibré en granules ou en poudre
1 vol. de tourbe grossière
1 vol. de vermiculite moyenne
1 vol. de sable grossier ou de perlite moyenne
Ajouter de la chaux dolomitique en poudre à raison de 2 cuillers à soupe pour 2 litres.
Ajouter 1 vol. de fumier de bovins desséché, ou de l'engrais équilibré en granules ou en poudre
Ce mélange convient aux plantes, comme les fougères, habituées aux sols organiques peu denses des forêts équatoriales.
3 vol. de tourbe grossière
3 vol. de terreau de feuilles
2 vol. de sable grossier ou de perlite moyenne
Ajouter 2,25 dl de granules de charbon de bois pour 2 litres de mélange.
Ajouter 1 vol. de fumier de bovins desséché, ou de l'engrais équilibré en granules ou en poudre

Profitez de la fin de l'hiver pour faire vos mélanges de terreau que vous stockerez dans des sacs bien fermés.
Pour les boutures : terreau de feuilles et perlite à parts égales.
Pour les rempotages : terreau de feuilles, compost, tourbe blonde et terre du jardin à parts égales. Ajoutez un engrais à décomposition lente au dernier moment.
Pour les semis : terreau de feuilles et sables. Passez ce mélange au tamis fin afin d'obtenir une granulation menue qui évitera que les graines ne soient emportées vers le fond.
 

horizontal rule

Les matières inorganiques
 

Calcaire broyé. Il a le même effet et les mêmes usages que les coquilles d'oeufs broyées. Les parcelles sont de différentes grosseurs. Celles de 6 mm sont idéales pour réduire la densité du mélange terreux.
Charbon de bois. Il absorbe l'excédent de sels minéraux et les sous-produits de la décomposition tout en assainissants les substrats. On s'en sert généralement dans les contenants dépourvus de trou de drainage (jardins en bouteille ou bols à bulbes) où un excès d'eau risque de faire pourrir les racines. On peut disposer les gros morceaux au fond des pots et mélanger les petites parcelles au substrat ; l'aération des racines en sera meilleure.
Chaux dolomitique. Elle contient des carbonates qui réduisent l'acidité du mélange terreux, ainsi que du magnésium qui prévient le jaunissement des feuilles des plantes qui poussent dans un milieu acide. On ne doit cependant pas s'en servir sans vérifier le pH du substrat sous peine de rendre celui-ci trop alcalin et de nuire aux plantes au lieu de les aider.
Coquilles d'oeufs. Elles renferment du carbonate de calcium, matière alcaline ; aussi en ajoute-t-on parfois aux mélanges à base de tourbe pour en réduire l'acidité. Elles améliorent en outre le drainage.
Perlite. C'est une roche volcanique stérilisée, broyée fin, moyen ou gros. Elle aide à amender les substrats de culture et absorbe l'eau ainsi que les sels minéraux.
Sable. Le sable grossier est une excellent ingrédient pour réduire la densité des mélanges terreux, surtout ceux qui sont riches en terre argileuse. Le sable de rivière, pauvre en calcaire, est le meilleur. Il doit être gros et rude au toucher. On évitera le sable de grève non préalablement lavé (vérifier sur l'emballage), car il peut contenir des sels nocifs pour les plantes.
Vermiculite. On appelle vermiculite des particules de mica éclaté sous l'action de la chaleur. Le mica ayant la propriété d'absorber de grandes quantités d'eau et de substances nutritives, on utilise la vermiculite dans les mélanges à enracinement et dans certains autres mélanges terreux.
 

horizontal rule

Les engrais
 

Phosphore (P) et potasse (K) sont des éléments indispensables aux plantes. Absorbés par les racines, ils régularisent la floraison. De plus, le phosphore fortifie les tissus des tiges et stimule le développement racinaire. La potasse améliore la résistance aux maladies et intensifie la couleurs des fleurs. Autant de raison pour en enrichir la terre des massifs et le pied des arbustes à fleurs. Les bêchages d'automne sont propices à l'enfouissement de ces engrais. Choisissez des formules peu solubles pour que les pluies ne les lessivent pas d'ici le démarrage de la végétation. Vous épandrez ainsi des scories potassiques (riches en P et K), de la poudre d'os (riche en P), des cendres de bois (apportant K), ou un engrais complet organo-minéral dit "de fond", certains contenant en plus un peu d'azote et de magnésium.
Profitez de l'hiver pour apporter une fumure de fond complète aux jeunes arbres nouvellement plantés. Après avoir gratté au pied, épandez l'engrais et enfouissez-le par griffage.
 

horizontal rule