Terrasse/Balcon

horizontal rule

Terrasse, patio, balcon ... ces espaces ont en commun de se trouver à la fois "dedans" et "dehors". La terrasse, classique, se trouve aussi bien à la campagne qu'en ville ; le patio, à connotation exotique, évoque les jardins méditerranéens. Le deck en bois, souvent établi depuis la maison sur plusieurs niveaux, vient tout droit des États-unis. Vous pouvez y faire des folies de plantations, avec des espèces plus exotiques que celles du jardin, qui profitent de la protection de la maison.
 

horizontal rule

La TERRASSE ou le PATIO

Si vous avez la chance de pouvoir construire une terrasse, sachez qu'elle n'est jamais trop grande et qu'elle sert de salle à manger et de salon d'été. Prévoyez un coin d'ombre pour les journées de grand soleil. Pensez aux détails : faites poser une prise électrique spéciale pour l'extérieur ainsi qu'un robinet d'eau.
Si vous souhaitez décliner le thème de l'exotisme, sachez qu'il convient aussi bien à une construction moderne qu'ancienne.
Pour une petite surface, prévoyez peu de plantations, mais élégantes et à feuillage persistant, et préférez celles nécessitant un minimum d'entretien : azalée, nandina, oranger du Mexique, phormium. Plantez directement en terre si le climat l'autorise. Dans le cas d'une terrasse couverte, sous appentis, envisagez une toiture en tuile ou en chaume et une pergola en bois habillée de végétaux couvrants. Complétez par de belles poteries, une fantaisie en pierre contre l'un des murs et des lanternes autour de la porte de la maison. Cet aménagement convient pour une habitation au soleil.
Aménager un patio est aussi amusant que de décorer la maison, à la différence près que l'on peut s'y permettre des originalités que l'on ne s'autoriserait pas à l'intérieur. Si vous jouez sur une note classique, prévoyez un décor élégant, des treillages en trompe l'oeil aux murs et des bacs, garnis eux aussi de treillages, habillés de plantes grimpantes. Pour la campagne, préférez des bancs ou des socles en bois portant des paniers en rotin, plantés de fleurs annuelles (doublez ces derniers avec un plastique avant de les remplir de terre). Remisez-les en fin de saison.
Profitez d'une éventuelle différence de niveaux pour y juxtaposer des décors variés : un bassin d'eau, une collection de graminées, une urne insolite, un arbre d'envergure limitée émergeant des dalles au niveau le plus bas, divers dallages au sol...

Le sol. L'esthétique, le pris et la facilité d'entretien sont les trois critères qui président à son choix. Prévoyez une chape de sable et de ciment, et n'omettez pas un détail important : les joints. Même si la pose est faite à touche-touche et les interstices - il y en a toujours- comblés avec du sable, en moins de deux ans, une collection de mauvaises herbes élit domicile sur votre terrasse. Comme il s'agira d'une lutte inégale, et que vous perdrez à coup sûr, pensez aux joints en ciment.
Le choix qui vous est proposé est vaste : terre cuite, grès, carrelage, céramique, brique, ardoise, caillebotis et gazon synthétique. Cinq questions essentielles sont à envisager avec votre revendeur : à quelle température gèle-t-il ? est-il glissant mouillé ? résiste-t-il à la chute d'un objet lourd ? comment réagit sa couleur au soleil ? est-il d'un entretien facile ? Avant de signer et de verser un acompte, faites-vous livrer des échantillons pour les voir in situ.
N'éliminez pas la solution du sol peint, que vous pouvez réaliser vous-même pour un coût minime.

Le pourtour. De lui dépend en grande partie l'atmosphère d'ensemble. Jouez avec les treillages, les claustras, les paravents, qui laissent bien filtrer l'air mais protègent du vent, les stores en bois ou en tissu, les canisses artificielles, qui peuvent être fixées sur un encadrement en bois.
Donnez de la profondeur à une petite terrasse avec un treillage trompe-l'oeil. Si vous décidez d'y faire grimper des plantes, prévoyez de le repeindre tous les trois ou quatre ans.
Si le patio n'est pas de plain-pied avec le jardin, ce qui est souvent le cas, le problème de la protection du pourtour se pose. Prévoyez une simple guirlande de végétation en guise de garde-fou pour ne pas vous enfermer ni boucher la vue. Plantez des poteaux en bois contre le patio, reliés entre eux par une corde habillée de végétaux choisis selon la région : bougainvillier dans le Sud, lierre, rosier ou clématite ailleurs.

Les plantations. Pour planter, trois possibilités s'offrent à vous :
- directement en terre, ce qui est certainement le plus pratique, tant pour l'établissement de sujets importants que pour l'arrosage ;
- dans des bacs en pierre adossés à la maison. Prévoyez une hauteur de 50 centimètres. Cette solution simplifie l'acclimatation de plantes grimpantes d'un grand effet décoratif, et l'entretien et l'arrosage sont facilités : nul besoin de ramper pour désherber ;
- en caisses, urnes ou pots individuels - dans ce cas, évitez l'étalage hétéroclite (pot de terre, bac en bois, potiche asiatique, urne en fonte) et songez à l'entretien hivernal, au temps nécessité par l'arrosage et au poids, si vous devez les déplacer. Si vous êtes un inconditionnel des pots, groupez-les, car les plantes aiment la compagnie de leurs semblables et l'arrosage se fait plus rapidement.

Le choix des pots. Les pots en plastique font partie des moins chers du marché. Ils se nettoient d'un coup d'éponge et offrent des formes et des coloris de plus en plus riches et variés. Malgré tout, d'aucuns nourrissent à leur égard de sérieux préjugés : la pierre est plus noble, le bois plus chaud et la fonte plus cossue.
Les pots en bois présentent l'avantage de faire obstacle au froid, donc de préserver la plante du gel. Les bricoleurs peuvent les confectionner sur mesure et les peindre de la couleur désirée. Lors de l'achat, n'hésitez pas à investir dans la qualité, les pots durent ainsi plus longtemps.
Les objets en pierre reconstituée imitent souvent les vases Médicis et les vasques d'antan. Leur épaisseur permet des arrosages moins fréquents et leur stabilité permet de les placer sur une rambarde, un escalier ou un muret. Avec le temps, ils finissent même par ressembler à une antiquité... En revanche, leur poids complique leur déplacement et leur coût peut être élevé.
Ceux en terre cuite présentent un aspect naturel et agréable, dans des tons variant selon la région de fabrication, mais toujours harmonieux. Leur porosité permet une sorte de transpiration, appréciable dans un climat chaud. Ils présentent néanmoins comme inconvénients de devoir être trempés dans l'eau une demi-heure avant leur mise en service et de craindre les grandes gelées - parfois le matériau se fend et les bords s'effritent. Prenez garde au froid si vous achetez une poterie dans une région méditerranéenne et l'installez dans une région au climat moins tempéré.
Tous doivent reposer sur un socle de brique ou de pierre, pour que le trou d'évacuation de l'eau ne soit pas obstrué - à moins que vous ne les installiez dans une soucoupe appropriée.
Si vous hésitez à utiliser une belle poterie, trop fragile pour supporter le poids de la terre, résolvez le problème en la bourrant de mousse ou de tourbe, et installez-y la plante dans son conteneur. Ce système permet en outre de changer de végétal en fonction de la floraison ou de la saison.

Le choix des plantes. Certaines plantes, dont les racines s'enfoncent peu, se contentent d'un pot de plantation n'excédent pas 15 centimètres de diamètre. Mieux encore, elles peuvent vivre plusieurs années dans le même pot, mais pas toute leur vie dans la même terre qui s'épuise. La meilleure solution est le surfaçage annuel, qui consiste à retirer 1/3 de l'ancienne terre, à ameublir le reste et à remplir à nouveau le pot avec un substrat neuf enrichi d'engrais spécifique.
L'hélianthème compte parmi les végétaux dotés de racines à encombrement modeste. Il vit longtemps en pot et, taillé, garde une jolie forme. L'euphorbe, qui fait beaucoup d'effet parmi des annuelles, se contente d'un pot de moins de 20 centimètres de large. L'alchémille, la primevère, la campanule et l'arméria, peu avides d'espace, fleurissent presque tout l'été. Quant à l'Erigeron mucronatus et à l'Arabis, ils se trouvent à l'aise dans un bac de 15 cm de large, taille idéale pour le rebord d'une fenêtre. Les bulbes, dont la floraison s'étend pratiquement sur toute l'année, s'adaptent aux contenants étroits.
N'oubliez pas que la plante en pot est plus gélive qu'en terre et qu'elle n'apprécie pas nécessairement le soleil. Le bambou, le cotonéaster, l'éléagnus, la fougère, l'hortentia, le Pieris et le rhododendron préfèrent la mi-ombre. Pour l'abutilon, le bougainvillier et le laurier-rose, utilisez le même terreau que pour les agrumes, orangers et citronniers.

Le remplissage des pots. N'utilisez pas la bonne terre du jardin pour les potées car après de nombreux arrosages elle finit par se colmater et le drainage se fait mal. Or, de lui dépendent la santé et la longévité des plantes. Avant de remplir le pot, places des tessons sur le trou d'évacuation sur 2 à 3 centimètres d'épaisseur - 8 à 10 s'il s'agit d'un grand bac. Versez un mélange composé de 1/3 de tourbe blonde, 1/3 de terreau de feuille et de 1/3 de bonne terre de jardin. Veillez, par la suite, à ce que le trou de drainage ne soit pas obstrué..
Selon les plantes, utilisez une terre spécifique : pour celles de bruyère, un mélange pour moitié de terre de bruyère et pour moitié de tourbe ; pour celles qui aiment le soleil (cactées, lavandes, romarin, sédum, thym, yucca ...) et pour les plantes grasses, un mélange de 1/3 de terreau de feuille, 1/3 de sable grossier et 1/3 de tourbe ; pour le pélargonium, habitué des bacs en été, un mélange de 1/3 de terreau de feuilles, 1/3 de terre de jardin, 1/3 de tourbe blonde, complété de deux à trois poignées de sable grossier, bien mélangé. Assurez-vous une superbe floraison par un arrosage généreux et un apport d'engrais tous les quinze jours - munissez-vous d'un arrosoir à longue tige de manière à accéder entre les feuilles sans mouiller le feuillage. Ne laissez jamais la terre se dessécher.

Le panier suspendu. Il est de plus en plus répandu, car sa floraison exubérante peut durer tout l'été grâce à un arrosage quotidien - voir deux fois par jour par temps chaud. Il est en grillage, en vannerie ou en poterie - dans ce dernier cas, fixer-le bien. Mieux vaut ne pas le placer en plein soleil.
Pour la plantation, poser le panier sur une table, ce qui simplifie l'accès à son pourtour. Tapissez-le de morceaux de gazon ou de mousse, côté terre vers le haut, , et placez au fond une soucoupe pour retenir un peu l'eau. Remplissez-le à moitié de compost, de terreau de feuilles ou d'une composition préparée en jardinerie et installez des plantes pendantes : alysse, capucine naine, lierre à petites feuilles. Placez au milieu : Begonia semperflorens, héliotrope, pélargonium ou pétunia hybride. Pour bien les enfoncer dans le compost, faites une petite rigole de plantation à l'aide d'une fourchette. Placez de la mousse en surface pour éviter un dessèchement trop rapide. Réglez le problème de l'eau qui s'égoutte après l'arrosage en attachant un parapluie ouvert sous le panier pendant une dizaine de minutes. Vous pouvez aussi mélanger fuchsia, Bégonia pendula, Lysimachia nummularia, lierre panaché, asparagus, tradescantia...

Le barbecue. Il peut constituer l'élément essentiel du patio ou de la terrasse. L'esthétique, la praticabilité et le vent dominant président au choix de son emplacement. Il est en effet impératif que la fumée ne revienne pas vers la maison ou chez le voisin, ce qui serait peut être pire. Érigez un paravent en bambou coupé ou en lattes, habillées de grimpantes du côté extérieur, à une distance raisonnable. Si le patio comprend deux niveaux, placez de préférence le barbecue au plus bas et pas devant une porte-fenêtre.
Il en existe de nombreux modèles au gaz et à l'électricité, mais la cuisson au charbon de bois remporte toujours la faveur du public, à cause du goût que la fumée donné à la viande.
Délimitez l'aire qui lui est dévolue par une hait florale installée dans une jardinière garnie d'un treillage : capucine, pois de senteur, rosier grimpant ou volubilis s'y accrochent pour former un écran fleuri exactement où vous le souhaitez.
Les graminées dissimulent la partie barbecue et participent à l'atmosphère de détente qui règne sur cet terrasse.
 

En hiver. L'hiver est de retour et la terrasse est bien vide : les vivaces sont au repos et la plupart des autres plantes sont rentrées. Pourquoi ne pas choisir quelques potées fleuries, en attendant de réaliser vos projets pour l'année prochaine ? Pépiniéristes et jardineries proposent en ce moment des bruyères, des pensées, des primevères, des roses de Noël et même des choix d'ornement aux couleurs très modernes. Choisissez aussi quelques arbustes pour leurs baies hivernales : houx, pyracantha, cotonéaster ou daphné délicatement parfumé. Enfin ne négligez pas les fleurs jaunes du jasmin d'hiver, les guirlandes de l'hamamélis ni les bouquets dorés du mahonia.
 

horizontal rule

FENETRES FLEURIES

Si vous n'avez pas la chance de posséder un jardin, ou si vous vivez une partie de l'année loin de votre maison de campagne, vous pouvez néanmoins goûter régulièrement aux joies du jardinage en appartement, que ce soit à l'intérieur ou sur une terrasse, un balcon ou un rebord de fenêtre. L'appui de la fenêtre est le plus petit jardin dont vous puissiez disposer, mais vous pouvez y faire des prouesses. Une fenêtre bien fleurie peut être composée d'une ou plusieurs jardinières horizontales, et de pots accrochés à la verticale de la fenêtre. 

Les conteneurs. Se sont essentiellement des jardinières et des pots, parfois des paniers. Les décors peuvent constituer en un  treillage, une claie, un parasol ou un store. Les jardinières sont, le plus souvent, en terre cuite ou en plastique, mais aussi en bois, en fibrociment ou en ciment, plus rarement, mais plus joliment, en pierre. Veillez à ce que le contenant choisi soit toujours muni de trois dispositifs ;
- des trous de drainage, suffisamment nombreux et grands pour ne pas risquer d'être obstrués,
- un système de récupération des eaux d'arrosage, qui s'égouttent et ne doivent, en aucun cas, couler à l'extérieur, salir les murs, tomber sur les passants ;
- une fixation très solide la maintenant contre chocs, vents et ouragans.
La jardinière doit faire au moins 20 à 25 cm de largeur et autant en profondeur.
Faites attention au choix des formes et des coloris des divers récipients qui doivent tenir compte de l'architecture environnante.
Il existe plusieurs solutions pour empêcher le substrat d'un pot de sécher trop rapidement :
- piquez dans la terre un doseur d'eau qui vous permettra de voir rapidement l'état de l'humidité,
- placez le pot dans un récipient plus grand avec, entre les deux parois, un matelas de mousse ou de tourbe maintenue humide.
- utilisez des pots à réserve d'eau spécialement conçus pour assurer l'humidification régulière du substrat.
Un store s'avère très utile à des fins décoratives mais aussi pour l'ombrage. Choisissez-le dans un ton "passe-partout" pour éviter les oppositions trop vives de coloris avec les feuillages et les fleurs. Lors de la fixation, vérifiez que son ombre recouvre bien la jardinière. Une claie faite de lattes assemblées par des agrafes métalliques est également intéressante par l'ombre tamisée qu'elle procure.

Le substrat. Il doit être choisi en fonction des plantes qui vont être cultivées (terre de bruyère pour des azalées, terre franche pour des géraniums par exemple), mais à part ces cas extrêmes, fabriquez un mélange "passe-partout", facile à réaliser que vous renouvelez chaque année si possible ou rénovez de temps à autre :
- quatre parts de terre franche, de consistance moyenne, plus légère que trop compacte ;
- deux parts de terreau de feuilles ou de fumier de cheval bien décomposé ou équivalent (Or brun) ;
- une part de tourbe ;
- une part de sable de rivière.
Pour les plantes de terre de bruyère (rhododendrons, azalées, bruyères, hortensias), remplacez les quatre parts de terre franche par trois parts de terre de bruyère et une part de terre franche. Pour les autres plantes, ajoutez à ce mélange un peu de poudre de corne ou d'os, ou de sans desséché, engrais à décomposition lente qui permet à la plante de trouver les éléments nécessaires à une bonne végétation continue.

Les plantations. Tenez compte de l'exposition pour le choix des plantes. En simplifiant, il peut y avoir deux expositions : d'une part, nord et est, d'autre part, midi et ouest. Il y a en principe, trois saisons décoratives : printemps, été, automne.
Remarquons que certaines plantes peuvent parfois convenir à plusieurs saisons. Vous pouvez même obtenir en hiver un décor végétal, fleuri ou non, selon le choix des plantes en fonction du climat, du lieu, de l'orientation, de la préparation culturale. Ainsi, les plantes bisannuelles dites "de printemps", comme les pensées, peuvent fleurir durant l'hiver ou bien même en été. Pour l'hiver, retenez également le cyclamen de Perse en climat doux, ou bien des bruyères, des conifères nains ou des arbustes feuillus à feuillage persistant, coloré ou non.

Les soins. Les plantes cultivées sur un appui de fenêtre nécessitent quelques soins qui leur assureront santé et vigueur : arrosages, pincements et taille, tuteurage et traitement antiparasitaires.
Arrosez chaque fois que la plante a soif. Vérifiez chaque jour, en fin de soirée ou de bonne heure le matin, s'il est nécessaire d'arroser. Pour cela, le mieux est d'examiner la couleur de la terre ou bien de toucher celle-ci avec un doigt :
- si la terre est très claire, alors qu'après l'arrosage elle est brune, il est temps d'arroser.
- si le doigt ne retient aucune particule de terre (qui, humide, colle légèrement à l'épiderme) : arrosez.
- Bien entendu, si les plantes fanent, arrosez sans délai.
Il vaut mieux arroser deux fois par jour en période de sécheresse que de donner trop d'eau en une seule fois, parce que vous risquez de lessiver les engrais contenus dans le sol et qui sont solubles, d'autant que cet excès d'arrosage peut nuire aux plantes, faire déborder le récipient destiné à recueillir l'eau et arroser les passants !
Durant vos absences, à défaut d'un conteneur à réserve d'eau, vous pouvez opter pour plusieurs solutions efficaces :
- doublez la paroi du pot ou de la jardinière de façon à disposer une couche de tourbe, de mâchefer fin, de sciure) isolante dans l'espace ainsi ménagé ;
- paillez la surface du pot avec de la paille fine, du fumier décomposé ou une couche de tourbe ;
- disposez une bouteille pleine d'eau, fichée verticalement en terre ;
- ayez recours à d'autres dispositifs (mèches, feutres, capillaires ...)
Un bassinage (pulvérisation d'eau) le soir ou le matin de bonne heure, est très bénéfique.
Placez et taillez toutes les plantes qui risquent de dépasser normalement 30 cm. Une jardinière (ou une potée) doit être garnie de plantes touffues, bien ramifiées dès la base, donnant l'impression de former, le moment voulu, une masse de fleurs. Pour cela, deux ou trois semaines après la plantation, pincez géraniums, dahlias, chrysanthèmes, coléus, impatiens ... au-dessus de la troisième ou quatrième feuille, afin de favoriser la naissance de nouvelles tiges seulement feuillues ou feuillues et fleuries selon les plantes. Si la jardinière est garnie de petits arbustes (buis, aucubas, véroniques ou petits conifères), taillez-les une fois par an, par exemple au début de l'automne, ou au printemps pour éviter une défoliation disgracieuse de la base. Fixez la hauteur à ne pas dépasser (30, 40, 45 cm par exemple), et, avec un sécateur, rabattez toutes les tiges 10 cm en dessous de cette hauteur.
le tuteurage de certaines tiges se tenant mal peut être utile et s'avère indispensable pour les plantes grimpantes. Réalisez-le avec goût et discrétion.

Les nettoyages et traitement antiparasitaires sont simples à effectuer pour cette culture. Pensez chaque semaine à réserver quelques minutes (5 à 10, au plus) à ce petit travail. Il est facile d'arracher délicatement les mauvaises herbes, de supprimer proprement les feuilles mortes, les inflorescences desséchées, mais vous regarderez attentivement pour vérifier si quelques insectes, animaux ou maladies cryptogamiques ne font pas, ou ne feront pas prochainement, des ravages. Retirez à la main limaces ou escargots ou attirez-les par des appâts spéciaux. Détruisez les pucerons par des insecticides spécifiques à l'aide d'un petit pulvérisateur très facile à employer. Traitez les maladies cryptogamiques (assez rares dans ce genre de culture, surtout dans les jardinières exposées au midi) par des pulvérisations de produits spéciaux.
 

horizontal rule

BALCONS FLEURIS

Avec quelques plantes à fleurs, vous pouvez transformer votre balcon en un agréable petit jardin, même s'il n'est pas bien exposé. L'orientation la plus favorable est évidemment le sud ou l'ouest. Pour éviter les courants d'air, disposez verticalement, tout au long des trois côtés extérieurs du balcon des claies en lattes ou de roseau, voire des brise-vent en plastique translucide ou de teinte claire. Le microclimat sera meilleur, mais la décoration, vue de la rue, y perdra quelque peu en beauté. Disposez les conteneurs de façon satisfaisante afin de pouvoir découvrir le décor du balcon de l'intérieur et prévoyez, si possible, l'installation de quelques sièges pour profiter dehors de cette modeste terrasse. 
Soyez outillé pour jardinier sur place. Cela consiste à prévoir un petit coffre, aussi décoratif que possible, qui dissimulera l'arrivée d'eau (un robinet sur le balcon, c'est presque la certitude de réussir), les tuyaux et arrosoirs, les griffes, binettes et autres petits outils de culture, quelques produits antiparasitaires, des petits tuteurs, etc. 

Les conteneurs. Sur un balcon, vous pouvez vous permettre des jardinières volumineuses (au moins 30 à 40 cm de large et 20 à 25 cm de haut). Veillez toutefois à ne pas surcharger dangereusement le balcon, surtout avec des jardinières en béton. Si votre balcon est équipé de jardinières incorporées au balcon, vérifiez bien que celles-ci soient percées à la base. Disposez de préférence les jardinières les plus lourdes le long des murs et les bacs plus légers et les petites poteries étant placés vers l'extérieur. La disposition des jardinières de balcon au pied du mur facilite la culture de plantes grimpantes sur des treillages qui encadrent les fenêtres. 

Le substrat. Dans les grandes jardinières, effectuez un renouvellement partiel de la terre chaque année, en surfaçant au début du printemps. Cela consiste à apporter 3 à 4 cm d'épaisseur de terre neuve, enrichie, que l'on mélange à la terre ancienne par un simple griffage superficiel. 

Les plantations. Sur un balcon, le choix des plantes est illimité. Vous vous aiderez dans vos choix avec le tableau de plantes pour fenêtres fleuries, complété par celles du tableau ci-dessous.
Créez un décor permanent avec des arbustes persistants qui produisent aussi parfois de belles floraisons et fructifications : Fatsia japonica, aucuba, azalée du Japon, buis, pyracantha, Elaeagnus pungens, oranger du Mexique, conifères nains, verts ou colorés, cotoneasters nains persistants, fusains verts ou panachés, houx, ifs, laurier noble, laurier-tin, lavande, Lonicera nitida, mahonia, rhododentron, romarin, skimmia, troènes, véroniques ligneuses. 

Les soins. Assurez des soins de culture (notamment les traitements antiparasitaires) d'autant plus assidus que les plantations sont permanentes (arbustes, vivaces).
Apportez des engrais en les incorporant à la terre neuve du surfaçage de début de printemps : des engrais organiques à décomposition lente, poudre d'os, corne, sang desséché. En outre, à chaque plantation, appliquez des engrais azotés liquides (huit jours après la reprise).
Évitez le développement excessif des arbustes et des vivaces. Taillez-les, rabattez-les ou divisez les touffes selon les cas, pour laisser de la place à toutes les plantes.
 

horizontal rule

Le JARDIN AROMATIQUE

Placez le jardin de plantes aromatiques à proximité de la maison - il pourrait constituer le niveau inférieur du patio. Plantez dans un dallage formant un décor symétrique ou en surélévation : les plantes entourées d'un muret sont faciles à cueillir.
 

horizontal rule