Lexique

horizontal rule

Acaule : Se dit d'une plante apparemment dépourvue de tige, lorsque celle-ci est si courte qu'elle n'apparaît pas au dessus du sol (par exemple le pissenlit).

Aciculaire : Se dit d'une feuille étroite et allongée comme une aiguille, telle celle de nombreux conifères.

Acide : Se dit d'un sol ou de tout substrat dont le pH est inférieur à 5 et qui renferme peu ou pas du tout de calcaire. Beaucoup de plantes d'appartement et notamment d'espèces exotiques originaires des forêts tropicales se plaisent dans un compost acide.

Acuminé :  Se dit d'une feuille se rétrécissant brusquement à son extrémité pour se terminer en pointe aiguë.

Adventif : Se dit d'organes qui apparaissent et se développent en des endroits anormaux ou inhabituels, par exemple les racines aériennes qui se transforment sur les tiges, au niveau des nœuds, chez les plantes grimpantes, ou les bourgeons qui naissent sur des feuilles.

Aisselle : Angle formé par une feuille et la tige sur laquelle elle s'insère, ou bien par un rameau et une branche. Une inflorescence ou un bourgeon se développant à cet endroit sont dits auxiliaires.

Alcalin : Se dit d'un sol ou d'un substrat dont le pH est supérieur à 7. L'alcalinité indique souvent une forte teneur en calcaire. Les composts alcalins ne sont conseillés que pour un petit nombre de plantes d'intérieur.

Amendement : Substance que l'on incorpore à un sol pour en modifier la nature ou la texture, mais sans qu'il s'agisse d'un fertilisant. C'est le cas du sable que l'on mélange aux terres trop compactes pour les alléger et les rendre plus perméables ou des granulés de perlite destinés à améliorer le drainage.

Ameublir : aérer le sol à la fourche pour déloger les mauvaises herbes avant la plantation.

Annuelle : Plantes dont l'ensemble du cycle végétatif (elle germe, fleurit, donne des graines et meurt) se déroule sur une seule année, sans période de repos. Au jardin d'agrément, on arrache en général les annuelles après la floraison pour les remplacer par d'autres espèces.

Anthère : Partie terminale de l'étamine, en forme de petit sac, qui renferme le pollen.

Assolement : dans le potager, roulement évitant aux mêmes légumes d'être cultivés au même emplacement deux ans de suite.
Bouturer : prendre une bouture, fragment de la plante, et l'enraciner à des fins de multiplication.
Calcicole : aimant la terre calcaire.
Calcifuge : n'aimant pas la terre calcaire.
Caryopse :

Cenelle : Fruit de l'aubépine

Chlorose : jaunissement des feuilles.
Collerette : ensemble de feuilles ou de pétales disposé en anneau autour d'une tige.
Compost : mélange de terre et de détritus naturels dont la fermentation forme un engrais utilisé à la plantation.
Coursonne : partie d'un arbre fruitier qui reste sur la branche charpentière après la taille.
Couvre-sol : plante tapissante, généralement basse.
Cultivar (ou variété) : sujet issu d'une sélection horticole par l'homme.
Dentée : se dit d'une feuille dont le bord est pourvu de petites dents.

Dioïque : Un sujet est dioïque quand il porte soit des fleurs mâles, soit des fleurs femelles.

Drageon (ou rejet) : tige souterraine sortant à distance de la plante, surtout s'il s'agit d'une greffe ; à éliminer sous terre à la racine ; les rosiers en sont coutumiers.
Engrais : éléments minéraux fertilisants nécessaires à la terre pour nourrir les plantes. Les engrais chimiques, sont souvent appliqués à la place des engrais organiques, même à la surface du sol, puis griffés. Arroser la terre avant leur application et respecter scrupuleusement les doses. Les engrais foliaires sont appliqués sur les feuilles. On les trouve sous forme de poudre ou de liquide à pulvériser. Les engrais organiques sont issus des déchets de matières minérales ou animales (fumier, par exemple). Il est riche en éléments fertilisants se transformant dans le sol avant d'être absorbés par la plante.
Engrais vert : phacélie, moutarde, sarrasin ou mélange spécial.

Épiphyte : Ce dit de végétaux qui se développent sur des arbres sans être pour autant des parasites.

F1 : première génération d'une plante obtenue par hybridation, aux qualités non reproduites dans sa descendance.

Fascine : voir plessage

Folioles : division du limbe d'une feuille composée de plusieurs parties.
Genre : groupe d'espèces végétales dotées des mêmes caractéristiques.
Gourmand : pousse vigoureuse se développant sur une plante au détriment d'autres pousses ; à supprimer impérativement.
Griffer : casser la croûte de la terre à la griffe pour semer ou désherber.
Herbicide : produit chimique vendu en poudre, granulés ou liquide pour détruire les mauvaises herbes.
Hermaphrodite : se dit d'une plante où sont présents les organes reproducteurs des deux sexes.

Hormone d'enracinement : on l'appelle également hormone de bouturage.
Bien que les plantes ne possèdent pas de système neurologique comme les animaux, elles peuvent transmettre des messages d'une partie de la plante à l'autre. Elles le font avec des hormones, ces produits chimiques qui tirent divers effets des tissus avec lesquels ils interagissent. Les hormones de la classe appelée auxine sont responsables du démarrage des racines dans les boutures de tiges mais doivent être présentes dès que la bouture se fait. Cette hormone stimule l'enracinement des tiges bouturées ou marcottées. Les bourgeons terminaux de tiges poussant activement produisent leur propre auxine, laquelle stimule naturellement l'enracinement du sujet . Il en va ainsi par exemple chez le framboisier. Par contre, les boutures de bois dur, appelées boutures dormantes, ou celles qui n'ont pas de bourgeons terminaux ont, elles, beaucoup plus de mal à fabriquer leurs racines. Lorsque vous souhaitez produire vos propres plantes en pratiquant la technique du bouturage ou du marcottage, il est donc prudent d'utiliser une hormone d'enracinement commercialisée dans les jardineries ou les catalogues. Elle sera particulièrement utile pour les plantes qui s'enracinent difficilement comme le magnolia et le rhododendron.
On se souviendra en effet que les anciens fermiers européens glissaient une semence de grain à la base d'une nouvelle bouture pour favoriser l'enracinement de leurs boutures. Il faut en effet savoir que ces semences possèdent de l'auxine. Aujourd'hui, il n'est plus nécessaire de recourir à cette technique puisque les hormones de bouturage se trouvent partout. Il en existe plusieurs type, contenant différentes concentrations et mélanges d'hormones naturelles et synthétiques plus quelques extras. Un produit de qualité contient des auxines et le nutriment bore, qui stimule naturellement l'enracinement. Ces hormones se présentent sous la forme de poudre ou de liquide.
L'hormone d'enracinement devrait être appliquée après que la tige ait été coupée mais avant qu'elle ne soit mise en terre. De l'hormone d'enracinement en poudre peut être saupoudrée dans les ouvertures de l'écorce. L'humidification du tissu mis à nu avant d'y appliquer l'hormone peu aider la poudre à adhérer, si vous faites attention à ne pas former une croûte. Un excès d'auxine peut retarder la croissance. De longs fils de mousse de sphaigne peuvent être trempés dans l'hormone liquide et glissés dans ou autour des blessures de la tige. L'hormone d'enracinement liquide pénètre les tiges plus uniformément que les poudres. Attention, certaines hormones d'enracinement surtout la populaire Rootone, peuvent contenir un fongicide inacceptable dans un jardin organique (je le mets mais je ne sais pas pourquoi - l'enlever donc, si je ne trouve pas d'explications ailleurs).
Appliquez les hormones d'enracinement aux boutures fraîchement faites selon les instructions inscrites sur le contenant. Prenez quelques autres précautions, par exemple, ne trempez pas les tiges coupées dans le contenant d'hormones, elles pourraient répandre des contaminants. Versez plutôt le produit en poudre dans le coin d'enveloppe de papier propre, ou faites un petit tas sur une serviette en papier et trempez-y vos boutures. Secouez tout excès de poudre, sinon l'enracinement pourrait être retardé. Fermez bien hermétiquement votre pot de poudre pour éviter s'il soit souillé et pour le préserver de l'humidité. Si vous conservez votre poudre dans un réfrigérateur, elle gardera toutes ses facultés pendant un an. Si vous utilisez la forme liquide, versez-en une petite quantité dans un récipient propre de dimension réduite. Il est préférable que vous en versiez en plusieurs fois au fur et à mesure des besoins. Scellez le pot et ranger le pot. Notez que la formule liquide perd plus rapidement son efficacité que la formule poudre. 

Humification : formation de l'humus par les bactéries à partir des débris organiques.
Hybride : plante obtenue par le croisement de différents parents sélectionnés pour leurs qualités.
Inflorescence : fleurs en bouquets sur la tige.
Jauge (mettre en jauge) : tranchée pour entreposer les plantes en les couvrant de terre, dans l'attente de la plantation ou pour les protéger.
Ligneuse : de la nature du bois.
Linéaire : se dit d'une feuille étroite dont les bords sont parallèles entre eux.
Macule : tache de couleur.
Marcottage : procédé de multiplication.
Microclimat : manifestation climatique localisée, résultant de la configuration d'une partie du terrain : pente, vallée, forêt, végétation.

Monocotylédone : classe de plantes angiospermes dont la graine contient une plantule à un seul cotylédon, présentant des feuilles aux nervures parallèles et des fleurs dont la symétrie est souvent d'ordre 3 (graminées, liliacées, orchidacées et palmiers).

Monocarpique : qui meurt après la floraison.
Mulch : synonyme de paillage. Tas de feuilles décomposées servant à protéger les plantes du froid.
Nouaison : période correspondant au développement du jeune ovaire en fruit, chez les arbres fruitiers et la vigne.
Oeil : petit bourgeon non éclos, même latent, présent sur une tige ou une branche.
Ombelle : ensemble de fleurs formant un parasol et dont les pédoncules partent tous du même point.
Onglet : l'onglet est un petit crochet en forme d'ongle. Ce mot utilisé en botanique dès le 18e siècle, qualifiait une partie du pétale. Au 19e siècle, en arboriculture, il désignait la partie de rameau laissée au-dessus de l'œil après la taille. L'onglet de greffe est précisément la partie de rameau du porte-greffe (pouvant atteindre 10 à 20 cm) conservée pour laisser le temps au greffon de s'habituer à vivre sur les racines du porte-greffe. Dès la seconde année, il doit être taillé au ras de la greffe pour éviter que le porte-greffe ne se développe au détriment de la partie greffée.
Pailler : recouvrir la terre de paille, de tourbe ou de toute autre protection contre le froid ou la chaleur.
pH : symbole indiquant le degré d'acidité de la terre. Le pH 5, acide, convient, par exemple, pour les plantes dites "de bruyère".

Plessage : Le renouveau des jardins "moyenâgeux" a vu revenir la mode des bois tressés que l'on traite tous de "plessis". Rappelons que le plessage concerne des arbres vivants, coupés à mi-mois (ou bouturés et enlacés, comme avec le saule) puis entrecroisés pour former des haies vertes. Quand on croise des bois morts, en lattés ou treillages, ils s'agit de fascines.

Pralinage : bain de boue à base de terre, d'eau et d'hormones. Idéalement c'est une boue de bouse de vaches. Il en existe des mélanges tout prêts en jardinerie. Le fait de praliner les racines hâte l'enracinement.
Pruine : fine pellicule cireuse blanche.
Radiculaire : relatif à la racine. Système radiculaire : ensemble de racines.
Remontant : à la floraison se répétant plusieurs fois ; surtout employé pour les rosiers.
Rosette : réunion de feuilles étalées et regroupées en cercle, le plus souvent au bas d'une tige ou autour d'un bourgeon.
Rubanée : se dit d'une feuille en forme de ruban.
Rustique : ne craignant pas le froid, sans préciser jusqu'à quel degré.

Stipe : tronc non ramifié, recouvert par les cicatrices des feuilles, comme chez les palmiers ou l'aloès.

Stratifier : les graines les plus dures, en particulier celles des arbres fruitiers à noyau (pêchers, cerisiers, abricotiers) germent difficilement d'une part, mais de l'autre perdent rapidement leurs facultés germinatives. Vous n'obtiendrez de résultats qu'en les stratifiant durant l'hiver dans un pot de sable fin que vous enterrerez au pied d'un mur au nord. Couvrez le tout d'un fort grillage métallique pour mettre vos réserves à d'abri des souris, rats et autres gourmands. Au printemps, vous tamiserez le tout pour récupérer les noyaux que vous sèmerez normalement en terre. Les plants obtenus serviront essentiellement de porte-greffe.
Stolon : c'est une tige fine émise à la base de la plante, qui s'allonge sur le sol en produisant de nouveaux plants. Les lamiers, bugles rampantes, pervenches et fraisiers produisent des stolons qui leur permettent de coloniser la surface alentour. En fonction du contexte, une plante stolonifère est considérée comme envahissante ou excellent couvre-sol.
Succulentes (plantes) : elles appartiennent à diverses familles botaniques, dont la principale caractéristique est d'avoir des feuilles ou des tiges gorgées de sève. Les aiguillons sont parfois présents, par exemple chez les agaves et les euphorbes. Ces plantes sont surtout originaires d'Afrique et d'Amérique.
Terreau : terre humifère provenant de la décomposition des matières organiques et végétales, comportant quelques éléments fertilisants.
Tourbe : matière légère issue de la décomposition anaérobie de certains végétaux, dont la présence acidifie légèrement le sol.
Tubérisé : une racine ou une tige est tubérisée quand elle accumule massivement des réserves au point de devenir gonflée, épaisse et dure. C'est le cas de nombreuses plantes vivaces comme les pivoines ou certaines anémones. On assimile souvent les organes tubérisés (et appelés tubercules, tels ceux des dahlias) à des bulbes. Les organes tubérisés permettent de multiplier la plante par fractionnement.
Variété : plante dotée de caractéristiques différant de celles de son espèce ; chaque espèce peut avoir de nombreuses variétés, parfois des centaines.