Les trucs

horizontal rule

Solution maison pour lutter contre les cochenilles : verser quelques gouttes de liquide vaisselle dans un litre d'eau et ajouter une cuillerée à soupe d'alcool à brûler.
 

horizontal rule

De nombreuses plantes n'aiment pas le calcaire. Pour les arroser on évitera donc l'eau du robinet qui contient de plus des produits chimiques agressifs chlore). Si vous n'avez pas d'eau de pluie, utilisez l'eau courante en y ajoutant un peu de vinaigre (une cuiller à café pour trois litres) ou un filet de citron. On peut aussi tremper dans un seau un pochon de toile contenant quelques poignées de tourbe durant une nuit.
 

horizontal rule

Pour limiter les dépenses, je conserve les petits tubes intérieurs des rouleaux de papier toilette, que je coupe en deux ou trois longueurs et qui me servent de godets à semis. Ainsi lorsque ceux-ci sont bons à mettre en pots, je n'ai pas à manipuler les plantules très fragiles ; quant au carton, il se désagrège avec l'humidité.
 

horizontal rule

Poussières, calcaire, produits de traitement ... autant d'éléments qui laissent des traces disgracieuses sur les feuilles des plantes d'intérieur. Si ces dernières sont veloutées, ou carrément poilues, vous attendrez le printemps pour leur faire prendre une douche. Sur les feuilles lisses, en revanche, passer de l'eau vinaigrée (une cuillère à soupe de vinaigre blanc dans un litre d'eau très peu minéralisée).
 

horizontal rule

La taupe, en plus de labourer votre pelouse, est nuisible car elle coupe les racines. Voici tous les trucs, plus ou moins efficaces, pour vous en débarrasser sans forcément les tuer. L'idéal est de s'attaquer aux galeries principales que les taupes empruntent, généralement situées le long des murs de votre maison. Pour repérer ces emplacements, faites preuve d'attention : seule une légère flétrissure de l'herbe ou des plantes vous renseigne utilement. Ensuite vous avez le choix pour vous débarrasser définitivement des taupes :
> essayez un engrais pour pelouse qui contient du tourteau de ricin, répulsif naturel des rongeurs. Votre pelouse d'ailleurs ne s'en portera que mieux. Attention toutefois à ne pas laisser le produit stocké à portée des animaux domestiques pour lesquels il est toxique.
> vous pouvez également installer des pièges à mâchoires et à pinces que vous glisserez dans une galerie. Placez ensuite des mottes de terre pour recouvrir le trou et déplacez les pièges de temps en temps si vous n'obtenez aucun résultat.
> il existe également des appareils à ultrasons qui incommodent les taupes, et des pièges pyrotechniques déclenchant une petite explosion lorsqu'une taupe pointe le bout de son nez.
> si vous préférez une méthode naturelle, plantez dans plusieurs endroits "l'herbe à taupe" dont le nom savant est Heuphorbia lathyris. L'odeur qu'elle dégage fait fuir les taupes. Attention, cette méthode ne sera efficace que si les plantes sont distribués régulièrement dans votre jardin.
 

horizontal rule

Fabriquez-vous un bon insecticide en laissant macérer un paquet de tabac gris pendant une semaine dans 10 litres d'eau : effet de choc garanti sur les pucerons.
 

horizontal rule

On conseille vivement de faire les semis sur terreau stérile pour éviter les pourritures des très jeunes plants. Pour stériliser un substrat, placez la terre dans une passoire non métallique ou dans un sac plastique perforé et passez-la au four à micro-ondes pendant quatre à cinq minutes. Cela suffit pour tuer tous les germes de parasites ou maladies.
 

horizontal rule

Trucs et astuces pour entretenir les plantes d'intérieur.


Voici quelques "recettes de grand'mère" qui changeront la vie à votre ficus, votre bonzaï ou autres, qui font triste mine. Au lieu de recourir aux traitement de choc, testez ces méthodes douces éprouvées.
Baignez la corne d'élan. 
Comme la plupart des  plantes épiphytes, la corne d'élan ou corne de cerf (Platycerium bifurcatum) est cultivée dans un pot ou tout simplement fixée à une plaque de liège. Cette fougère produit de magnifiques frondes vertes et fourchues qui lui ont valu son nom de cervidé. Les autres frondes parcheminées, en forme de bouclier, enrobent la souche et aident la plante à s'arrimer sur son support. Bien que d'une résistance légendaire, la corne d'élan apprécie de réguliers bassinages qui, malheureusement, n'humidifient pas les racines. La méthode la plus simple consiste à plonger pendant quelques minutes l'ensemble de la plante dans une baignoire remplie d'eau, puis de la laisser s'égoutter. Renouveler l'opération dès que les frondes commencent à mollir. Les sujets âgés seront aussi arrosés par le dessus, dans le cornet.

Dans nos intérieurs, les plantes vertes deviennent de véritables nids à poussière. Les amateurs bichonnent les feuilles en les époussetant avec un plumeau ou en les frottant avec de la bière ou tout simplement leur salive. D'autres préfèrent l'efficacité des bombes lustrantes qui donnent immédiatement un aspect brillant et sain aux plantes les plus mal en point. Au lieu de supprimer la couche de poussière, ces vaporisations huileuses brûlent les feuilles et bouchent les pores de la plante. Un chiffon ou une éponge humide nettoie parfaitement les feuilles coriaces et cireuses. Vous ôterez la poussière des feuilles duveteuses qui ne supportent pas l'eau, comme celles du saintpaulia, à l'aide d'un petit pinceau très souple.

L'eau chlorée : la question de la qualité de l'eau du robinet a toujours entretenu de nombreuses polémiques. Les jardiniers prudents ont donc pris l'habitude de recueillir l'eau de pluie pour arroser leurs chères plantes d'intérieur. On peut aujourd'hui les rassurer en affirmant que toutes les eaux d'usage courant et l'eau du robinet conviennent parfaitement. Le problème des variations de concentration en chlore étant généralement maîtrisé. En cas de doute, laissez reposer l'eau 48 heures dans un récipient assez large. Au contact de l'air, le chlore s'oxyde et devient totalement inoffensif. Les filtres purificateurs d'eau, à charbon actif, diminuent non seulement les teneurs en chlore mais aussi en nitrates, en métaux lourds et en organo-chlorés. Cependant, les filtres à résine échangeuse d'ions augmentent les teneurs en sels de sodium, mortels à court terme pour vos plantes vertes.

Les produits anti-calcaires : les feuilles de vos plantes vertes ou de celle que vous venez d'acheter sont recouvertes de taches blanchâtres indélébiles ? Ne vous précipitez pas sur un flacon d'engrais liquide ou sur une bombe lustrante. Le problème provient tout simplement de la teneur en calcaire de votre eau. Quelques gouttes de citron ou de vinaigre feront précipiter le calcaire au fond d'un récipient en plastique. Vous pouvez aussi vous procurer en pharmacie de l'acide oxalique sous forme de poudre. Quelques pincées sont suffisantes pour neutraliser un litre d'eau calcaire. Une aubaine pour les plantes de terre acide comme les azalées et la plupart des plantes vertes originaires des forêts tropicales. 

Vous arroserez de préférence par le dessous les plantes à feuillage duveteux comme le saintpaulia, le gloxinia, l'achimène, le bégonia Rex. La fougère, le caladium, l'arum ou le papyrus seront arrosés par le dessus, l'eau pouvant même stagner dans la coupelle. Pensez à bassiner les épiphytes comme la corne d'élan, les tillandsias, la plupart des broméliacées et des orchidées.

Noyez le cœur : les fleuristes conseillent parfois de remplir d'eau le cœur du vriéséa, guzmania ou aechmea. En effet, dans leur habitat naturel, ces Broméliacées vivent accrochées aux troncs des arbres et recueillent l'eau de pluie dans ce réservoir naturel dans lequel se développent les micro-organismes indispensables à leur survie. Maintenez donc, dans la rosette de feuilles, 2 à 3 cm d'eau (à renouveler tous les mois). En période de croissance, un engrais liquide dilué donnera un coup de fouet à votre plante.

Lorsque les plantes d'appartement trouvent les conditions idéales de température, d'hygrométrie et de lumière, elles se développent à merveille. Certaines, parmi les plus courantes, (ficus benjamina et lyrata, le yucca, le dracaena) finissent par toucher le plafond. Elles forment un gros tronc, se dégarnissent de la base et s'étiolent, à la recherche de lumière. Que faire ? A la sortie de l'hiver, dès le départ de la végétation, armez-vous de courage, d'une bonne scie et d'un sécateur et coupez le tronc pour réduire la plante des 2/3. En moins d'un mois, vous verrez de nouvelles pousses apparaître à la base et au sommet.

Il arrive parfois qu'en rentrant de quelques jours de vacances, vous vous trouviez fasse à une plante fleurie toute affaissée. Après avoir plongé le pot dans un seau d'eau et enveloppe le feuillage dans un journal humide, couchez le plante. Une heure après, elle sera de nouveau en pleine forme.

La fougère nid d'oiseau (Asplenium nidus), la capillaire ou cheveux de Vénus (Adianthum capillus-verenis), la fougère de Boston (Nephrolepsis exactata) et le ptéris sont plus fragiles que les autres plantes d'intérieur. Les arrosages et les bassinages fréquents ne suffisent pas toujours à compenser l'atmosphère desséchante de votre intérieur. Rempotez alors votre fougère dans un pot de terre poreux (donc non vernissé). Placez-le dans un récipient ou un cache-pot garni de tourbe que vous maintiendrez humide. Vous assurez ainsi une ambiance toujours humide autour de votre fougère. Le résultat est spectaculaire avec des espèces fragiles comme la capillaire.

A un coup de soif récent, à un courant d'air ou à une augmentation brutale de la température, la plante verte peut réagir par une perte totale de son feuillage. Pour la sauver, plongez le pot dans un seau d'eau, puis enfermez l'ensemble de la plante dans un sac plastique transparent percé de petits trous et maintenu par deux ou trois tuteurs. Sous cette couveuse, elle sera à l'abri des courants d'air et bénéficiera d'une atmosphère humide. On a vu des ficus et des crassulas reverdir en moins d'un mois.

La chute rapide des feuilles : les plantes d'appartement sont élevées dans des serres où, depuis le départ, elles trouvent les conditions optimales de température et d'hygrométrie. En arrivant chez vous, elles subissent un "choc" qui se traduit par la chute des feuilles. Elles mettront plusieurs jours à s'adapter à leur nouveau milieu. Cependant, n'oubliez par qu'elles détestent les courants d'air et que le transport, vitres ouvertes dans une voiture peut leur être fatal. Par précaution, faites-vous livrer à domicile les grands palmiers, ficus et dracaenas. Si vous transportez une plante en plein hiver, demandez toujours à ce qu'on vous l'enveloppe dans un papier journal, c'est une bonne protection contre les chocs thermiques.

Badigeonnez vos plantes atteintes avec un coton à démaquiller imbibé d'alcool dénaturé (en pharmacie). Les cochenilles se décolleront immédiatement de la feuille parasitée. L'eau additionnée de savon noir en mélange avec de l'alcool dénature s'avère également très efficace. En cas de forte infestation, plongez dans ce mélange l'ensemble du feuillage (quelques minutes) en évitant que le liquide n'entre en contact avec la terre du pot.

Les azalées vendues dès octobre ont été forcées pour fleurir tôt en saison. La petite taille des pots et la pauvreté de la terre (parfois de la tourbe pure) ne facilitent pas leur maintien en bonne santé. Rien ne sert de lui verser un verre d'eau chaque matin : mieux vaut, dès que la terre sèche en surface, plonger le pot dans un récipient d'eau non calcaire pour parfaitement humidifier la motte. Tant que la partie inférieure du tronc reste humide sur 2 ou 3 cm, n'arrosez pas. Ne laissez jamais de l'eau stagner dans la soucoupe, sous peine de voir les boutons tomber un à un avant même de s'épanouir. Il est préférable de poser le pot sur un lit de gravier humide et d'épargner à votre azalée les courants d'air. Il suffit parfois d'aérer une pièce en plein hiver pour choquer une plante. Vous conserverez votre azalée dans une pièce fraîche (10-15°C), en supprimant les fleurs fanées et en lui donnant, tous les quinze jours, un engrais liquide spécial plantes fleuries. En début d'été, enterrez le pot, à mi-ombre, tout en poursuivant les apports d'engrais. A la rentrée, vous la rempoterez dans un mélange de terre de bruyère et de compost avant de l'installer dans une pièce fraîche ou elle refleurira.
 

horizontal rule

Utilisez la cendre : si vous devez brûler les rameaux de plantes atteintes de maladies cryptogamiques (feu bactérien du pommier, cloque du pêcher ...), conservez-la, elle retournera enrichir la terre au printemps. Une fois le feu consumé, reste à en récolter les cendres, avant que le vent ne les disperse ou que la pluie ne les lessive. Une fois passées par le grand purificateur qu'est le feu, même les plantes malades livrent une cendre saine et utile : c'est un engrais riche en potasse. Si des morceaux de charbon de bois y sont mêlés, tamisez les cendres avant de les ajouter au compost ou de les mettre de côté pour des plantes gourmandes en potasse. Quant au charbon de bois, vous l'utiliserez au printemps. Ecrasez-le au pilon ou au marteau, et saupoudrez-le sur les premiers semis, qui seront protégés des maladies cryptogamiques qui les font "fondre" et disparaître.
 

horizontal rule